Réfugiés

Liban : le manque de financement met en danger l'aide aux réfugiés syriens

Nohad Topalian à Beyrouth

image

Des enfants assis à côté de l'aide hivernale de l'UNICEF pour les réfugiés de la vallée de la Bekaa au Liban. [UNICEF]

Les réfugiés syriens au Liban disent ressentir les effets d'une diminution importante de l'aide fournie par les organisations internationales, en particulier l'aide d'hiver, qui les met dans l'incapacité de faire face aux conditions climatiques difficiles.

Alors que les organisations humanitaires s'efforcent d'apporter de l'aide aux réfugiés les plus nécessiteux, elles admettent être à court d'argent, car elles n'ont reçu que 50 % de l'argent nécessaire l'année dernière.

Les réfugiés confrontés à des difficultés « immenses »

« Les réfugiés et les migrants sont déjà dans une situation très difficile, et nous appelons tout le monde à travailler ensemble sur des solutions constructives et réalisables », a déclaré Mireille Girard, représentante du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) au Liban.

« Alors que nous travaillons dur pour étendre encore l'aide, nous restons sévèrement limités par les restrictions de financement », a-t-elle fait savoir dans un communiqué publié le 31 janvier. « Cela nous oblige, ainsi que d'autres agences humanitaires, à donner la priorité aux réfugiés les plus vulnérables ».

image

Des travailleurs humanitaires de l'UNICEF distribuent une aide hivernale aux réfugiés de la vallée de la Bekaa. [UNICEF]

Le Plan de réponse à la crise du Liban, l'appel humanitaire inter-agences, n'a reçu que 50 % des fonds dont il a besoin pour mener à bien ses activités et ses programmes au Liban l'année dernière, a précisé la déclaration.

De nombreux réfugiés syriens vivant au Liban « sont profondément impactés par l'aggravation de la crise économique du pays, vivant en dessous du seuil de pauvreté et ayant une capacité limitée à faire face », a déclaré Girard. « Malgré la remarquable générosité du Liban, les difficultés auxquelles sont quotidiennement confrontés les réfugiés sont immenses ».

Pour aider à atténuer l'impact de la crise économique, le HCR a rapidement mobilisé et étendu son programme d'assistance hivernale, apportant de l'aide à plus de 900 000 réfugiés, a fait savoir la déclaration.

Combler les lacunes de l'aide

Les organisations humanitaires au Liban n'ont reçu que 50 % de l'argent dont elles avaient besoin pour mener à bien leurs activités et programmes l'année dernière, a confirmé Lisa Abou Khaled, responsable de l'information du HCR.

« En raison des ressources limitées, nous devons collectivement établir des priorités dans nos interventions pour répondre aux besoins [des communautés les plus vulnérables] », a-t-elle expliqué.

« Cela laisse des lacunes dans la réponse à tous les besoins, ce qui a un impact direct sur la vie des réfugiés vulnérables, y compris les enfants et les femmes », a-t-elle déclaré.

Blanche Baz, chargée de communication pour le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), a expliqué pour sa part que les programmes d'aide hivernale des organisations pour 2019-2020 « comprennent la fourniture d'une aide hivernale en nature et en espèces ».

L'aide en nature pour l'hiver comprenait « la distribution de sacs de vêtements d'hiver aux enfants de moins de 15 ans qui vivent dans des camps improvisés dans des zones difficiles d'accès comme Arsal, les projets al-Qaa dans la Bekaa et Wadi Khaled à Akkar », a-t-elle indiqué à Al-Mashareq.

« Les dons en nature pour l'hiver ont été distribués à 22 346 enfants réfugiés qui ont reçu un sac contenant un ensemble complet de vêtements d'hiver, dont 1427 enfants réfugiés rien qu'à Arsal », a fait savoir Baz.

Une aide hivernale en espèces a été fournie à plusieurs familles de réfugiés syriens après que le HCR et le Programme alimentaire mondial (PAM) eurent temporairement suspendu ce type d'aide en novembre 2019.

« L'UNICEF a fourni une aide en espèces aux familles ayant des enfants de moins de 18 ans, d'un montant de 80 000 livres libanaises (53 dollars) par enfant, une aide limitée à un maximum de quatre enfants par famille », a-t-elle déclaré.

« Un total de 74 212 enfants, soit 25 383 familles, ont reçu une aide [en espèces] cette année. »

Protection des droits des enfants

La diminution du montant de l'aide humanitaire allouée aux réfugiés syriens au Liban « a entraîné une augmentation du travail des enfants et de la maltraitance des enfants », a rapporté Joe Awad, directeur de Beyond Association, une organisation humanitaire locale.

« Sans soutien financier, nous ne pouvons pas répondre ou intervenir, sachant que le nombre d'enfants qui travaillent augmente de jour en jour », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Les agences des Nations unies « ont alloué des fonds uniquement pour l'éducation formelle, ce qui ne bénéficie qu'à 40% des enfants syriens en âge d'aller à l'école, alors que les 60 % restants, soit environ 300 000 enfants, ne reçoivent aucune aide pour l'éducation, et la plupart sont analphabètes », a-t-il indiqué. « Nous comblons cette lacune en offrant des cours d'alphabétisation de base ».

La détérioration de la situation économique au Liban « a entraîné une augmentation massive des besoins humanitaires dans les communautés syriennes et d'accueil, à un moment où l'aide humanitaire a considérablement diminué », a conclu Awad.

Aimez-vous cet article?
5
2 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Nous sommes à Beqaa et nous n'avons reçu aucune aide cette année.

Répondre

L'UNICEF doit avoir des enfants à aider. Mais c'est un mensonge; nous n'avons rien reçu. J'ai 4 enfants et j'ai parlé plusieurs fois, et pourtant je n'ai rien vu. Mon fils aîné a 11 ans et nous avons besoin d'injections pour les enfants. Il y a du vol. un point c'est tous.

Répondre