Sécurité |

L'Egypte déjoue un complot de Hasm à attaquer des installations publiques

Mohammed Mahmoud au Caire

image

Le ministère égyptien de l'intérieur expose les équipements saisis aux éléments de أHasm arrêtés en relation avec un complot terroriste. [Photo fournie par le Département Média du ministère de l'Intérieur]

Le ministère égyptien de l'Intérieur a annoncé mercredi qu'il a déjoué un complot pour mener des attaques terroristes à travers le pays, et a arrêté « au moins » six combattants, certains étaient liés au mouvement Hasm.

Hasm a émergé en Égypte en 2016, revendiquant la responsabilité d'attaques mortelles contre le personnel de l'armée et de sécurité, des personnalités religieuses et ressources de l'État. En 2018, les États-Unis ont désigné le mouvement, connu antérieurement sous le nom de Harakat Sawaid Misr, un groupe terroriste.

Dans son communiqué de mercredi, le ministère a annoncé que les éléments en fuite à l'extérieur du pays ont chargé des éléments de Hasm à l'intérieur de l’Égypte « de la planification et la préparation de l’exécution d'une série d'opérations et attaques terroristes ».

image

Le ministère égyptien de l'intérieur expose des explosifs saisis lors d'une opération préventive de sécurité. [Photo fournie par le Département Média du ministère de l'Intérieur]

Les cibles prévus étaient des responsables, des installations clé et plusieurs lieux de cultes, et les attaques devraient être perpétrées à l'anniversaire de la révolution du 25 janvier, a précisé le ministère.

En préparation aux attaques, a-t-il ajouté, des éléments de Hasm « procuraient l'aide financière dont ils avaient besoin pour préparer et fournir les outils nécessaires qui seraient utilisés dans l'exécution du plan ».

Le groupe avait élaboré « plusieurs méthodes pour faire passer les fonds » de l'extérieur du pays vers les éléments de Hasm à l'intérieur de l’Égypte, a souligné le ministère, à travers des « sociétés commerciales utilisées comme façades pour les activités du groupe ».

« Les enquêtes ont également mené à l'identification et à l'arrestation d'un nombre d'éléments de Hasm qui sont impliqués dans ce plan, y compris les responsables d'une ancienne opération terroriste à Toukh dans la province de Qalyubiya», a-t-il fait savoir.

Les combattants arrêtés en relation avec le complot terroriste déjoué avaient des armes et munitions en leur possession, a indiqué le ministère.

Le ministère a également annoncé qu'il a réussi à localiser et saisir plusieurs cachettes d'armes et d'explosifs qui étaient rassemblés pour exécuter le complot.

La cachette d'armes du groupe comprenaient 20 fusils automatiques, des pistolets birdshot, un fusil de précision, des grenades propulsées par fusée (RPG) etdes lanceurs, ainsi que des engins explosifs improvisés (EEI) et matériels utilsés dans la fabrication d'explosifs, a-t-il indiqué.

Réseau de recrutement terroriste interrompu

Hasm avait créé des plateformes en-ligne et des pages sur les réseaux sociaux pour attirer et recruter des combattants pour des missions précises, a affirmé le ministère.

L'activité en-ligne s'est développée ensuite en groupes fermés sur l'application Telegram, « où chacun jouerait des rôles spécifiques à semer le chaos, bloquer les routes, perturber le transport public et mener des actes de sabotage », a-t-il confié.

« Les efforts d'enquête et d'investigation ont conduit à l'identification de groupes en-ligne qui étaient chargés de recrutement», a signalé le communiqué du ministère.

« Nous avions pu arrêter un nombre d'entre eux», a-t-il ajouté.

L'ancien assistant du ministre de l'intérieur et expert en lutte contre le terrorisme le général de division Mohammed Sadek a affirmé que l'arrestation de la cellule de Hasm est un coup préventif aux complots du groupe à cibler les civils et les installations publiques et perturber la stabilité.

Il a affirmé à Al-Mashareq que les forces égyptiennes sont créditées pour leur conclusion réussie aux « efforts d'enquête et de coordination entre les différentes agences qui ont duré plusieurs mois ».

Aimez-vous cet article?
0
NON
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
form.captcha

Que Dieu bénisse les mains des policiers égyptiens!

Répondre