Sécurité |

La marine américaine prépare ses alliés à protéger la navigation dans le Golfe

AFP

image

Des membres des forces spéciales saoudiennes sur le navire de débarquement britannique RFA Cardigan Bay dans les eaux du Golfe au large de Bahreïn pendant l'exercice maritime international (IMX), le 5 novembre. [Karim Sahib/AFP]

Les États-Unis forment leurs alliés du Golfe à « protéger la navigation » dans les voies navigables troublées de la région, tout en cherchant à construire une alliance pour contenir l'Iran.

L'exercice maritime international (IMX) de Washington, d'une durée de trois semaines et qui a débuté le 21 octobre, s'est déroulé après que plusieurs navires commerciaux ont été attaqués dans le Golfe en mai, ce qui a exacerbé les tensions régionales.

Washington et d'autres puissances occidentales ont imputé les incidents à l'Iran, qui a nié toute implication.

image

Des plongeurs britanniques à bord du navire de débarquement britannique RFA Cardigan Bay dans les eaux du Golfe au large de Bahreïn à côté de matériels pendant l'exercice maritime international (IMX) le 5 novembre. [Karim Sahib/AFP]

Mardi 5 novembre, les États-Unis ont invité les médias internationaux à assister à une partie de l'IMX, deuxième plus grand exercice maritime de ce type.

Ces manœuvres comptent 5000 hommes, 40 navires et 17 avions de 50 pays déployés sur la voie navigable stratégique qui sépare l'Iran des États du Golfe.

« C'est la première fois que nous participons à l'IMX », a déclaré Ali ben Shreidi, chef d'une équipe saoudienne de déminage marin, à bord du Cardigan Bay, un navire auxiliaire de la flotte royale britannique, à 65 kilomètres des côtes de Bahreïn.

« Lutter contre les mines »

L'officier et son équipe de trois hommes y participaient afin « d'accroître nos capacités et de partager notre expertise dans la lutte contre les mines, afin de protéger la navigation », a-t-il déclaré.

En juin, la marine américaine avait déclaré qu'une mine ressemblant à une arme iranienne avait été utilisée lors d'une attaque contre le pétrolier japonais Kokuka Courageous, qui avait été pris pour cible lors de son passage dans le golfe d'Oman.

Puis, en juillet, le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) avait arraisonné un pétrolier battant pavillon britannique, le retenant pendant plus de deux mois avant de le relâcher.

« L'une des principales raisons de notre présence est d'établir des relations internationales », a fait savoir le lieutenant Jonathan Phares de la marine américaine, qui faisait partie des 300 personnes des États-Unis, de France et du Golfe sur le Cardigan Bay.

Les personnes à bord ont montré du matériel de plongée, de l'équipement d'imagerie sous-marine et des bateaux rapides lors d'une visite de ce bâtiment de couleur gris fusil, tandis que d'autres ont fait la démonstration du matériel de détection des mines.

En réponse à la série d'incidents survenus sur les routes maritimes vitales de la région, les États-Unis ont monté une coalition navale pour protéger la navigation sur une voie navigable essentielle à l'approvisionnement mondial en pétrole.

Bahreïn, qui accueille la 5e Flotte de la marine américaine, a rejoint en août la coalition navale dirigée par les États-Unis. L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont fait de même en septembre.

Le Royaume-Uni et l'Australie ont également accepté d'envoyer des navires de guerre pour escorter la navigation commerciale dans le Golfe.

Le 14 septembre, deux installations pétrolières saoudiennes ont été attaquées, causant des dégâts catastrophiques et interrompant momentanément la moitié de la production du royaume.

Ces attaques ont été revendiquées par les Houthis (Ansarallah) du Yémen, soutenus par l'Iran, mais Washington et Riyad ont accusé l'Iran, affirmant qu'elles avaient été lancées avec des missiles et des drones sophistiqués.

Aimez-vous cet article?
0
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha