Sécurité

Explosion à bord d'un tanker battant pavillon singapourien au large d'un port saoudien

AFP et Al-Mashareq

image

Cette photo prise le 24 novembre montre une vue de l'installation pétrolière de la Saudi Aramco dans la ville de Djeddah, sur la mer Rouge, un jour après que les Houthis eurent lancé une attaque au missile contre cette installation, déclenchant une explosion et l'incendie d'un réservoir. [Fayez Nureldine/AFP]

Une explosion a secoué un pétrolier battant pavillon singapourien au large de la ville portuaire saoudienne de Djeddah, lundi 14 décembre, a indiqué le propriétaire du bâtiment, dans ce qui semble être la dernière frappe en date contre des cibles du secteur énergétique dans le royaume.

Les 22 marins qui se trouvaient à bord du pétrolier BW Rhine ont pu sortir sains et saufs après que l'explosion eut frappé peu après minuit, a déclaré la compagnie maritime singapourienne Hafnia, mais sans exclure en revanche la possibilité d'une fuite de pétrole.

Aucun groupe n'a à ce jour revendiqué cette attaque présumée, mais elle intervient à un moment où les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran au Yémen voisin accentuent les frappes transfrontalières contre des cibles saoudiennes.

« Le BW Rhine a été touché par une source externe alors qu'il déchargeait à Djeddah... entraînant une explosion et un incendie à bord », a déclaré Hafnia dans un communiqué, sans préciser ce qui avait touché le navire.

image

Des membres d'une unité de démineurs américains à bord du bâtiment de débarquement britannique RFA Cardigan Bay dans les eaux du Golfe au large des côtes de Bahreïn durant l'Exercice maritime international du 5 novembre 2019. [Karim Sahib/AFP]

« L'équipage a réussi à éteindre cet incendie avec l'aide de la brigade des pompiers à terre et de remorqueurs, et aucune blessure n'a été à déplorer parmi les 22 membres de l'équipage », a-t-il ajouté.

Les autorités saoudiennes n'ont pas immédiatement confirmé cette explosion au large de Djeddah, un port stratégique sur la mer Rouge et un important centre de distribution pour le géant pétrolier Saudi Aramco. Plus tard dans la journée, un porte-parole officiel du ministère de l'Énergie a déclaré que le navire avait été attaqué par un bateau chargé d'explosifs aux petites heures du matin.

Hafnia a signalé des « dommages à la coque » consécutifs à l'explosion

« Il est possible que du pétrole se soit échappé des soutes du navire, mais cela n'a pas été confirmé et les instruments indiquent actuellement que les niveaux de pétrole restent inchangés par rapport à ce qu'ils étaient avant l'incident », a indiqué Hafnia.

Lien possible avec l'Iran

Dryad Global, une société de renseignement maritime basée à Londres, a également signalé cette explosion, expliquant qu'elle avait frappé un navire alors qu'il « effectuait des opérations au principal point d'ancrage dans le port de Djeddah de la Saudi Aramco ».

Mais il a identifié le pétrolier Desert Rose battant pavillon dominicain ou Al Amal Al Saudi battant pavillon saoudien comme les cibles potentielles.

« Des incidents se sont certes déjà produits en mer Rouge, mais ils restent toutefois peu courants », a indiqué Dryad Global.

« Ceux-ci avaient concerné des navires battant pavillon saoudien en transit, visés par les rebelles houthis à proximité des îles Hanish. »

Le dernier incident en date reste peu clair, a-t-il poursuivi, soulignant que la présence des Houthis au large des côtes, au nord de leur traditionnelle zone d'opération « constituerait un changement fondamental à la fois dans leurs capacités de ciblage et dans leurs intentions ».

« Si effectivement, le navire a été visé par un engin explosif, il est réaliste de penser qu'il a été visé via la présence de mines magnétiques semblables à celles déployées par les forces iraniennes dans le golfe d'Oman en 2019 », a-t-il ajouté.

L'UKMTO (UK Maritime Trade Operations) a confirmé qu'un tanker avait subi une explosion alors qu'il effectuait des opérations et indiqué que des rapports non confirmés indiquaient qu'un second navire était concerné par un incident.

Des enquêtes sont en cours, a ajouté l'UKMTO, mettant en garde les navires naviguant dans la zone de faire preuve d'une « extrême prudence ».

Le port de Djeddah a été fermé pour une durée indéterminée, ont fait savoir à la fois Dryad Global et l'UKMTO.

Séries d'attaques

Cet incident survient après qu'une explosion eut endommagé le mois dernier le pétrolier armé par la Grèce amarré dans le port d'al-Shuqaiq, dans le sud de l'Arabie saoudite, une attaque que la coalition arabe avait imputée aux Houthis.

Aucun blessé n'avait été à déplorer dans cette explosion contre le pétrolier Agrari battant pavillon de Malte, selon son armateur TMS Tankers basé en Grèce.

Dryad Global a signalé que l'explosion avait été provoquée par un « engin explosif improvisé flottant » lancé par les Houthis.

Quelques jours plus tôt, les Houthis avaient déclaré avoir frappé une usine opérée par la Saudi Aramco à Djeddah à l'aide d'un missile Qods-2. Aramco avait précisé que cette frappe avait perforé la coque d'un pétrolier, entraînant une explosion et un incendie.

L'Arabie saoudite a été visée par des dizaines d'attaques de missiles balistiques et de drones depuis le début de l'année dernière, dont le royaume a réussi à intercepter un grand nombre.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500