Religion

Une campagne agressive des Houthis pour collecter la zakat

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Les Houthis mènent une campagne dans les zones qu’ils contrôlent pour inciter les gens à payer la zakat. [Haitham Mohammed/Al-Mashareq]

Les Houthis (Ansarallah) soutenus par l’Iran mènent un effort concerté pour collecter la zakat pendant le ramadan, alors que les salaires des employés du secteur public dans les zones sous leur contrôle ne sont pas versés et que les niveaux de pauvreté augmentent, ont rapporté des observateurs.

Fin avril, les Houthis ont lancé une campagne agressive pour inciter les habitants des régions qu’ils contrôlent à payer la zakat à leur « Autorité générale de la Zakat », un organisme qu’ils ont créé en 2018 et qui échappe au contrôle de l’État.

Cette campagne est conduite par le biais des mosquées, des médias et de l’envoi de SMS aux détenteurs de téléphones portables, et fait l’objet d’une promotion sur des panneaux d’affichage et des affiches dans les lieux publics et par la distribution de tracts.

Lancée au début du mois du ramadan à Sanaa, elle vise tous ceux qui sont obligés de payer la zakat, y compris les employés du secteur public, alors qu’ils n’ont pas été payés depuis trois ans.

Les Houthis sont également allés voir en personne les commerçants et les propriétaires de magasins pour exiger le paiement du montant total de la zakat à l’autorité de la milice, sans déduire la moindre somme devant être distribuée directement aux pauvres par les payeurs.

« Dans la loi islamique, la zakat est clairement et précisément réglementée », a expliqué à Al-Mashareq Tariq al-Qurashi, vice-ministre adjoint des Dotations et de l’Orientation.

La loi stipule qui a le droit de collecter la zakat, comment celle-ci est distribuée, qui peut en bénéficier et comment l’argent est versé, a-t-il précisé.

« Il est interdit d’en modifier le fonctionnement, la perception ou le versement » comme le font maintenant les Houthis, a ajouté al-Qurashi.

« Nous savons et nous voyons de nos propres yeux que les Houthis manipulent tout, y compris les ressources financières pour payer leurs membres importants, leurs mercenaires et les guerres contre le peuple yéménite », a-t-il poursuivi.

« Ces ressources incluent des collectes auprès des citoyens faites sous différents noms, dont la zakat », a-t-il expliqué. « Il est interdit de verser le moindre fils [centime] aux Houthis sous le nom de zakat. »

Pression pour payer la zakat

« Les Houthis utilisent tous les moyens pour obliger les gens à payer la zakat, punissent les commerçants et leur imposent des paiements ou d’autres tributs et infligent des amendes à ceux qui ne paient pas », a indiqué l’économiste Abdoul Aziz Thabet à Al-Mashareq.

« Le fait de restreindre le paiement de la zakat à l’autorité affiliée aux Houthis prive de nombreuses personnes pauvres d’une aide financière et de paniers de nourriture qui leur sont généralement donnés directement par les commerçants », a-t-il déclaré.

C’est une pratique devenue courante ces dernières années, a-t-il précisé, alors que près de 80 % de la population yéménite, dont la plupart résident dans des zones contrôlées par les Houthis, ont un besoin urgent d’aide.

Thabet a exprimé sa crainte que les Houthis « utilisent toutes les ressources de l’État, y compris la zakat, que Dieu a imposée pour aider les pauvres, les nécessiteux et d’autres groupes, pour financer leur effort de guerre qui sert l’Iran et aggrave la souffrance humaine ».

L’autorité de la zakat, affiliée aux Houthis, « a utilisé des millions de riyals pour mobiliser des convois de renfort pour le front, alors que la pauvreté et la faim continuent de croître », a-t-il ajouté.

Les Houthis « ne se soucient pas des citoyens dans les zones qu’ils contrôlent et leur imposent des tributs et des amendes et perçoivent notamment la zakat », a rapporté le politologue Faisal Ahmed à Al-Mashareq.

Ils ont imposé la zakat de l'al-Fitr à chaque membre de famille à hauteur de 500 riyals yéménites (2 dollars) par personne, sur la base des listes de l’année précédente, a-t-il indiqué.

« Les Houthis ont versé aux fonctionnaires la moitié de leurs salaires à la fin du mois d’avril et ont exigé en même temps qu’ils payent la Zakat de l’al-Fitr », a-t-il conclu, précisant que la milice ne se préoccupe guère des difficultés auxquelles ces personnes sont confrontées.

Aimez-vous cet article?
17
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire