Politique

Les luttes internes aux Houthis s'intensifient, et le nombre de morts augmente

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Les partisans des Houthis, soutenus par l'Iran, participent à un rassemblement pour commémorer le cinquième anniversaire de la prise de contrôle de Sanaa par les Houthis, le 21 septembre. [Mohammed Huwais/AFP]

Les luttes intestines au sein des Houthis (Ansarallah) ont atteint leur plus haut niveau depuis des années et ont récemment coûté la vie à plusieurs chefs de la milice, ont déclaré des experts yéménites.

Les conflits internes entre les dirigeants de cette milice soutenue par l'Iran remontent à la surface malgré les tentatives des Houthis de les dissimuler, ont-ils indiqué.

Le 9 août, Ibrahim Badreddine al-Houthi a été tué à Sanaa, certaines informations indiquant qu'il a été assassiné par une faction rivale au sein de la milice.

Il avait été un éminent leader des Houthis et était le frère du chef de la milice, Abdoul Malik al-Houthi.

L'assassinat présumé d'Ibrahim Badreddine al-Houthi est le signe d'une escalade des conflits internes, a déclaré l'analyste politique Faisal Ahmed à Al-Mashareq.

Les problèmes ont commencé lorsque Mahdi al-Mashat, président du soi-disant conseil politique suprême des Houthis, avait publié le 31 juillet un décret nommant au conseil de la Choura le dirigeant le plus important de la milice, Mohammed al-Houthi.

Mohammed al-Houthi, qui avait dirigé le coup d'État des Houthis en 2014, avait rejeté cette décision, qui l'écartait du plus puissant conseil politique de la milice.

Ibrahim al-Houthi et ses frères avaient approuvé la décision d'al-Mashat de nommer Mohammed al-Houthi au conseil de la Choura, car ce dernier est beaucoup moins important que le conseil politique, qui est l'autorité suprême de la milice, a rapporté Ahmed.

L'intention manifeste de ce décret était de « freiner l'influence croissante de Mohammed al-Houthi », a ajouté Ahmed, soulignant que le différend politique qui s'en était suivi avait été « la raison la plus probable de l'assassinat d'Ibrahim ».

Conflits régionaux et familiaux

Les conflits internes et les luttes de pouvoir entre les Houthis sont apparus avant même que la milice n'ait atteint son objectif de prendre le contrôle total des zones qu'elle visait, a fait savoir l'analyste politique Waddah al-Jalil.

« La réalité est que le groupe fait face à des ennemis puissants de l'intérieur et de l'extérieur, en plus du rejet public », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Au sein de la milice, a-t-il noté, les leaders appartenant à des familles hachémites ou houthies basées dans la province de Saada ont bénéficié d'un traitement préférentiel et jouissent donc d'un statut plus élevé que ceux des autres provinces.

Les familles houthies s'opposent les unes aux autres dans leurs efforts pour monopoliser le contrôle, a indiqué al-Jalil.

La milice a tenté de dissimuler ces luttes intestines, a-t-il déclaré, mais les récentes nominations et l'assassinat d'un certain nombre de chefs tribaux et communautaires révèlent « l'intensité croissante du conflit entre les leaders de premier rang ».

Pour al-Jalil, le conflit entre les dirigeants des Houthis est également régional, et « les chefs du groupe qui viennent de Saada pensent qu'ils ont le droit exclusif de gouverner et de contrôler, parce qu'ils ont fait la guerre ».

Le conflit de Saada, qui a éclaté en 2004 dans le nord du pays lorsque le gouvernement yéménite a tenté d'arrêter le chef religieux des Houthis, Hussein Badreddine al-Houthi, a opposé les Houthis aux forces yéménites.

« Les dirigeants des Houthis de Sanaa et de Dhamar n'avaient pas été impliqués dans ces guerres », a précisé al-Jalil, notant que les familles de Sanaa et de Dhamar se sentent maintenant marginalisées, ce qui exacerbe les tensions au sein du groupe.

En juin, a-t-il poursuivi, des éléments houthis de la province d'Ibb, fidèles à Abdoul Hafeeth al-Saqqaf, ont abattu Ismail Abdoul Qader al-Soufiani lors d'un conflit sur les revenus des institutions locales dans la province.

Al-Saqqaf n'a subi aucune représaille de la part de la milice, car il a l'appui de son chef, Abdoul Malik al-Houthi, a expliqué al-Jalil.

Les chefs houthis de la province de Saada sont au sommet de la hiérarchie de la milice, et jouissent d'un statut plus élevé que les chefs des familles hachémites de Sanaa et de Dhamar, a fait savoir l'avocat et militant des droits de l'homme Abdoul Rahman Barman.

« Les dirigeants de Saada ont cofondé la milice et ont mené diverses guerres, jusqu'à Sanaa », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Dans le groupe, les dirigeants houthis de Sanaa et de Dhamar se sentent persécutés et regorgent de rancune, a-t-il ajouté, car ils ont également contribué à la prise de contrôle par les Houthis des institutions et des centres de pouvoir dans ces provinces et les provinces voisines.

« Par conséquent, la discrimination en faveur des dirigeants houthis de la province de Saada intensifie le conflit interne, car il s'agit d'une lutte pour l'influence et le contrôle », a déclaré Barman.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500