Droits de l'Homme

L'Egypte rapatriera 7 citoyens des camps syriens

Par AFP

image

Des travailleurs distribuent les repas de l'Iftar aux familles démunies, qui ont fui leurs foyers dans l'ancienne enclave d'opposition de la Ghouta orientale, dans une école d'Idlib le 19 mai. [Omar Haj Kadour / AFP]

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a annoncé samedi 26 mai que son ambassade en Syrie a réussi à faire sortir sept citoyens égyptiens de refuges dans des zones désormais contrôlées par le régime syrien.

L'ambassade a indiqué qu'elle a coopéré avec les autorités syriennes pour obtenir leur libération des camps où des milliers de civils fuyant l'ancienne enclave d'opposition de la Ghouta orientale, à l'extérieur de Damas, s'y trouvent.

Un citoyen égyptien a pu quitter l'un des refuges samedi, tandis qu'un autre égyptien, sa mère, sa sœur et sa femme et ses enfants syriens ont pu quitter un autre refuge le même jour.

Le ministère a indiqué que des préparatifs étaient en cours pour les ramener chez eux.

L'ambassade a pu sauver une autre famille égyptienne "de la zone des opérations militaires à Ghouta il y a quelques semaines", a indiqué le ministère.

Les sept citoyens égyptiens ont été emmenés dimanche des camps à l'ambassade égyptienne à Damas, a rapporté le site d'information Ahram Online.

Selon le chargé d'affaires de l'ambassade égyptienne à Damas, Mohamed Tharwat Salim, des responsables égyptiens à Damas prennent toutes les mesures nécessaires pour aider tous les citoyens égyptiens à retourner en toute sécurité en Egypte.

Exode de la Ghouta orientale

Le régime syrien a utilisé la pression militaire et les transferts de population pour chasser les combattants et les civils hors des territoires autour de Damas, notamment la Ghouta orientale.

L'assaut sur la Ghouta orientale a provoqué un exode massif de l'enclave de l'opposition, avec 50 000 personnes qui se sont réfugiées dans des zones contrôlées par le régime la semaine dernière, selon l'ONU.

Le coordinateur humanitaire de l'ONU en Syrie a condamné en mars les conditions de vie "tragiques" des personnes déplacées massées dans des abris de fortune.

Avant l'agression, 400 000 habitants de la Ghouta de l'Est avaient subi cinq années de siège paralysant du régime qui rendaient la nourriture et les médicaments presque impossibles à atteindre ou à payer.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500