Éducation |

Le syndicat des enseignants proteste contre les nouvelles nominations de l'Université de Sanaa

Par Nabil Abdullah al-Tamimi à Aden

image

Dans cette photo du 10 décembre 2014, des étudiants yéménites prennent part à un rassemblement pour protester contre le contrôle des Houthis sur l'université de Sanaa. Le syndicat de l'université proteste maintenant contre la nomination par la milice d'environ 300 nouveaux membres du corps professoral pro-Houthi. [Mohammed Huwais / AFP]

L'Union des enseignants universitaires de l'Université de Sanaa et leurs adjoints ont demandé au président de l'université d'annuler la décision du conseil de nommer 300 nouveaux professeurs, affirmant qu'ils avaient été nommés pour des raisons essentiellement politiques.

Le syndicat a décrit la décision comme une violation des exigences académiques, disant que cela affecterait à la fois les normes éducatives et la réputation de l'université.

Il a contesté la légitimité de la décision, arguant qu'elle a été prise sous la pression du vice-ministre des Houthis de l'enseignement supérieur, et qu'il servait les universitaires pro-houthis qui ne répondent pas aux exigences et aux normes de l'université.

"Les Houthis ont décidé d'approuver ce grand nombre de nominations pour servir les universitaires qui leur sont fidèles, dont le nombre est trois fois plus élevé que ceux qui répondent aux exigences", a déclaré le professeur et membre syndical Hesham Naji.

"Le syndicat a exigé que le président de l'université annule cette décision avant de recourir au tribunal pour l'annuler, insistant sur le fait que cela affectera le niveau d'éducation à l'université et nuira à sa réputation", a-t-il souligné à Al-Mashareq.

"Le conseil de l'université a refusé de voter la décision de nomination pour quatre mois, et la dernière fois c'était le 20 décembre", a-t-il dit.

"Cela a incité le conseil à tenir une autre session, le 24 décembre, mais cette fois sous la présidence du vice-ministre de l'Enseignement supérieur, qui a exercé des pressions sur les doyens pour qu'ils acceptent de voter sans tenir compte des exigences académiques et légales".

Aucun poste vacant annoncé

Les universitaires sont nommés en plusieurs étapes, a déclaré Naji.

"Au début, le ministère annonce ses besoins pour combler un poste vacant", explique-t-il. "Le ministère sélectionne parmi les candidats se basant sur les critères de mérite et les normes académiques, puis fait une recommandation au conseil de la faculté, qui l'envoie au conseil de l'université. et ensuite le conseil l'approuve".

Naji a exprimé sa surprise au sujet des nouvelles nominations, notant qu'aucun poste vacant n'avait été annoncé et qu'il n' y avait eu aucune approbation financière et administrative de ces nominations au ministère de la fonction publique et au ministère des Finances.

Ceux qui répondent aux exigences d'embauche de l'université sont beaucoup moins nombreux que ceux dont les nominations ont été approuvées, a-t-il dit.

"A la faculté d'éducation, par exemple, ceux qui ont été approuvés sont 51, tandis que ceux qui répondent aux exigences sont seulement 11", a-t-il ajouté.

"Le nombre d'emplois réservés à ceux qui détiennent une maîtrise et un doctorat est de 167, et le reste est destiné à des enseignants", a-t-il déclaré.

"La plupart des enseignants ont travaillé à l'université pendant des années sans recevoir de salaire, et ils attendaient de devenir enseignants à plein temps", a-t-il indiqué.

"Le vrai problème est que les Houthis veulent prendre la décision sous prétexte d'aider ceux qui répondent aux exigences, mais ils veulent en réalité nommer ceux qui les soutiennent, ce qui constitue une violation flagrante des lois et des normes académiques pertinentes. dit-il.

La nouvelle nomination fait suite à une purge d'octobre à l'université de Sanaaau cours de laquelle 122 membres du personnel et professeurs de l'université ont été licenciés dans une action largement considérée comme servant l'agenda des Houthis.

Aimez-vous cet article?
4
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha