Politique

Le Bahraïn attaque les liens du Qatar avec l'Iran

Ahmed Hassan à Bahraïn

image

Une femme iranienne se dirige vers une succursale de Qatar Airways dans la capitale, Téhéran, le 6 juin. L'Arabie saoudite et ses alliés, y compris l'Egypte, les Emirats arabes unis et le Bahraïn ont rompu lundi les liens diplomatiques et les liaisons de transport avec le Qatar, accusant lcet Etat du Golfe de soutenir l'extrémisme. [Atta Kenare / AFP]

Un nombre de responsables et d'observateurs du Bahraïn citent les liens du Qatar avec l'Iran en tant que source principale de la plus grande crise diplomatique qui a touché la région depuis des années.

Les pays arabes, dont le Bahraïn, l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, ont rompu lundi 5 juin leurs liens avec le Qatar, l'accusant de soutenir l'extrémisme et de commettre des violations flagrantes".

"Le Qatar s'est isolé avec ses actions politiques imprudentes", a déclaré l'analyste politique Salman Nasser, président du groupe Independent Human Rights Activists.

"Le gouvernement de Doha a commis une grave erreur en renforçant ses relations avec l'Iran, dont la doctrine sectaire comprend la division des rangs arabes et l'interférence dans les affaires des Etats du Golfe", a-t-il indiqué.

"Le Qatar est appelé à corriger sa situation politique immédiatement et à réévaluer ses calculs en ce qui concerne son alignement avec un pays qui a de mauvaises intentions envers tous les pays de la région", a affirmé Nasser.

Il a appelé le Qatar à "réorienter sa boussole politique vers les pays du Conseil de coopération du Golfe (GCC)", soulignant qu'il ne peut pas s'aligner sur deux opposés, car cela n'aboutirait pas à des résultats positifs.

"Doha doit reconnaître qu'il s'agit d'un membre fondateur du CCG et ne peut pas conclure des accords militaires et économiques secrets avec une république reconnue pour son engagement dans des activités extrémistes et terroristes", a-t-il dit.

Cela va à l'encontre des principes du GCC, qui insistent sur l'unité et le but commun, a-t-il souligné, notant que l'Iran est le seul bénéficiaire de tout ce qui s'est passé, ce qui l'aide à atteindre ses ambitions politiques et coloniales dans la région.

Mesures draconiennes

Le Bahraïn a retiré, lundi 5 juin, sa mission diplomatique de Doha et a donné à tous les membres de la mission diplomatique Qatariote 48 heures pour quitter le pays.

Le Bahraïn a également fermé son espace aérien, ses ports et ses eaux régionales au trafic aérien et maritime du Qatar, révoqué les licences de la compagnie aérienne Qatar Airways et ordonné la fermeture de ses bureaux dans le royaume.

Le gouvernement bahraïni a interdit à ses citoyens de se rendre au Qatar ou de séjourner au Qatar et a refusé d'autoriser les ressortissants qatariotes à entrer ou à traverser leur territoire. Les résidents et les visiteurs Qatariotes ont reçu 14 jours pour quitter le Bahraïn.

Dans une déclaration publiée lundi, le Bahraïn a déclaré que la rupture des relations diplomatiques "repose sur l'insistance de l'Etat du Qatar à continuer de compromettre la sécurité et la stabilité du royaume de Bahraïn et d'intervenir dans ses affaires intérieures, ainsi que sur l'escalade et l'incitation à ses médias et son soutien aux actes de terreur et au financement de groupes armés affiliés à l'Iran pour mener des attaques subversives et répandre le chaos dans le royaume".

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l'Egypte, le Yémen, la Libye, la Mauritanie, les Maldives, les îles Maurice et les îles Comores ont pris des mesures similaires, et la Jordanie a déclaré qu'il réduirait sa représentation diplomatique à Doha et fermerait le bureau d'Amman de la télévision Al-Jazeera.

Le Bahraïna a emboîté le pas, jeudi 8 juin, aux Emirats Arabes Unis en annonçant que l'expression de la sympathie pour le Qatar sur les sanctions imposées par ses voisins du Golfe constitue une infraction punissable par une longue peine d'emprisonnement, a rapporté l'AFP.

"Toute expression de sympathie avec le gouvernement du Qatar ou l'opposition aux mesures prises par le gouvernement du Bahraïn, que ce soit par les médias sociaux, Twitter ou toute autre forme de communication, est une infraction pénale punissable jusqu'à cinq ans de prison et une amende", a déclaré le ministère Bahraïni de l'Intérieur.

Les Emirats arabes unis a annoncé mercredi une décision similaire, avertissant que les délinquants pourraient être confrontés à une peine allant de trois à quinze ans de prison et une amende de 500 000 dirhams (136 125 dollars) s'ils critiquent la décision de boycotter le Qatar.

La crise est la première du genre puisque les ambassadeurs ont été retirés en 2014 pour des raisons semblables à l'escalade régionale actuelle contre le gouvernement de Doha.

Le Qatar a commis 'de graves erreurs'

Le député Bahraïni, Khaled al-Shaer, a déclaré que les décisions prises par son pays et d'autres gouvernements étaient "nécessaires pour que le Qatar se rende compte qu'il avait commis de graves erreurs accumulées sur une longue période".

Qatar a cherché à intervenir dans les affaires intérieures du Bahraïn et à déstabiliser le royaume en "soutenant les activités terroristes armées", a souligné Al-Shaer.

De plus, a-t-il dit, il s'est engagé dans l'incitation des médias à soutenir le financement de groupes affiliés à l'Iran qui se sont engagés dans des activités subversives au Bahraïn.

Ces actions sont une "violation flagrante" du droit international, a-t-il déclaré, ainsi que les principes du bon voisinage ou de l'engagement envers les constantes des relations du Golfe, alors qu'ils renoncent à tous les engagements antérieurs.

"Le Qatar a renforcé ses relations avec le régime iranien malgré l'ingérence continue de Téhéran dans les affaires du royaume et des pays du Golfe", a-t-il souligné.

"Le poids que les Etats du Golfe ont en bloc unique est important pour tous les Etats du CCG et revêt une grande importance pour le Qatar", a affirmé Al-Shaer". Alors, son insistance continue à aller à l'encontre du grain lui permettrait de perdre le soutien du GCC face aux forces qui cherchent à fragmenter la région, en particulier l'Iran".

Insensibilité à l'accord de Riyad

L'analyste des affaires politiques et régionales, Hamad al-Amer, a noté de son côté que le Qatar a signé l'accord de Riyad en 2014 à la suite d'une crise antérieure.

Dans cet accord, il s'est engagé à ne pas abriter ou soutenir des groupes terroristes ou des partis hostiles aux Etats du CCG et d'arrêter toutes les activités médiatiques contre les Etats du CCG.

"Doha ne respecte aucune des dispositions de l'accord de Riyadh, et ce qui a exacerbé la situation est son incitation par les médias à ses voisins, ce qui a eu un impact négatif sur la sécurité et la stabilité des Etats du CCG", a-t-il déclaré.

Al-Amer a souligné que le principal bénéficiaire du conflit actuel du Golfe est le régime iranien qui "a pu étendre son influence dans de nombreux pays arabes ... en parrainant le terrorisme, la violence et la contrebande d'armes et d'explosifs au Bahraïn et en Arabie Saoudite".

"Le Qatar a aujourd'hui l'obligation de s'engager à renforcer sa coopération avec les Etats du Golfe pour protéger sa sécurité, son indépendance et ses aspirations", a ajouté Al-Amer.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Parce que chaque Etat a un certain but en termes de renforcement des relations. L'Arabie Saoudite est en accord avec les grandes puissances qui financent le terrorisme, et aussi avec le Bahreïn. Le Qatar n'est pas intervenu dans ces relations.

Répondre