Terrorisme

Lahj au Yémen en alerte après une attaque d'al-Qaïda

Par Abou Bakr al-Yamani à Sanaa

image

Un homme yéménite regarde un véhicule en feu suite à une attaque à la bombe d'al-Qaeda à al-Houta, la capitale provinciale de Lahj, le 27 mars. [Saleh al-Obeidi / AFP]

Le gouvernement yéménite a réaffirmé son engagement à lutter contre le terrorisme et à éradiquer les corbeaux d'extrémistes dans à l'issue de l'attaque mortelle d'al-Qaïda du 27 mars contre un complexe gouvernemental dans la province de Lahj.

Après l'attaque à al-Houta, Lahj a mis en place des mesures de sécurité strictes et a relevé le niveau d'alerte pour répondre à toute attaque potentielle d'al-Qaeda ou de "l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), ont déclaré des responsables à Al-Mashareq .

L'attaque a commencé lorsque les combattants d'al-Qaïda ont essayé de conduire un véhicule chargé d'explosifs dans le siège temporaire de la direction de la sécurité et de l'autorité locale de la province de Lahj.

Les forces yéménites ont ouvert le feu sur le véhicule, et les assaillants ont retourné le feu.

Les forces de sécurité ont tué neuf combattants d'al-Qaeda, dont trois portant des ceintures d'explosifs et d'autres armés d'armes à feu, lorsque les assaillants ont attaqué le bâtiment suite à l'attaque aux explosifs initiale, a rapporté l'AFP.

Six soldats et quatre civils ont été tués dans l'explosion et la fusillade, et deux soldats et deux civils ont été blessés, a déclaré un responsable yéménite.

Al-Qaïda a revendiqué l'attaque.

Augmentation des mesures de sécurité

Dans un message adressé aux familles des victimes, le premier ministre Ahmed Obaid Bin Dagher a affirmé la volonté du Yémen de continuer à lutter contre le terrorisme.

Il a décrit l'attaque comme "lâche et dépourvue de valeurs morales et humanitaires", ont rapporté les médias yéménites.

Dans un communiqué, l'autorité locale a déclaré que l'attaque a commencé par une tentative d'attentat-suicide impliquant une camionnette de passagers et une camionnette à la porte extérieure du Bureau de la santé.

L'attaque à la porte du bureau, maintenant le siège temporaire de la direction de la sécurité et de l'autorité locale, a été suivie d'une attaque dans laquelle des hommes armés habillés en uniformes militaires ont tenté de briser le mur du bâtiment.

Le gouverneur adjoint de Lahj, Awad bin Awad al-Salahi, a déclaré à Al-Mashareq que le comité de sécurité s'est réuni le 28 mars, le lendemain de l'attaque, et a pris une série de mesures pour augmenter le niveau de préparation dans la province.

"Les dispositions de sécurité étaient en vigueur avant et après l'incident, car nous nous attendions à ce que les éléments terroristes fassent des attaques terroristes surprises de temps en temps", a-t-il déclaré.

Les forces de sécurité dans la province de Lahj ont pris de fortes mesures de dissuasion contre al-Qaïda, poursuivant et en capturant beaucoup et forçant le reste à se cacher, a-t-il précisé.

"Les forces de sécurité continuent de poursuivre et d'appréhender ces éléments terroristes qui ne cherchent qu'à mener à bien des projets subversifs et destructeurs contre l'humanité et le pays", a ajouté al-Salahi.

Lors de sa réunion, le comité de sécurité a adopté de nouveaux dispositifs de sécurité et des mesures préventives supplémentaires visant à "éviter l'élément de surprise et à s'assurer que de telles attaques ne se répètent pas", a déclaré Al-Salahi.

Forte condamnation

Le gouverneur de la province de Lahj Mohammed Salam a déclaré pour sa part à Al-Mashareq que les habitants de Lahj ont condamné fermement ces crimes.

"Les gens de Lahj sont pacifiques et favorables à la sécurité, à la stabilité et au renforcement des institutions dans la province", a-t-il noté, ajoutant que les résidents travaillent du côté de l'Etat et se sont opposés au terrorisme et à l'extrémisme.

Le peuple de Lahj "condamne totalement et complètement tout acte terroriste, qu'il se produise à Lahj ou dans toute autre province yéménite, une position partagée par les Yéménites dans d'autres provinces, qui condamnent également de tels actes", a-t-il indiqué.

Il a souligné que les attaques terroristes n'avaient aucun fondement pour les justifier en Islam et qu'elles vont " à l'encontre des lois et des conventions humanitaires".

Malgré les pertes qu'il a causées, l'incident du 27 mars a démontré "la vigilance du personnel de sécurité", qui ont pu se battre et éliminer les assaillants, a déclaré Adnan al-Humairi, chercheur aux affaires politiques, à Al-Mashareq.

Il a demandé à l'autorité locale de travailler à renforcer les forces de sécurité avec plus de troupes et d'équipements militaires pour empêcher une attaque de représailles par les éléments d'al-Qaïda, qui sont versés dans "la guérilla".

Les clercs et les érudits religieux doivent également jouer un rôle dans "l'éradication des bases du terrorisme et de l'idéologie extrémiste dans l'esprit de la jeunesse", a déclaré M. Humairi, ajoutant que la pauvreté les rend particulièrement vulnérables au recrutement.

"Al-Qaïda exploite ces facteurs dans ses opérations de recrutement car elle profite de ces conditions humanitaires difficiles et complexes", a-t-il précisé, notant que les groupes extrémistes ont exploité la guerre du Yémen pour se développer.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500