Sécurité

L'Egypte et la Jordanie en manœuvres militaires pour améliorer la coopération

Par Waleed Abou al-Khaïr au Caire

image

Les forces armées égyptiennes et jordaniennes ont récemment mené des exercices conjoints de 20 jours sur les terrains d'entraînement de l'armée jordanienne. [Photo fournie par les Forces armées égyptiennes]

Les forces armées égyptiennes et jordaniennes ont récemment organisé des exercices conjoints de 20 jours sur les terrains d'entraînement de l'armée jordanienne afin de renforcer les capacités et la coordination à long terme, et pour les former à répondre à de potentielles menaces de sécurité.

Les manœuvres « Aqaba 2016 », s'étalant du 5 au 25 novembre, ont vu la participation d'unités de l'armée de terre, de la marine, de l'armée de l'air et des forces spéciales des deux pays.

Ces exercices communs envoient « un message important destiné aux groupes terroristes de la région et à dévoiler le niveau de préparation pour y répondre, non seulement en Egypte et en Jordanie, mais dans toute la région », a déclaré le général de division et analyste militaire Abdoul Karim Ahmed, officier de l'armée égyptienne à la retraite.

Ces exercices interviennent à un moment critique pour la région, a-t-il indiqué.

« Il est évident que les exercices communs améliorent le niveau de préparation nécessaire pour faire face aux menaces terroristes, car la plupart des groupes terroristes, quels que soient leurs noms ou leur emplacement, utilisent la même approche de combat », a-t-il ajouté.

La Jordanie est sous la menace d'attaques terroristes, ayant été prise pour cible plusieurs fois , a-t-il déclaré, et est exposée à de possibles menaces venues de la Syrie proche.

Pendant ce temps, « l'Egypte est prise dans une véritable guerre contre des terroristes dans le Sinaï , où elle combat tous les jours des groupes armés », a-t-il rappelé.

Le programme Aqaba 2016 a compris des exercices théoriques et pratiques qui ont été développés sur la base des menaces terroristes qui pèsent sur la région, a fait savoir Ahmed, et qui se sont déroulés sur plusieurs types de terrain.

Ceux-ci ont inclu des formations pour les forces navales des commandos Saïqa et des commandos de marine, des entraînements aux opérations d'interdiction maritimes, aux opérations de lutte contre le piratage, aux abordages de vaisseaux et aux débarquements, a-t-il précisé.

Il y a également eu des formations aux opérations spéciales aériennes incluant des opérations de surveillance, de reconnaissance et de brouillage électronique, tandis que les forces au sol se concentraient sr les opérations de lutte contre le terrorisme, d'assaut et de libération d'otages.

Des exercices de tir ont été conduits avec différents types d'armes, a-t-il poursuivi, tandis que l'Intervention rapide a effectué des entraînements tactiques de ligne de tir et a participé à plusieurs types d'exercices de tirs à balles réelles.

Les exercices communs créent de l'affinité

« Il est très important que des exercices conjoints soient mis en place dans des pays de la même région géographique », a déclaré le général de division Wael Abdoul Mouttalib, spécialiste des groupes terroristes et ancien officier de l'armée égyptienne.

Le but est d'améliorer les capacités de combat des soldats, de rapprocher les méthodologies des deux armées et de créer une affinité entre elles grâce à l'entraînement commun, a-t-il indiqué à Al-Mashareq.

Il est aussi important d'apprendre à opérer « sous des salles d'opérations conjointes qui peuvent être établies pour répondre à toutes circonstances ou menaces terroristes potentielles, en anticipation et pour se préparer à toute coopération qui pourrait avoir lieu à l'avenir », a-t-il déclaré.

L'Egypte et la Jordanie ont pris part à plusieurs exercices militaires communs au cours des dernières années, a fait savoir Abdoul Mouttalib.

« Les forces égyptiennes ont organisé des manœuvres similaires avec plusieurs pays de la région, dont les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite et le Bahreïn », a-t-il indiqué.

D'autres exercices conjoints d'entraînement militaires récents effectués par les Forces armées égyptiennes incluent les exercices navals « Morjan 15 » avec l'Arabie saoudite, les manœuvres communes de l'armée de l'air « Horus 2015 » avec la Grèce, les exercices conjoints de commandos avec l'Italie, des exercices avec les forces spéciales du SAS britannique, les manœuvres navales « Ramses 2016 » avec la France, et les exercices « Eagle Salute 2016 » avec les Etats-Unis et les Emirats arabes unis.

Les plus importants de ceux-ci ont été les récents exercices « Northern Thunder » en Arabie saoudite, avec la participation de 22 pays arabes et musulmans, a-t-il indiqué.

Echange d'expérience militaire

Les récentes manœuvres en Jordanie sont importantes pour l'Egypte, car elles sont conduites sur un sol étranger, a affirmé le général de division et analyste en stratégie Yahya Mohammed Ali, ancien officier de l'armée égyptienne.

« La logistique de transport à elle seule répondent à des exigences militaires, des arrangements et des protocoles, les équipes de logistique, de transport et de maintenance étant lourdement impliquées dans le processus, car elles ont pour responsabilité le transport de soldats et de matériel vers des territoires lointains », a-t-il expliqué.

L'armée gagne beaucoup d'expérience pour le déplacement rapide et la préparation au combat loin de ses postes et lieux de déploiements habituels, a-t-il ajouté.

En participant à des manœuvres communes, l'armée égyptienne échange de l'expertise militaire et apprend à manipuler différents types d'armes, a déclaré Ali.

« Les armements militaires diffèrent d'un pays à l'autre, en fonction des accords d'armement [de chaque pays], en plus du bénéfice de s'entraîner dans plusieurs lieux pour des opérations militaires et des guerres potentielles », a-t-il indiqué.

Des exercices comme « Aqaba 2016 » aident les deux camps à identifier les problèmes auxquels ils pourraient être confrontés pendant l'entraînement, ce qui leur permettra d'y répondre rapidement s'ils se produisaient dans de véritables situations de combat, a-t-il déclaré.

Aimez-vous cet article?
2
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire