Sécurité

Arrestation au Liban de l'agent de l'EIIL qui envoyait des combattants à al-Raqa

Par Nohad Topalian à Beyrouth

image

Des soldats de l'armée libanaise arrêtent un suspect de « l'État islamique en Irak et au Levant ». [Photo de la Direction de l'orientation de l'armée libanaise]

La Direction des renseignements de l'armée libanaise a récemment arrêté un agent de haut niveau de « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL) accusé de faire traverser la frontière illégalement à des combattants afin de renforcer les rangs du groupe en Syrie.

Les forces de sécurité ont appréhendé Abou Bilal al-Qabbout, un ressortissant syrien, et trois autres Syriens qui se trouvaient avec lui, lors d'une opération lancée le 26 août à l'aube dans la ville de Rajm Issa, dans la région libanaise de Wadi Khaled, près de la frontière avec la Syrie.

Les membres de cette cellule ont été transférés au siège de la Direction des renseignements de l'armée au ministère de la Défense, où ils sont interrogés.

L'arrestation d'al-Qabbout fait suite à une longue surveillance, a indiqué le journaliste libanais Ghassan Rifi, qui couvre les affaires de sécurité dans le nord.

Elle est importante en raison des informations qu'il peut fournir, a-t-il expliqué, ajoutant qu'al-Qabbout était un passeur essentiel pour les combattants, les armes et les fonds entre le bastion syrien de l'EIIL d'al-Raqa et le nord du Liban, et l'enquête permettra de connaître les noms des personnes qui travaillaient avec lui au Liban et en Syrie.

Rifi a expliqué à Al-Mashareq qu'il avait appris qu'al-Qabbout « était le responsable de l'EIIL au Liban chargé de la contrebande ».

En plus de passer illégalement des armes et des fournitures par la frontière, a-t-il précisé, al-Qabbout « était activement impliqué dans le passage de combattants et d'individus recherchés en échange de sommes d'argent importantes, allant de 1 000 à 3 000 dollars par personne ».

L'EIIL lui avait récemment et à plusieurs reprises confié la tâche de faire passer de nouvelles recrues, a affirmé Rifi, ajoutant avoir appris des autorités chargées de l'enquête qu'al-Qabbout était « un membre de l'EIIL, pas seulement un collaborateur ».

« La cellule dirigée par al-Qabbout avait réussi au cours des derniers mois à faire passer illégalement plusieurs personnes importantes recherchées par la justice, notamment Nabil Skaff, un chef de l'EIIL dans le nord du Liban », a-t-il indiqué.

Skaff a été tué il y a un mois à Alep avec deux autres individus qui avaient récemment rejoint l'EIIL, a déclaré Rifi.

« Ces individus avaient joué des rôles majeurs dans les combats sur les marchés de Tripoli entre l'armée et les groupes extrémistes en octobre 2014 », a-t-il précisé.

Les habitants de Tripoli rejettent l'EIIL

L'arrestation d'al-Qabbout est « une étape importante dans les efforts pour combattre le terrorisme et le passage illégal de kamikazes entre le Liban et la Syrie et vice-versa », a déclaré Moustafa Allouch, responsable du Courant du futur et ancien député de Tripoli.

« Cette arrestation survient à un moment où l'EIIL et son influence sont sur le déclin par suite des lourdes pertes que subit le mouvement », a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

Les habitants de Tripoli « ne suivent pas la ligne de l'EIIL », a-t-il affirmé, ajoutant que la vision du groupe « ne plaît pas aux Sunnites du nord, qui voit le groupe comme un représentant de l'extrémisme ».

Bien qu'il faille s'attendre à ce que l'arrestation d'al-Qabbout ait un impact sur les opérations de recrutement de l'EIIL au Liban, a ajouté Allouch, beaucoup de travail reste à faire.

« Il y en a beaucoup comme lui », a-t-il expliqué, ajoutant que la difficulté réside dans la façon d'éradiquer les causes profondes qui peuvent pousser des personnes à épouser l'idéologie de l'EIIL et celle d'autres groupes armés qui combattent en Syrie.

Cellules dormantes

Les agences de sécurité libanaises ont accès à des technologies avancées qui leur permettent de mettre à jour des cellules dormantes en surveillant leurs communications, leurs mouvements et leur utilisation des réseaux sociaux, a expliqué le général de brigade et expert en stratégie militaire Naji Malaeb, officier de l'armée libanaise à la retraite.

« Les agences sont devenues expertes en contre-terrorisme et dans la poursuite de cellules [terroristes], et plus important encore, elles accordent la plus grande importance aux affaires liées au terrorisme », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Ces agences ont mené « des opérations qualitatives » qui ont débouché sur d'importantes arrestations, a-t-il expliqué, dont certaines sont annoncées, d'autres sont gardées secrètes pour des raisons de sécurité et pour protéger l'intégrité des enquêtes.

« L'arrestation d'al-Qabbout conduira indubitablement à une diminution du passage illégal de personnes pour l'EIIL, car quiconque souhaite le faire réfléchira à deux fois avant de faire ce qu'on lui demande », a conclu Malaeb.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Le principal recruteur contre le régime syrien est le terroriste numéro un, le ministre de la Justice Ashraf Rifi. Que son honneur soit maudit, il n'a aucun honneur.

Répondre