Manifestations

Les Yéménites appellent à la fin de la guerre et des violences extrémistes

Par Faisal Darem à Sanaa

image

Des Yéménites appellent à la fin de la guerre lors d'un défilé dans le district d'al-Safiya à Sanaa [Faisal Darem/Al-Shorfa]

Dans tout le pays, des Yéménites sont descendus dans la rue pour demander la fin de la guerre et des violences perpétrées par des groupes extrémistes comme al-Qaida et « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL).

Les manifestations quotidiennes contre la souffrance humaine et les difficultés économiques qui frappent les citoyens sont organisées par des étudiants, des employés du secteur public et des militants de la société civile dans la plupart des provinces yéménites.

Des manifestations hebdomadaires ont également lieu devant les bureaux de l'ONU à Sanaa. Les participants y appellent l'organisation à contribuer à mettre un terme à cette guerre.

« Nous participons aux manifestations pour faire entendre la voix de la paix afin qu'elle atteigne le monde entier », a déclaré Sharaf al-Hamzi, fonctionnaire ayant participé à la manifestation du 30 mai devant les bureaux des Nations unies.

Ces manifestations ont pour but de « faire pression pour la fin de la guerre dans le cadre de notre devoir humanitaire envers le peuple du Yémen », a-t-il confié à Al-Shorfa.

La guerre a eu un effet catastrophique sur la situation humanitaire au Yémen, a déploré al-Hamzi, notamment en termes d'impact économique lors des premiers mois, car de nombreux employés des secteurs public et privé ont perdu leur emploi.

« Beaucoup de gens ont dû renoncer à leurs besoins élémentaires, et d'autres ont dû vendre ce qu'il leur restait de bijoux, d'appareils [électroniques] et de meubles pour joindre les deux bouts », a-t-il ajouté.

Moyen d'expression pacifique

Ces défilés sont un moyen d'expression pacifique, a souligné Fatima al-Huraibi, directrice générale de l'Office yéménite de promotion du tourisme.

« Ils sont pour la paix et la fin de la guerre », a-t-elle expliqué à Al-Shorfa.

Al-Huraibi a ajouté qu'elle s'était jointe à une manifestation dans le district de Kawkaban, dans la province d'al-Mahwit, en février, qui avait pour but de protester contre la destruction de sites historiques et archéologiques.

Les manifestations populaires encouragent une culture de paix et font pression sur les pourparlers en cours au Koweït et sur la communauté internationale pour mettre fin à la guerre, a affirmé Mohammed Karib, membre de l'office culturel de la province d'Ibb.

« Les médias sociaux et les sites internet rapportent ces événements presque quotidiennement, » a-t-il expliqué, ajoutant qu'ils aident à faire entendre la voix du peuple.

Les participants à ces manifestations font entendre « la voix de la paix que le monde devrait écouter et travailler à atteindre », a-t-il déclaré.

Dans tout le Yémen, des écoles ont organisé des manifestations pour exiger la fin de la guerre. Au lycée al-Kuwait de Sanaa, des étudiants et des membres du personnel, tous masculins, se sont mis torses nus le 31 mai en signe de solidarité avec leurs homologues d'al-Hodeidah.

« Nous avons enlevé nos vêtements et nous sommes joints à la manifestation pour montrer notre solidarité avec les étudiants d'al-Hodeidah. Cette ville connaît des températures très élevées alors que nous entrons dans la saison estivale », a rapporté Ahmed Jameel, étudiant d'al-Kuwait.

La province côtière subit d'importantes coupures de courant depuis le début de la guerre, qui aggravent encore les souffrances de ses résidents.

Au bord du désastre

« Nous sommes au bord d'un désastre humanitaire, car de nombreuses personnes meurent de faim en raison de mauvaises conditions sanitaires, » a expliqué Mansour al-Asbahi, directeur du Centre médiatique social de l'Aden rurale.

Des épidémies de maladies ont éclaté dans les zones de conflit, a-t-il confié à Al-Shorfa.

« Nous mettons en place des campagnes de sensibilisation dans les zones touchées et celles qui ont connu le conflit armé, » a-t-il indiqué, y compris à Taïz, où des gens sont morts après avoir contracté la dengue et d'autres maladies.

Il est essentiel et urgent de mettre fin à la guerre et aux violences perpétrées par des groupes extrémistes comme al-Qaida, a-t-il affirmé à Al-Shorfa.

« Nous devons œuvrer pour brandir la bannière de la paix plutôt que celle de la guerre, et nous concentrer sur la coexistence et l'acceptation des autres sur des principes de respect mutuel, » a-t-il déclaré.

Les manifestations qui ont lieu dans tout le pays « sont l'appel des Yéménites adressé au reste du monde. Elles témoignent des souffrances et insistent sur l'importance de travailler pour la fin de la guerre et pour sauver la situation humanitaire », a-t-il précisé.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500