Les sanctions américaines pourraient frapper les alliés du Hezbollah au Liban

Les alliés du Hezbollah au Liban pourraient être frappés par les sanctions américaines, a annoncé jeudi 12 septembre l'envoyé américain David Schenker, a annoncé l'AFP.

"À l'avenir, nous désignerons, car nous le devons, des individus au Liban qui aident et assistent le Hezbollah, quelle que soit leur secte ou leur religion", a déclaré le secrétaire adjoint aux Affaires du Proche-Orient au réseau libanais LBCI.

Le parti soutenu par l'Iran est désigné un groupe terroriste par les États-Unis depuis 1997.

L’avertissement intervient alors que les sanctions imposées par les États-Unis à l’encontre du Hezbollah et de son bailleur de fonds, le Corps des gardes de la révolution islamique (IRGC), ont augmenté.

Le 29 août, au Liban, accusée d'agir comme une institution financière clé du Hezbollah.

Jeudi, Schenker a déclaré que la décision ne visait pas "une communauté particulière".

"Le Hezbollah exploite votre système financier et, conformément à la loi, nous devons désigner ces banques", a-t-il signalé.

En juillet, les États-Unis ont imposé des sanctions à trois hauts responsables du Hezbollah au Liban, dont deux législateurs, lors de la première action de ce type contre des membres du parlement.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha