ONU : Accord de cessez-le-feu pour un port clé du Yémen lors des pourparlers de paix

Le chef de l'ONU, Antonio Guterres, a annoncé jeudi 13 décembre une série d'avancées dans les négociations avec les rivaux dans le conflit au Yémen, y compris un cessez-le-feu pour un port vital, a rapporté l'AFP.

Dans un geste hautement symbolique le septième et dernier jour des pourparlers de paix sous l'égide des Nations unies en Suède, le ministre des Affaires étrangères yéménite Khaled al-Yamani et le négociateur houthi Mohammed Abdelsalam se sont serrés la main sous un tonnerre d'applaudissements.

Cependant, un certain nombre de questions restent non-résolues et un nouveau round de négociations aura lieu fin janvier, a déclaré Guterres.

Le conflit a déclenché ce que l'ONU appelle la plus grave crise humanitaire au monde : 14 millions de yéménites sont maintenant au bord de la famine.

António Guterres, arrivé mercredi en Suède, a annoncé que le gouvernement et les Houthis soutenus par l'Iran (Ansarallah) s'étaient mis d'accord sur un cessez-le-feu pour le port d'al-Hodeidah, principal point d'entrée pour les denrées alimentaires et l'aide importées.

"Il y a un cessez-le-feu déclaré pour l'ensemble du gouvernorat d'al-Hodeidah dans l'accord et il y aura un retrait de toutes les forces de la ville et du port", a-t-il déclaré à la presse.

L'envoyé spécial des Nations Unies, Martin Griffiths, qui doit informer le Conseil de sécurité sur le Yémen vendredi, a indiqué pour sa part que le retrait devrait avoir lieu "d'ici quelques jours".

Guterres a souligné que l'ONU jouerait un "rôle de premier plan" dans la surveillance du port de la mer Rouge, actuellement contrôlé par les Houthis, et faciliterait l'accès de l'aide à la population civile.

En outre, les rivaux sont parvenus à une "entente mutuelle" pour la troisième ville du pays, Taiz, où se déroulent certaines des batailles les plus intenses du conflit.

Mais aucun accord n'a été conclu sur l'avenir de l'aéroport de Sanaa, la capitale, ni sur les mesures économiques indispensables pour aider la population du pays.

Les pourparlers de janvier se concentreront sur un cadre de négociations concernant un processus politique, qui selon Guterres était la seule solution au conflit.

Le ministre des Affaires étrangères, Khaled al-Yamani, a déclaré à la presse que ces accords constituaient le plus grand pas en avant depuis le début de la guerre, mais restaient "hypothétiques". Quant au négociateur en chef des Houthis, il a déclaré que les Houthis avaient fait "des concessions majeures" sur al-Hodeidah.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500