Terrorisme

Un observatoire de financement du terrorisme rétablit les sanctions contre l'Iran

AFP

image

Le président iranien Hassan Rouhani prononce un discours présentant le nouveau budget de la République islamique pour l'exercice débutant fin mars 2020. Le 21 février, le GAFI a rétabli des sanctions contre l'Iran affirmant qu'il n'avait pas pris de mesures suffisantes contre le blanchiment d'argent et le financement de groupes terroristes. [ STR / AFP]

Un organisme de surveillance financier multinational a rétabli les sanctions contre l'Iran vendredi 21 février, affirmant que la République islamique n'a pas pris de mesures suffisantes contre le blanchiment d'argent et le financement des groupes terroristes.

Dans un communiqué publié après une réunion à Paris, le Groupe d'action financière (GAFI) composé de 38 pays a annoncé qu'il levait une suspension de sanctions qu'il avait accordée en 2016 pour donner à l'Iran le temps de travailler sur les réformes.

Étant donné que "l'Iran n'a pas promulgué les conventions de Palerme et du financement du terrorisme conformément aux normes du GAFI, ce dernier lève complètement la suspension des contre-mesures", a déclaré l'organe, se référant à la convention des Nations Unies de 2001 contre le crime organisé.

Il a également appelé les membres du GAFI et "toutes les juridictions à appliquer des contre-mesures efficaces".

L'Iran est seul avec la Corée du Nord sur la liste noire de l'agence.

Le mois dernier, un organe d'arbitrage iranien a donné son approbation à un projet de loi anti-blanchiment considéré comme crucial pour le maintien des relations commerciales et bancaires internationales.

Le gouvernement du président Hassan Rouhani a déclaré que les lois étaient nécessaires pour répondre aux exigences fixées par le GAFI.

Le GAFI a déclaré vendredi qu'il garderait l'Iran sur une "liste de juridictions à haut risque" et déciderait des prochaines étapes "si l'Iran ratifie les conventions de Palerme et du financement du terrorisme, conformément aux normes du GAFI".

"Tant que l'Iran n'aura pas mis en œuvre les mesures nécessaires pour combler les lacunes identifiées en matière de lutte contre le financement du terrorisme ... le GAFI restera préoccupé par le risque de financement du terrorisme émanant de l'Iran et la menace que cela représente pour le système financier international", a-t-il précisé.

Aimez-vous cet article?
1
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Informations importantes et utiles.

Répondre