Éducation |

Au Liban, les réfugiés syriens retournent à l'école malgré les difficultés

Nohad Topalian à Beyrouth

image

Des enfants syriens en classe à l'école primaire d'Antelias. [Nohad Topalian/Al-Mashareq]

Malgré le climat politique tumultueux au Liban et le blocage des routes qui a entraîné la fermeture d'écoles, les élèves libanais et syriens ont aujourd'hui pour la plupart repris les cours.

Un grand nombre d'élèves syriens réfugiés sont inscrits dans des écoles publiques dans tout le Liban et assistent aux cours du matin et de l'après-midi.

Issam Hussein, réfugié de Daraa âgé de 12 ans qui vit maintenant à Ksara dans la vallée de la Bekaa, a déclaré à Al-Mashareq qu'il espère que les écoles ne fermeront plus leurs portes.

image

À Bar Elias, des enfants syriens participent à des activités éducatives proposées par la Fondation Kayany. [Photo fournie par la Fondation Kayany]

image

Des enfants syriens suivent des cours l'après-midi à l'école publique Mazraat Yachouh. [Nohad Topalian/Al-Mashareq]

« Je veux terminer ma 7e année et poursuivre mon éducation », a fait savoir Hussein, qui est inscrit à l'école publique Hawsh al-Umara.

Son école a été fermée pendant environ un mois après le début des manifestations dans tout le Liban le 17 octobre.

Les frères Mouhammed Bayazid, 10 ans, et Rimas, 8 ans, sont également revenus en classe à l'école publique de Mazraat Yachouh fin novembre pour reprendre leur année scolaire.

« Nous étions impatients de retourner à l'école », ont-ils déclaré à Al-Mashareq.

Les organisations internationales et le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur fournissent aux élèves syriens les conditions idéales pour fréquenter les écoles publiques et leur donnent tout ce dont ils ont besoin, a indiqué leur mère, Layla al-Khalil.

Cela inclut une allocation de transport pour aller à l'école et en revenir, a-t-elle précisé à Al-Mashareq.

Il est important que « mes fils poursuivent leur éducation malgré les circonstances qui pourraient causer la fermeture des écoles au Liban », a-t-elle ajouté.

« Sauver les enfants syriens par l'éducation »

L'année scolaire 2019-2020 avait commencé début septembre, mais a été suspendue à la mi-octobre en raison de la situation au Liban, a déclaré Nora Jumblatt, fondatrice et présidente de la Fondation Kayany, à Al-Mashareq.

Les écoles de Kayany ont également été fermées, et ont rouvert leurs portes en novembre, a-t-elle précisé.

« La fermeture de nos écoles pendant un mois entier a causé un retard important dans la mise en œuvre du programme scolaire », a-t-elle déclaré.

En conséquence, les samedis sont désormais des jours d'école normaux, les vacances à venir seront raccourcies, et les enseignants et le personnel administratif sont mobilisés pour rattraper le temps perdu, a-t-elle expliqué.

Jumblatt a créé la Fondation Kayany en 2013 dans le but de fournir une éducation de qualité aux enfants syriens réfugiés les plus vulnérables vivant dans des camps improvisés du gouvernorat de la Bekaa.

La fondation, avec ses partenaires, a pu mettre en place des écoles mobiles et adaptables basées sur le modèle de Ghata, qui utilise des matériaux de construction robustes et peu coûteux qui résistent aux conditions climatiques extrêmes.

« Environ 4000 enfants syriens fréquentent actuellement neuf écoles primaires et secondaires accréditées que nous avons créées à l'intérieur et à proximité de camps de réfugiés improvisés afin de leur fournir une éducation », a rapporté Jumblatt.

Mais les écoles de Kayany sont confrontées à des défis, parmi lesquels le manque d'espace pour accueillir les personnes en liste d'attente, en plus du manque de transport, des certificats de naissance manquants et du manque de soutien psychosocial.

« Indépendamment de tous les défis auxquels nous sommes confrontés, notre objectif est de sauver une génération d'étudiants syriens grâce à l'éducation », a déclaré Jumblatt.

Soutien de l'UNICEF

Toutes les écoles publiques du Liban « ont ouvert leurs portes aux élèves libanais et non libanais, y compris syriens, pour qu'ils assistent aux cours du matin et de l'après-midi », a fait savoir à Al-Mashareq un représentant du centre de presse de l'UNICEF au Liban.

« Comme l'année scolaire vient de commencer, il est difficile de déterminer le nombre d'élèves syriens inscrits à l'école », a déclaré le représentant.

Cependant, en se basant sur les données de l'année dernière, l'UNICEF s'attend à ce qu'environ 250 000 élèves syriens réfugiés âgés de 3 à 18 ans soient inscrits à l'école ».

Parmi eux, 200 000 fréquentent des écoles publiques, et 50 000 sont inscrits dans des écoles privées et semi-privées.

Selon l'UNICEF, environ 50 000 élèves syriens sont inscrits aux cours du matin aux côtés d'élèves libanais, et les autres assistent aux cours de l'après-midi, qui sont réservés aux écoliers syriens.

« Malgré l'appui indéfectible et essentiel de la communauté internationale, et compte tenu des fonds promis pour l'année scolaire 2019-2020, il y a un déficit financier de plus de 30 millions de dollars pour les seuls frais de scolarité », a indiqué l'UNICEF.

Le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur « est le principal partenaire de l'UNICEF dans le domaine de l'éducation depuis 2015 pour fournir à tous les enfants vivant au Liban une éducation de qualité, ce qui est un droit fondamental pour chaque enfant ».

Aimez-vous cet article?
1
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha