Politique |

Les armes iraniennes ont permis la violence des Houthis, affirment des experts

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Des pièces du système de guidage d'un missile balistique iranien Qiam sont exposées sur une base militaire de Washington le 14 décembre 2017. L'ambassadeur des États-Unis aux Nations unies Nikki Haley a dévoilé des informations devant prouver que l'Iran a violé la Résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies en fournissant des armes aux Houthis. [Jim Watson/AFP]

Grâce à leur association avec l'Iran, les Houthis (Ansarallah) du Yémen ont pu accéder à des armes létales qui ne se trouvaient jusqu'alors pas dans le pays et ont des effets dévastateurs, ont déclaré des experts à Al-Mashareq.

Avec les armes fournies par le régime iranien, les milices yéménites ont été en mesure d'infliger des violences meurtrières au Yémen et en Arabie saoudite, ce qui a élargi le cercle de la violence et exacerbé le conflit, ont-ils expliqué.

La coalition arabe, qui combat les Houthis pour soutenir le gouvernement légitime du Yémen, a présenté des informations prouvant que le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien a fourni des armes aux Houthis.

Les États-Unis ont également présenté des preuves impliquant l'Iran dans la fourniture d'armes sophistiquées à ses intermédiaires au Yémen, les Houthis, notamment divers types de missiles et de drones aériens.

Le 14 décembre 2017, Nikki Haley, alors ambassadrice des États-Unis auprès des Nations unies, avait dévoilé des informations qui étaient jusqu'alors confidentielles prouvant que l'Iran avait violé la Résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies en fournissant des armes aux Houthis.

Elle les avait présentées comme une preuve « indéniable » qu'un missile balistique tiré par les Houthis contre l'Arabie Saoudite le mois précédent était de fabrication iranienne, a rapporté l'AFP.

La coalition arabe a exposé à plusieurs reprises les restes de missiles et de drones que les Houthis ont tirés sur le royaume.

Des experts militaires ont confirmé que ces armes sont similaires aux missiles et drones fabriqués par l'Iran, a fait savoir le journaliste Faisal Ahmed à Al-Mashareq.

Preuves de l'implication de l'Iran

La plupart des armes que les Houthis ont utilisées n'avaient pas été vues au Yémen avant le coup d'État de septembre 2014, a déclaré Ahmed.

La fourniture d'armes par l'Iran aux Houthis remonte à 2013, a-t-il ajouté, notant que deux navires iraniens transportant des armes et saisis dans les eaux territoriales yéménites en 2013 et 2015, le Jihan 1 et le Jihan 2, « en sont la preuve ».

L'Iran a utilisé les 2500 kilomètres de côtes du Yémen, les îles yéménites et des bateaux traditionnels (les boutres) pour faire passer des armes illégalement aux Houthis, a-t-il indiqué.

Les Houthis ont également mené des attaques en mer Rouge avec des mines marines, qui sont de nouvelles armes pour eux, a-t-il expliqué, ajoutant que cela confirme le soutien du régime iranien à la milice, l'Iran utilisant les mêmes armes ailleurs.

« Tous ces éléments prouvent l'implication de l'Iran en violation des résolutions du Conseil de sécurité sur le Yémen », a-t-il affirmé.

Le comité des sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies a confirmé le lien entre les armes iraniennes et celles utilisées par les Houthis dans leurs attaques contre l'Arabie saoudite, a déclaré à Al-Mashareq Nabil Abdoul Hafeez, vice-ministre yéménite des Droits de l'homme.

« Le groupe d'experts des Nations unies au Yémen a confirmé que le drone Qasef-1 lancé par les Houthis vers le royaume est de même conception, de mêmes dimensions et de même capacité que le drone Ababil T fabriqué par l'Iran Aircraft Manufacturing Industrial Company », a-t-il fait savoir.

Cela confirme l'implication du CGRI dans les attaques qui ont tué et blessé des victimes innocentes au Yémen et en Arabie saoudite, a déclaré Abdoul Hafeez.

Les armes utilisées par les Houthis, comme les mines marines et les drones, « sont très similaires aux armes iraniennes, et confirment le rôle de l'Iran dans la prolongation de la guerre », a-t-il poursuivi.

Des experts du CGRI au Yémen

Les preuves de la présence d'experts du CGRI au Yémen pour soutenir les Houthis comprennent « l'utilisation par le CGRI de la route aérienne directe entre Sanaa et Téhéran lancée après le coup d'État des Houthis en septembre 2014 », a déclaré Abdoul Hafeez.

Il n'y avait pas de vols directs entre Téhéran et Sanaa avant cette date, a-t-il indiqué, mais depuis, deux vols quotidiens existent entre ces villes, qui transporte des cadres militaires et des formateurs du CGRI vers Sanaa.

Les armes utilisées par les Houthis sont les mêmes que celles que possèdent et utilisent non seulement le CGRI, mais également le Hezbollah libanais, a déclaré à Al-Mashareq Abdoulsalam Mohammed, directeur du Centre Abaad d'études stratégiques.

« Des unités du CGRI font passer en contrebande et livrent aux Houthis des armes que le Yémen ne possédait pas avant le coup d'État des Houthis », a-t-il déclaré.

Il s'agit notamment de missiles à courte portée, de drones, d'explosifs, de mines et de missiles antichars, a-t-il détaillé.

« Ces actions ont élargi le cycle de la violence au Yémen et l'ont étendu à l'Arabie saoudite, avec le ciblage des installations pétrolières économiques et des aéroports civils », a déclaré Mohammed.

Aimez-vous cet article?
10
NON

5 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha

Et après quoi? Ni le Conseil de sécurité, l'Amérique, Israël, l'Europe, ni aucun autre pays ne seront capable de faire quoi que ce soit à l'Iran ou les Houthis. Je les défie de le faire. Car ils sont tous des amis, et ils déçoivent les gens.

Répondre

Et qu'en est-il des armes américaines qui ont été testées au Yémen pour la première fois contre les enfants et les gens innocents?

Répondre

Le peuple yéménite a développé les roquettes que l'armée yéménite possède, et les utilise dans le bombardement du Royaume de la prostitution et de la débauche. Ce qui arrivera est plus grand, avec la volonté de Dieu! Le Yémen est la tombe des envahisseurs!

Répondre

Que Dieu bénisse l'Iran! Il se tient toujours aux côtés des opprimés. Que Dieu en fasse un trésor pour le véritable islam contre les agents d'Israël, Al Saud, Al Hamad et Al Zayed, qui ont vendu leur honneur et acheté un monde mortel à sa place!

Répondre

Ceci est une source de subsistance.

Répondre