Diplomatie

Le Qatar «sape» les alliés du CCG, affirme un ministre émirati

AFP

image

Sameh Shoukry (au centre), ministre égyptien des affaires étrangères, lit une déclaration lors d'une conférence de presse commune avec Adel al-Joubeir (à gauche), ministre saoudien des affaires étrangères, le ministre émirati des affaires étrangères Abdoullah ben Zayed Al-Nahyan (deuxième à gauche) et le ministre des affaires étrangères bahreïni Khalid ben Ahmed al-Khalifa (troisième à droite) à la suite d'une réunion dans la capitale égyptienne du Caire le 5 juillet, pour discuter de la crise diplomatique du golfe concernant le Qatar. [Khaled al-Fiqi/POOL/AFP]

Lundi 17 juillet, les Emirats arabes unis ont prévenu le Qatar qu'il ne pouvait pas appartenir au Conseil de coopération du Golfe (CCG) s'il mettait en danger la sécurité régionale, appelant à un « changement de comportement », mais pas à un « changement de régime », a rapporté l'AFP.

Les Etats du Golfe accusent le Qatar d'avoir des liens avec l'Iran et de financer des groupes extrémistes.

Le Qatar a nié ces accusations.

« Nous avons envoyé un message au Qatar. Nous lui avons dit que nous ne sommes pas là pour faire escalader la situation. Ne ne cherchons pas un changement de régime. Nous cherchons un changement de comportement », a fait savoir le ministre d'Etat aux affaires étrangères des Emirats arabes unis Anwar Gargash.

« Nous devons faire cela, et lorsque cela serait fait, revenez avec nous pour que nous travaillions ensemble », a-t-il ajouté.

Gargash a déclaré qu'il existait un problème plus vaste lié au financement des extrémistes dans le Golfe, mais que des pays comme l'Arabie saoudite « s'en occupent ».

En ce qui concerne la possibilité d'exclusion du Qatar du CCG, Gargash a déclaré : « Le CCG est en crise, et je ne pense pas que la décision d'en chasser le Qatar nous soit bénéfique ».

« Ce que nous voulons, c'est parvenir à un accord et que le comportement du Qatar change, ou que le Qatar fasse ses propres choix pour que nous puissions passer à la suite. Mais nous ne pouvons pas avoir un membre qui nous déstabilise et qui soutient l'extrémisme », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

10 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Nous ne coopérerons pas avec un pays arabe ou européen qui tente de déstabiliser la région arabe. Nous sommes arabes et unis. Je veux dire que lorsque les Arabes coopèrent et s'unissent, ce ne sera pas dans l'intérêt des pays européens. Qatar a toujours essayé de (illisible), en pensant que cela plaira aux Européens. Cependant, ils bénéficient et laisse tomber le Qatar!

Répondre

C'est la terreur! Il n'y a pas de justice!

Répondre

Le problème est que toute escalade contre le régime traître sera payée par les Qataris qui n'ont rien à voir avec ce qui se passe. Ils sont nos frères et, par conséquent, je suis contre l'escalade. J'espère que le Qatar répondra à l'appel du Golfe. O, Qatar, vous n'avez plus de personnes que vos gens!

Répondre

Les désaccords et les boycotts ne serviront que les ennemis de notre pays et ne sont pas dans l'intérêt des frères du Golfe. En ce qui concerne l'Egypte, c'est un grand point d'interrogation!!! Que Dieu nous guide tous!

Répondre

Dès le début, il s'agissait d'un comportement arbitraire des quatre pays qui ne servent pas les intérêts de la région.

Répondre

Il est clair que le Qatar prend en charge les causes des populations vulnérables et qu'il appuie le peuple palestinien. Je me demande: quel problème le Qatar a-t-il fait? Si les États se lèvent contre le Qatar et le boycottent, nous verrons que les peuples soutiendront le Qatar et ses positions courageuses.

Répondre

Le Qatar a prouvé qu'il est politiquement et économiquement fort.

Répondre

Le Qatar se tiendra debout et communiquera avec presque tous les pays du monde. Ceci est à 100% pour l'intérêt du Qatar.

Répondre

La situation doit être résolue .

Répondre

Les pays arabes doivent lutter ensemble contre les groupes terroristes et ceux qui les soutiennent, qui qu'ils soient. Ils doivent également faire face aux traîtres.

Répondre