Terrorisme

Syrie : des milices prorégime entrent dans une ville chrétienne

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Un combattant irakien d'Harakat al-Noujaba, groupe soutenu par le CGRI, se tient devant une église dans la ville de Maharda, dans la province d'Hama. [Photo tirée de la page Facebook de Shams Maharda]

Des habitants de Maharda, dans la province rurale d'Hama, ont rapporté à Al-Mashareq que leur ville était devenue un point de rassemblement pour les milices sectaires se battant pour soutenir le régime syrien, ce qui met les habitants directement en danger.

Ceux-ci vivent dans un état de peur constante, ont-ils déclaré, car l'arrivée du Hezbollah libanais, de milices appuyées par l'Iran venues d'Irak et du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CDRI) les a transformés en boucliers humains.

La forte présence de milices favorables au régime fait courir aux habitants le risque d'être pris sous le feu à tout moment, ont-ils affirmé.

La situation actuelle est critique pour les civils, a déclaré Samer Antoun, originaire de Maharda, qui a demandé à témoigner sous un pseudonyme par peur pour sa sécurité.

Les choses ont empiré il y a environ trois mois, a-t-il raconté à Al-Mashareq, lorsque « des groupes armés affiliés au Hezbollah ont commencé à apparaître en ville et à s'installer près ou même à l'intérieur des positions de l'armée du régime ».

Avant cela, a-t-il indiqué, les habitants avaient quelquefois repéré des combattants du Hezbollah aux abords de la ville, mais personne n'était certain de leur présence jusqu'à récemment, lorsqu'ils ont commencé à apparaître publiquement avec d'autres combattants irakiens et iraniens.

« Leur forte présence et le fait qu'il est évident qu'ils se protègent avec des civils ont fait des habitants de véritables boucliers humains », a-t-il déclaré, notant que ces combattants se cachent entre les maisons des civils afin d'éviter les bombardements.

Les anciens de la ville et les imams locaux ont tenté de persuader les forces du régime et leurs alliés d'arrêter de mettre en danger les civils, mais sans succès, a rapporté Antoun.

« Ils répondent toujours qu'ils agissent sous les ordres du commandement de l'armée, et qu'il est impossible d'y désobéir », a-t-il ajouté.

Arrivée de milices prorégime

Alors que des combattants favorables au régime arrivent en ville, dont la population a diminué pour atteindre 20 000 âmes, les milices les ont hébergés dans les maisons abandonnées des civils ayant fui vers des zones plus sûres, a raconté Antoun.

L'armée du régime a transformé des églises et des monastères en positions militaires, a-t-il indiqué, notamment le monastère Saint-Georges, qui est devenu la plus grande base du régime dans la province rurale d'Hama.

« Il était d'abord prévu qu'un détachement de l'armée défendrait le monastère, avec l'approbation des frères et des moines qui en sont responsables », a-t-il rapporté.

Mais ce petit groupe de soldats de l'armée a fini par grandir pour former une base militaire et est devenu un point central pour les opérations dans la région.

Simon Hanna, originaire de Maharda, qui a fui vers Hama lorsque la situation a empiré, a déclaré à Al-Mashareq que sa ville natale avait été en grande partie épargnée par les opérations militaires, à part quelques bombardements légers et tirs de snipers.

La plupart de ces attaques venaient de groupes d'opposition, a-t-il ajouté, et du groupe terroriste du Front al-Nosra (FAN), qui se fait maintenant appeler le Front Fatah al-Cham.

Cependant, durant ces derniers mois, le FAN s'est retiré et l'Armée syrienne libre (ASL) s'est installée, beaucoup de ses membres ayant des liens personnels avec les habitants de la ville.

« Depuis, l'armée du régime a augmenté le nombre de ses positions et de ses postes en ville et [a facilité] l'arrivée des éléments non syriens venus d'Iran, d'Irak et du Liban appartenant au CGRI et au Hezbollah », a-t-il précisé.

Occupation progressive de la ville

Il est devenu évident que l'accumulation de forces prorégime a été conçue pour vider la ville après que les milices du régime et les milices alliées eurent mis en place des positions d'artillerie entre les maisons et commencé à lancer des bombardements depuis l'intérieur de la ville, a expliqué Hanna.

Cela a entraîné une riposte inévitable, et a rendu les lieux dangereux pour les civils, a-t-il indiqué.

Originaire de Maharda, Jamil Rajeh a déclaré à Al-Mashareq que les forces du régime avaient d'abord permis aux habitants de créer des groupes de défense nationale pour défendre leur ville et son périmètre contre les infiltrations d'extrémistes.

Il a rapporté avoir personnellement participé à ces groupes, pensant que les habitants de la ville devaient être protégés contre toute action potentielle dirigée contre eux.

« Toutes les positions militaires étaient tenues conjointement par des membres de l'armée régulière et ces groupes [de défense populaire], jusqu'à ce que les groupes du Hezbollah fassent leur apparition dans la région », a-t-il poursuivi.

Lorsqu'ils sont arrivés, il a été demandé aux groupes de défense populaire de se retirer des lignes de front et de prendre des positions à certains endroits dans la ville, ce qui les rendait peu utiles et peu efficaces, a-t-il expliqué.

« Cela a frustré les membres de ces groupes, et beaucoup d'entre eux ont abandonné leurs armes et ont quitté la ville pour de bon », a raconté Rajeh.

Le régime a commencé à dire que cela était fait pour les protéger, car ils n'avaient pas l'expérience de combat nécessaire pour combattre les activistes « qui comptaient entrer dans la ville, massacrer la population et détruire ses églises », a-t-il rapporté.

Telle était la raison invoquée pour l'arrivée des milices alliées au régime, dont le Hezbollah, a-t-il fait savoir.

L'armée du régime et ses alliés ont récemment utilisé la ville comme base de lancement pour mener plusieurs opérations visant à renforcer leur présence, a déclaré Rajeh.

Ils ont rassemblé les forces d'assaut dans la ville avant de lancer leurs opérations, utilisant les civils pour se protéger, a-t-il indiqué.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500