Politique

L'inquiétude règne après le défilé du Hezbollah

Par Nohad Topalian à Beyrouth

image

Le Hezbollah a organisé un défilé militaire dans la ville syrienne d'al-Qousseir le 13 novembre, déclenchant une condamnation générale au Liban. [Photo disponible sur les réseaux sociaux]

Des responsables libanais ont condamné la décision du Hezbollah d'organiser un défilé militaire dans la province syrienne d'Homs plus tôt ce mois-ci, indiquant à Al-Mashareq que cette démonstration de force présente une menace pour la souveraineté du Liban et renforce les divisions.

Le Hezbollah a effectué sa parade dans la ville rurale d'al-Qousseir le 13 novembre, dans le cadre de sa commémoration annuelle du Jour des martyrs. Al-Qousseir est la porte d'entrée vers la Syrie du parti, depuis qu'il l'a capturée avec les forces du régime en 2013.

Le président du conseil exécutif du Hezbollah, Hicham Safieddine, a assisté à la parade, accompagné de centaines de combattants et du régiment blindé du groupe, qui a fait défiler des dizaines de chars et d'armes.

Des militants ont publié des images de la milice du parti sur des réseaux sociaux, montrant de l'équipement militaire lourd, dont de l'artillerie de campagne, des chars, des véhicules blindés et des véhicules armés de lanceurs lourds.

Ce défilé était le premier organisé par le parti en Syrie depuis la révélation de sa participation au conflit en 2013 et son expansion successive dans la région d'al-Qalamoun et dans toute la Syrie.

« Cette parade est un message clair est explicite pour tout monde et ne requiert pas de clarification ou d'interprétation, car toute interprétation le priverait de ses connotations, et chaque partie doit le comprendre comme il est », a déclaré Naim Qassem, secrétaire général adjoint du Hezbollah, d'un communiqué.

« La question de notre intervention n'est pas soumise à discussion en ce moment dans les cercles libanais », a-t-il indiqué. « La coordination entre nous et les dirigeants syriens est forte, et ce défilé militaire fait partie des activités sur le terrain. »

Condamnation globale

Le bloc du futur libanais a condamné le défilé au cours de son rassemblement du 15 novembre.

Le parti « confirme une nouvelle fois qu'il place les intérêts de l'Iran au-dessus de l'intérêt national, et qu'il envoie des messages menaçants aux parties régionales, internationales et libanaises, et à ces dernières en particulier », a indiqué le mouvement dans un communiqué.

Le ministre de la Justice par intérim Achraf Rifi a déclaré que le défilé, se déroulant la veille de la fête de l'indépendance du Liban, le 22 novembre, « ruine tout espoir en la capacité ou l'intention du gouvernement à récupérer ne serait-ce qu'une faible partie du prestige et de l'image de l'Etat ».

Il a appelé à rejeter la tutelle iranienne, « afin de s'unir pour sauver le Liban, qui est utilisé par le Hezbollah comme couverture légale et comme plateforme pour accomplir le projet de l'Iran ».

L'apparition de véhicules militaires dans le défilé a incité l'armée libanaise à publier le 16 novembre un communiqué confirmant que « les véhicules ayant défilé à al-Qousseir ne font pas partie de l'inventaire de l'armée libanaise ».

Attaque contre la souveraineté du Liban

Ce défilé est une « nouvelle implication du Hezbollah dans une guerre régionale en dehors du Liban pour la défense du régime de Bachar el-Assad et de l'Iran qui aura des répercussions négatives sur le Liban et les Libanais », a affirmé Khaled al-Daher, député d'Akkar.

Ce qui s'est produit diffère de la politique d'isolation du Liban, a-t-il expliqué à Al-Mashareq, et défie nettement les autorités et les institutions légitimes, en particulier l'armée et les autres forces régulières de sécurité.

C'est également une attaque contre la souveraineté libanaise, a-t-il ajouté.

Le parti entreprend des actions de milice et ses armes sont sous le commandement de l'Iran selon la doctrine du Velayat-e faqih, a-t-il indiqué, comme précédemment expliqué par son secrétaire général, Hassan Nasrallah.

« Est-ce que les Libanais accepteraient la présence d'une milice armée ne dépendant pas de l'autorité de l'Etat et sous le commandement d'un parti autre que l'Etat libanais », a-t-il demandé.

La démonstration de puissance militaire du Hezbollah a également un effet adverse sur la politique et l'économie, car elle affaiblit la confiance qu'inspire le pays et met à mal l'unité nationale, a poursuivi al-Daher.

Il a qualifié les déclarations de Qassem suite au défilé en Syrie de « dangereuses et incompatibles avec le concept de citoyenneté » ainsi qu'allant à l'encontre de l'idée de l'Etat.

Le fait que la parade se soit déroulée la veille de la fête de l'indépendance envoie un message au Liban, a indiqué le député libanais Ammar Houri à Al-Mashareq.

« C'est comme si le Hezbollah disait que son défilé , qui a compris des véhicules [blindés], que l'indépendance n'est pas complète sans son approbation », a-t-il déclaré.

Le rôle évident du Hezbollah en Syrie

Le défilé militaire du Hezbollah en Syrie « n'est pas surprenant, car c'est une extension de l'intervention évidente du parti en Syrie et de la présence de milliers de ses comabattants », a déclaré l'analyste politique Ali al-Amin à Al-Mashareq.

« La parade elle-même est un détail sans importance », a-t-il annoncé, comparée au fait que le parti possède des missiles avancés et d'autres armes sophistiquées.

Le défilé du 13 novembre en Syrie était « une démonstration de force pour les médias, et il est plutôt théâtral que stratégique », a-t-il ajouté.

Son objectif principal était d'améliorer le moral de sa base populaire à un moment critique de son implication dans la guerre en Syrie, alors qu'il n'y a aucune victoire en vue, a-t-il indiqué, et que les pertes humaines continuent d'affaiblir le parti en Syrie et ailleurs.

Aimez-vous cet article?

2 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Un grand salut aux lions de la résistance libanaise qui défendent leur peuple et protègent leurs frontières contre les tueurs terroristes qui décapitent les gens à l'aide de l'Amérique, Israël et leurs alliés arabes traîtres.

Répondre

Par Allah, ce qu'il dit est la Vérité.

Répondre