Terrorisme

Le Nord-Sinaï reste uni après les attaques de l'EIIL

Par Waleed Abu al-Khaïr au Caire

image

Les forces armées égyptiennes mènent une opération visant un repaire d'extrémistes dans le Nord-Sinaï. [Photo fournie par les forces armées égyptiennes]

Les forces égyptiennes dans le Nord-Sinaï ont été placées en alerte maximale après une série d'attaques visant des chrétiens menées par Wilayat Sinaï, un groupe affilié à « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL).

Au cours du mois dernier, sept chrétiens ont été tués à al-Arish, la capitale provinciale. Cinq ont été abattus par balle, un a été décapité et un autre tué par le feu.

Ces attaques ont suscité une condamnation à la fois des musulmans et des chrétiens, mais des dizaines de chrétiens coptes ont fui la province par peur , ont indiqué les responsables de l'église la semaine dernière.

Le gouvernement a fourni un logement à 118 familles coptes qui ont fui le Nord-Sinaï, a déclaré dimanche 26 février le ministre des Affaires légales et parlementaires Omar Marawan.

image

Un prêtre de l'Église orthodoxe copte d'Égypte réconforte une chrétienne venue se réfugier dans l'église évangélique d'Ismailiya, une ville sur le canal de Suez, le 25 février. [Momen Samir/AFP]

image

Des chrétiens coptes égyptiens déchargent leurs effets personnels d'un camion à leur arrivée pour chercher refuge dans l'église évangélique de la ville d'Ismailiya, sur le canal de Suez, le 24 février. [STRINGER/AFP]

Sur ce nombre, 96 familles se sont vu attribuer un abri dans le gouvernorat voisin d'Ismailia, douze à Assiut, huit à Qalioubia, et deux au Caire, a-t-il précisé.

« Cramponnez-vous à l'unité nationale »

L'observatoire des fatwas de Dar al-Ifta a demandé à tous les Égyptiens de « se cramponner à l'unité nationale et ne pas permettre à une propagande mauvaise et destructrice d'entrer dans le pays ».

Les groupes terroristes ont été en mesure de s'implanter en Syrie, en Irak et en Libye, parce qu'ils ont réussi à « inciter aux conflits sectaires et civils dans ces pays », a ajouté l'observatoire.

« La cohésion nationale qui existe au sein du peuple égyptien et son soutien en faveur d'institutions anciennes dans leur lutte sans merci contre l'extrémisme et le terrorisme sont les meilleures garanties et les principaux piliers pour empêcher les groupes extrémistes et takfiristes d'étendre leurs tentacules sur tout le territoire national », a-t-il encore déclaré.

Bien que la récente vague d'attaques ait visé des chrétiens, tout le monde au Sinaï doit rester unis, a affirmé Ibrahim Obeid, 50 ans, un habitant d'al-Arish.

« Les habitants de la région savent qu'ils sont tous visés et que le but est de dresser les coptes contre les musulmans pour susciter des réactions qui plongeront la région dans des conflits sectaires », a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

« Il existe actuellement une telle solidarité entre les gens que plusieurs familles chrétiennes ont cherché refuge chez des familles musulmanes jusqu'à ce que la situation se calme », a-t-il ajouté. « Les propriétaires de boutiques coptes sont entourés de commerçants et d'amis musulmans qui ne les laisseront pas tomber. »

L'EIIL vise tous les Égyptiens

L'évêque Mikhail Bakhus, qui se trouve actuellement à al-Arish, rejette l'idée que l'EIIL vise spécifiquement les chrétiens dans cette région du Nord-Sinaï.

« Il me paraît plus précis de dire que l'EIIL continue de viser les habitants égyptiens de cette région, parce que dans la citoyenneté, il n'y a aucune différence entre un musulman et un chrétien », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

« Si ce point est souligné en permanence, ce sera la meilleure dissuasion aux tentatives de l'EIIL d'intimider les chrétiens, de les contraindre à quitter leur pays et de semer la discorde entre les habitants d'un même pays », a-t-il poursuivi.

Les groupes terroristes ont visé les musulmans avant même de s'en prendre aux chrétiens, a-t-il rappelé, et ils ont tué un grand nombre de musulmans de manière odieuse.

« Les habitants de la région sont connus pour leur rejet du racisme sectaire », a continué Bakhus. « Leurs préoccupations sont les mêmes, tout comme leurs joies et leurs peines, et leurs fils se battent côte à côte dans les rangs de l'armée égyptienne. »

« Un état de tension prévaut chez les chrétiens de la région d'al-Arish, mâtiné d'indignation contre les terroristes », a affirmé Medhat Zakher, professeur de collège de la région d'al-Arish.

L'un de ses proches a été tué le 12 février, a-t-il expliqué à Al-Mashareq, lorsque des terroristes ont ouvert le feu sur lui alors qu'il quittait sa clinique vétérinaire.

« Les coptes font parfaitement la différence entre les musulmans habitant la région et les terroristes, en particulier parce que le nombre de musulmans tués par des extrémistes dans la région est plusieurs fois supérieur au nombre de chrétiens abattus », a-t-il rappelé.

« Il s'agit simplement d'une tentative pour déclencher des conflits sectaires entre les habitants d'un même pays et exercer des représailles contre les coptes pour leur position claire et osée du côté des forces de sécurité et pour avoir pris parti pour l'armée égyptienne dans le passé », a-t-il ajouté.

Zakher a salué la forte unité existant entre musulmans et chrétiens habitant la région, soulignant « qu'un grand nombre de musulmans avaient assisté aux obsèques de ces chrétiens assassinés, plus que jamais auparavant dans la région ».

Il a fait part de son espoir de voir « bientôt ce nuage se dissiper et disparaître du ciel de l'Égypte, de la région du Sinaï et du monde ».

Mesures de sécurité renforcées

Ces attaques contre des chrétiens dans le Nord-Sinaï ont eu lieu en l'espace de dix jours, a expliqué le général de brigade Jawdat Ashraf, officier de la police égyptienne stationné dans le Sinaï.

Cela montre à l'évidence « qu'un plan était prêt pour s'en prendre à des coptes et qu'il a été mis en œuvre rapidement », a-t-il souligné.

Un ensemble de nouvelles mesures de sécurité vise à empêcher que de tels incidents se reproduisent, a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Ces nouvelles mesures prévoient entre autres une interdiction de conduire des motos dans certaines zones, comme le centre et le nord du Sinaï, ainsi que la région comprise entre Rafah, Sheikh Zuwaid, al-Arish, Jabal al-Maghara, Jabal al-Khatmiya, Taba et Ras Sudr, a-t-il précisé.

« Des enquêtes et des informations de sécurité ont confirmé que les terroristes utilisent des motos pour se déplacer, après que leurs déplacements en 4x4 eurent été interrompus », a-t-il poursuivi, ajoutant que des motos avaient été utilisées pour mener les dernières attaques.

Les forces égyptiennes appliquent également une nouvelle tactique, dans laquelle « elles isolent totalement une zone donnée puis y mènent des opérations de recherche méticuleuse de terroristes », a fait savoir Ashraf.

La première opération de ce type a été menée le 22 février dans le quartier de Kram Abou Nigala, dans le centre d'al-Arish, a-t-il relaté, ajoutant que durant cette opération, toutes les maisons et tous les magasins avaient été fouillés et que les papiers d'identité des personnes avaient été contrôlés.

Cette tactique avait été utilisée « après qu'il eut été confirmé que des terroristes avaient infiltré certains quartiers résidentiels après avoir fui la région du désert », a-t-il précisé.

De nombreux éléments extrémistes ont fui le désert pour les zones urbaines par suite des frappes successives et réussies menées par l'armée dans le cadre de l'opération Droit du martyr, a-t-il dit.

Les forces de sécurité ont maintenant les noms de trois suspects « que l'on pense être les auteurs des assassinats de coptes », a-t-il indiqué, ajoutant que tous trois sont âgés de moins de 30 ans et que le leader et le cerveau de cette cellule est un étranger.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500