Droits de l'Homme

Un documentaire égyptien met en évidence Oman comme «bastion» de la tolérance

Fathallah Mokhlis à Mascate

image

Assad bin Tariq Al Said, le représentant personnel du Sultan lors d'une rencontre avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Les cinéastes égyptiens ont produit un documentaire vantant la tolérance et la lutte contre l'extrémisme politiques du Sultanat. [Photo tirée de "Qabous: Un Sultan aimé par les Egyptiens"]

Un nouveau documentaire égyptien loue la tolérance et l'inclusion dont jouit Oman, et définit le pays comme un exemple à d'autres pays de la région à suivre au milieu des guerres et des conflits en cours.

Le documentaire télévisé de 45 minutes, intitulé "Qabous: Un Sultan aimé par les Egyptiens", a été écrit par le journaliste égyptien Khalid al-Bouhairi et réalisé par Ibrahim Alwan.

"Nous croyons que le monde a besoin de plus d'idées qui favorisent la paix", a déclaré le réalisateur Ibrahim Alwan Al-Mashareq. "Nous étions à la recherche d'un modèle que nous pouvons présenter au monde, et l'Etat qui peut être un modèle à suivre, donc nous avons choisi le Sultan Qabous et le Sultanat d'Oman"

Un nombre de politiciens de haut rang, de diplomates, d'économistes et de responsables militaires ont contribué au film, en exprimant leurs vues sur les efforts déployés par le gouvernement du Sultan Qabous bin Said, le souverain d'Oman, pour promouvoir la tolérance mondiale et lutter contre l'extrémisme et le terrorisme.

Oman dissémine la modération "face à l'extrémisme et le terrorisme qui ne se limite pas au seul Moyen-Orient, car ses flammes ont atteint le cœur même de l'Europe", a déclaré Amr Moussa, ancien secrétaire général de la Ligue arabe et ex-ministre égyptien des Affaires étrangères.

"Oman en tant que pays arabe et du Golfe reste un bastion dans la région en raison de ses politiques prudentes, la capacité de faire converger les vues et de traiter sans parti pris avec [tous] les côtés", a-t-il dit.

"Oman a réussi à [maintenir] la coexistence interne entre les partisans de trois confessions, à savoir les ibadites, les sunnites et les chiites, et a réussi à l'extérieur aussi bien dans ses rapports avec [tous les pays] sur la base du bénéfice mutuel, des intérêts communs et de ne pas causer de dommages aux autres", a déclaré Hani Khallaf, ancien ambassadeur d'Egypte à la Ligue arabe.

Les politiques que l'Oman adopte lui permettent d'avoir "une énorme capacité d'accueillir toutes les parties et faire des efforts pour ramener la paix au Moyen-Orient au lieu de la guerre et le conflit", a-t-il souligné.

Sous le règne du sultan actuel, poursuit Khallaf, Oman s'est éloignée du fanatisme, du sectarisme et du tribalisme, puisque les politiques du pays favorisent la croyance que tout le monde doit être traité sur une base humanitaire.

Promotion de la tolérance et de la coexistence

Oman a pris un certain nombre de mesures pour encourager la tolérance et la paix dans la région et au-delà, y compris l'hébergement du Symposium sur le développement de la jurisprudence, qui se tenait durant les 15 dernières années, a déclaré le ministre omanais des Awqaf et des affaires religieuses cheikh Abdoullah al-Salimi.

Les sujets du colloque ont été variés et tentaient de «rassembler sous un même toit les érudits musulmans de diverses sectes pour discuter et approfondir les points d'accord", a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Le symposium supporte également la communication entre les musulmans et les non-musulmans en accueillant des penseurs de diverses religions et idéologies, a-t-il précisé, notant que la communication avec ces intellectuels soutient des relations plus étroites entre les peuples et établit une coexistence constructive.

La constitution d'Oman garantit la liberté de pensée et de croyance aux gens de toutes les religions et les sectes, et le code pénal du pays punit toute personne qui tente d'engager le sectarisme, a indiqué le membre du Conseil d'Etat Hatem Ben Hamad al-Taie.

La politique du pays relative à la nomination politique, a-t-il dit, est aveugle aux origines religieuses et sectaires, et se fonde plutôt sur la compétence, l'aptitude, la formation, et la capacité à servir le pays.

Dans un effort de promouvoir l'acceptation et la coexistence, dit al-Taie, le programme d'études dans les écoles omanaises évite les points de discorde entre les sectes et les adeptes d'autres religions islamiques.

Oman a également un lien étroit avec al-Azhar en Egypte, un institut scientifique et intellectuel caractérisé par la modération, a-t-il noté.

A Oman, il y a plus de 100 érudits religieux d'al-Azhar dans les mosquées de la capitale Mascate et dans les provinces, diffusant les connaissances et la modération, a-t-il fait savoir, ajoutant qu'il y a trois ans le Grand Imam d'Al-Azhar, Ahmed al-Tayeb a rendu visite à Mascate avec un groupe de chercheurs chevronnés dans le but de renforcer les relations religieuses et culturelles entre les deux pays.

Aimez-vous cet article?
5
2 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Le sultan est connu pour sa sagesse dans la conduite des affaires du pays et pour sa non-discrimination parmi les citoyens du pays. Ainsi, le seul endroit qui maintient actuellement la sécurité...

Répondre

Quelle est leur position sur la question des Musulmans de Birmanie, en-dehors des guerres contre les Sunnites en Irak, en Iran et en Palestine ?

Répondre