Politique

Le nouvel émir du Koweït prête serment après le décès du souverain apprécié

Par l'AFP

image

Cheikh Nawaf al-Ahmad Al-Sabah salue la foule après la prestation du serment comme nouvel émir du Koweït à l'Assemblée nationale à Koweït City le 30 septembre. [Yasser Al-Zayyat/AFP]

Le Koweït a intronisé mercredi 30 septembre son nouvel émir, Cheikh Nawaf al-Ahmad Al-Sabah, et se préparait pour accueillir le corps de son demi-frère, le souverain défunt Cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah décédé aux États-Unis à l'âge de 91 ans.

Cheikh Nawaf semblait émotionnel lorsqu'il s'est adressé à l'Assemblée nationale un jour après le décès de l'émir, un diplomate et un médiateur apprécié qui a régné pendant 14 ans.

« Je promets de faire tout ce qui est dans mon pouvoir pour préserver le Koweït, sa sécurité et sa stabilité, et assurer la dignité et le bien-être du peuple», a annoncé l'émir âgé de 83 ans après avoir prêté serment.

Il a appelé à l'unité contre tous les défis affrontés par la région, et s'est engagé vers « l'approche démocratique » du Koweït dans son discours devant les législateurs.

image

Une photo prise le 29 septembre à Koweït City montrant un portrait du feu émir du Koweït, Cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah. [Yasser Al-Zayyat/ AFP]

Le Koweït a une arène politique dynamique avec un parlement entièrement élu qui a de vastes pouvoirs législatifs et peut voter pour révoquer les ministres.

Le pays a commencé une période de deuil national de 40 jours pour Cheikh Sabah.

Cheikh Sabah a acquis la réputation de dirigeant habile et ferme. Les dirigeants mondiaux et les koweïtiens ont salué son patrimoine, en tant qu'architecte de la politique étrangère moderne du pays et en tant que médiateur dans certaines des pires crises ayant secoué le Golfe.

Cheikh Nawaf, qui a assumé de hautes fonctions pendant des décennies, a été désigné prince-héritier en 2006. Il a occupé le poste de ministre de la Défense et aussi ministre de l'Intérieur.

Le nouveau dirigeant est populaire au sein de la famille royale Al-Sabah et aurait été un choix consensuel de souverain. Il est aussi connu pour sa modestie et a largement maintenu profil bas.

Des changements majeurs de politique ne sont pas prévus pendant son règne.

Les candidats au nouveau poste vacant de prince-héritier comprennent le fils de Cheikh Sabah et l'ancien vice-premier ministre Nasser Sabah al-Ahmed Al-Sabah.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500