http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2019/04/18/feature-01

Réfugiés |

Liban : des bénévoles mettent en relation des réfugiés syriens avec les services

Nohad Topalian à Beyrouth

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook

Des bénévoles syriens au Liban rencontrent des réfugiés et transmettent leurs préoccupations au HCR. [Photo fournie par Rahab al-Khalid]

Certains réfugiés syriens qui vivent dans des camps au Liban consacrent leur temps et leur énergie pour aider le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à faciliter la fourniture de services aux communautés de réfugiés.

Ces bénévoles font la liaison entre les communautés de réfugiés et le HCR, transmettent les besoins de chaque famille au HCR et aident les familles à faire en sorte que leurs divers besoins soient satisfaits.

Ils fournissent également des informations sur les services disponibles.

La bénévole syrienne Rahab al-Khalid organise des activités pour les enfants réfugiés dans le cadre de son travail avec le HCR. [Photo fournie par Rahab al-Khalid]

Ce programme « a pour but de recruter des bénévoles dans la communauté des réfugiés pour qu'ils servent de lien » entre le HCR et la communauté des réfugiés, a expliqué Khaled Kabbara, chargé des relations externes du HCR, à Al-Mashareq.

« Le réseau des bénévoles compte 665 personnes, dont une majorité de réfugiés », a-t-il précisé à Al-Mashareq, ajoutant que 60 % des bénévoles sont des femmes

« Ces bénévoles jouent un rôle essentiel dans la transmission de toutes les informations liées aux services et à l'aide disponibles du HCR », a-t-il indiqué.

En plus de porter à l'attention du HCR les problèmes auxquels sont confrontés les réfugiés, ces bénévoles peuvent recommander des services comme les soins médicaux ou la protection de l'enfance à ceux qui pourraient en avoir besoin, a déclaré Kabbara.

Communication avec les réfugiés

Au cours des quatre dernières années, Rahab Omar al-Khalid, une réfugiée syrienne de 29 ans, a offert son temps comme agent de liaison entre le HCR et les réfugiés de toutes les régions du nord du Liban, évaluant leur situation et leurs besoins.

« Je suis chargée de servir de lien entre les réfugiés de mon pays et le HCR », a-t-elle indiqué à Al-Mashareq, avec une attention particulière aux personnes handicapées, aux personnes âgées et celles qui ont besoin d'aide de toutes sortes.

Al-Khalid passe du temps chez les réfugiés, les informe des aides de l'ONU et d'autres organisations qui leur sont disponibles, et répond aux questions qu'ils ont.

Elle organise également des activités pour les enfants et aide à faire en sorte que les handicapés et les personnes âgées soient bien intégrés dans la communauté. Et lorsque des délégations officielles et des organisations effectuent des visites, elle sert de représentante et de porte-parole de la communauté.

Al-Khalid a ajouté qu'elle a créé une page Facebook que 52 000 personnes suivent, pour aider à diffuser le flux constant d'informations.

« Cette page présente des sujets qui les intéressent et répond à leurs questions », a-t-elle fait savoir.

Elle a également créé un groupe sur WhatsApp qui compte plusieurs familles de Baba Amr, sa ville d'origine dans la province syrienne d'Homs.

Le HCR « m'a aidée avec des programmes de formation qui m'ont permis de faire du bénévolat pour plusieurs organisations », a-t-elle précisé.

Les bénévoles font office de passerelles

Mohannad al-Fattal, réfugié de 30 ans venu d'Homs et étudiant en administration commerciale, a rejoint le programme de bénévolat du HCR en 2017.

« Mon but est d'aider les Syriens déplacés à accéder aux services fournis par le HCR », a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

Al-Fattal a raconté qu'il avait décidé de faire du bénévolat après avoir vu des familles syriennes qui avaient besoin d'aide « devenir victimes d'arnaques et d'escroqueries et payer de fortes sommes pour des interventions médicales, sans savoir que le HCR couvre les actes chirurgicaux ».

« J'ai cherché un moyen de servir de liaison entre eux et le HCR pour transmettre leurs besoins », a-t-il déclaré, et j'ai été formé sur les règles de conduite des bénévoles et les façons d'organiser des réunions et des visites chez les gens auprès de la population réfugiée.

Comme d'autres bénévoles, al-Fattal organise des réunions pour donner des informations sur les services du HCR et d'autres choses d'intérêt aux réfugiés syriens.

Il rend aussi visite à certaines familles pour leur donner des informations spécifiques à leur situation, et rencontre des personnes ayant des besoins spéciaux.

« Mon rôle est également de fournir des informations au HCR sur la situation générale des réfugiés et les problèmes les plus pressants qu'ils rencontrent », a-t-il indiqué. « Je sers de passerelle entre le HCR et la communauté des réfugiés. »

« Ce programme a renforcé mon amour pour le travail humanitaire et communautaire, et a fait naître en moi le désir de jouer à mon retour un grand rôle dans la reconstruction de la Syrie, ce qui ne pourra se faire que si nous travaillons tous ensemble », a conclu al-Fattal.

Aimez-vous cet article?
118
10

9 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha
| 2019-05-10

Pourquoi l'ONU est-elle au Liban?! Je n'ai rien vu d'eux depuis 9 ans. Pour rendre les choses encore pires, ils nous demandent maintenant 100 dollars pour l'hospitalisation. Une fois à l'intérieur de l'hôpital, vous aurez besoin de beaucoup d'argent et cela dépasse vos moyens. Vous dites que l'ONU est présente, l'ONU n'est pas présente.

Répondre
| 2019-05-09

Je proteste ...

Répondre
| 2019-05-10

Demandez à Dieu, pas à eux ; ils n'ont rien à vous donner.

Répondre
| 2019-05-08

Je me demande si quelqu'un va répondre à mon message. J'ai besoin d'aide, que ce soit dans le logement ou la nourriture. J'espère que quelqu'un va m'écouter.

Répondre
| 2019-05-03

Non seulement les camps ont besoin d'aide, car il y a des gens dans des appartements, mais tout est sous la poussière. Il y a des appartements avec trois chambres, mais chaque chambre a une famille. Où est le camp? Une fille et un jeune homme sont venus et ont vu la situation de leurs propres yeux. Cependant, je n'ai vu aucune aide. Je suis très triste. Je vis à Beyrouth, à Zeidaniye, dans le bâtiment Chatila, au 7ème étage. Mon espoir est dans ce message. Merci.

Répondre
| 2019-04-28

Est ce que vous pouvez m'aider? J'ai besoin d'aide.

Répondre
| 2019-04-26

J'aimerai signaler la privation des enfants de l'éducation à cause du manque d'attention de la part des autorités compétentes.

Répondre
| 2019-04-21

Je suis également prêt à faire du bénévolat car j'ai déjà travaillé avec le PNUD en Syrie et avec la CESAO. J'ai également travaillé au développement de la communauté locale et à la gestion de sites Web.

Répondre
| 2019-04-20

J'ai un commentaire sur les hôpitaux qui ont passé des contrats avec l'ONU. Si quelqu'un se fait opérer et se trouve en situation d'urgence, l'ONU acceptera et l'aidera. Cependant, le coût sera beaucoup plus élevé. Par exemple, le coût de la chirurgie sera de 900 dollars aux frais du réfugié, mais avec l'ONU, il leur fera payer 600 dollars. Si cela est couvert par les Nations Unies, ils factureront 2 000 dollars, soit une fraude totale de l'ONU et des réfugiés. Je parle en particulier de l'hôpital al-Kura à Tripoli. Nous avons soumis des plaintes au représentant, mais ...

Répondre