Terrorisme

Des soldats et des activistes jordaniens tués lors d'une attaque à Salt

AFP

image

Des forces jordaniennes et des parents du sergent Hisham Aqarbeh, membre de l'unité antiterroriste tué samedi 11 août, assistent à ses funérailles dimanche dans la ville de Birayn. [Khalil Mazraawi/AFP]

Quatre membres des forces jordaniennes et trois membres d'une cellule terroriste présumée ont été tués lors d'un raid samedi 11 août contre un repaire d'activistes après la mort d'un officier dans l'explosion d'une bombe près de la capitale.

Lors d'une conférence de presse lundi, le ministre de l'Intérieur Samir Mubaideen a déclaré que les cibles « ne faisaient pas partie d'une organisation, mais suivaient son idéologie takfiriste et soutenaient Daech ». Il a ajouté que le groupe prévoyait de lancer plusieurs attaques en Jordanie.

Cinq suspects ont également été arrêtés lors du raid de samedi en lien avec une bombe artisanale qui a explosé sous une voiture de patrouille lors d'un festival de musique.

Une unité conjointe des forces spéciales, de la police et de l'armée a lancé un assaut contre une maison à Salt, au nord-ouest d'Amman, cherchant une cellule terroriste suspectée, a déclaré Jumana Ghneimat, porte-parole du gouvernement.

image

Des forces jordaniennes se rassemblent lors d'un raid contre Salt dimanche 12 août. Elles ont tué trois personnes et en ont arrêté cinq autres pendant cette attaque, au cours de laquelle quatre membres des forces de sécurité ont trouvé la mort. [Khalil Mazraawi/AFP]

Ces activistes étaient recherchés en lien avec un attentat à la bombe survenu vendredi soir, qui a causé la mort d'un sergent de police et a blessé six autres personnes à al-Fuhais, à l'ouest d'Amman, a-t-elle rapporté.

« Les suspects ont refusé de se rendre et ont ouvert le feu sur une force de sécurité conjointe », a fait savoir Ghneimat samedi.

Ils ont également « fait sauter le bâtiment dans lequel ils se cachaient et qu'ils avaient au préalable piégé », a-t-elle ajouté.

Trois membres des forces de sécurité ont été tuées lors des échanges de tir avec les hommes armés qui s'étaient barricadés dans un appartement à Salt, a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Un quatrième, grièvement blessé, est mort de ses blessures dimanche, a-t-elle précisé.

Des corps sous les décombres

Les corps de trois « terroristes », ainsi que des armes automatiques ont été trouvés sous les décombres du bâtiment, et cinq activistes ont été arrêtés lors de l'opération, a indiqué Ghneimat.

L'attentat à la bombe de vendredi à al-Fuhais n'a pas été immédiatement revendiqué, et les identités des suspects ne sont pas connues.

« Une opération de déblaiement est toujours en cours », a fait savoir Ghneimat, ajoutant que des unités de la défense civile se trouvaient sur les lieux pour évaluer les décombres du bâtiment, fouiller les gravats et encourager les civils à rester éloignés pour leur propre sécurité.

Une pelleteuse a ensuite été vue démolissant la structure.

Des sources médicales ont indiqué que onze personnes avaient été blessées pendant le raid, dont des membres des forces de sécurité et des civils qui vivaient dans le bâtiment.

Des femmes et des enfants font partie des blessés, ont-elles rapporté.

La Jordanie ripostera « avec force »

Le roi Abdallah de Jordanie a déclaré que le royaume « ripostera impitoyablement et avec force » contre ceux qui cherchent à lui nuire.

« Cet acte de terrorisme lâche, et tout acte qui vise la sécurité de la Jordanie ne feront qu'accroître notre unité, notre force et notre détermination à éradiquer le terrorisme et ses gangs criminels », a-t-il affirmé lors d'une réunion des hauts responsables de la sécurité.

Le gouvernement a mis en place une cellule de crise pour suivre la suite des événements, a indiqué Petra, l'agence de presse jordanienne.

Le Premier ministre Omar al-Razzaz, qui présidait cette réunion, a juré samedi que la Jordanie « ne fera preuve d'aucune complaisance dans la traque des terroristes ».

La Jordanie a joué un rôle essentiel dans la coalition internationale luttant contre « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) en Irak et en Syrie.

Aimez-vous cet article?
16
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Merci pour avoir rapporté ces informations avec précision! O Dieu préservez la grâce de la sécurité et de la sûreté pour nous!

Répondre