Un tribunal égyptien condamne à mort 11 membres d'Ansar Beit Al-Maqdis


Une photo prise le 25 novembre montre la mosquée Rawda, à environ 40 kilomètres à l'ouest d'El-Arish, capitale du nord du Sinaï, après une attaque à l'arme à feu et à l'attentat qui aurait été perpétrée par "l'Etat islamique en Irak et en Syrie. [Stringer / AFP]

Une photo prise le 25 novembre montre la mosquée Rawda, à environ 40 kilomètres à l'ouest d'El-Arish, capitale du nord du Sinaï, après une attaque à l'arme à feu et à l'attentat qui aurait été perpétrée par "l'Etat islamique en Irak et en Syrie. [Stringer / AFP]

  • COMMENTAIRE

    2

  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

Un tribunal militaire égyptien a condamné à mort, mardi 28 novembre, 11 éléments accusés d'avoir mené des attaques sous la bannière d'Ansar Beit al-Maqdis, qui a prêté allégeance à "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS).

Le tribunal doit rendre son verdict final le 20 décembre, après que la peine de mort préliminaire aura été prononcée devant le Grand Mufti, dont l'avis est légalement requis mais non contraignant.

Seuls trois des condamnés mardi sont en détention, le reste étant condamné par contumace, selon le site égyptien Ahram Online.

L'inculpé le plus éminent, qui est toujours en fuite, est un officier de l'armée congédié, Hesham Ashmawi, qui est maintenant un émir d'al-Mourabitoun, un groupe extrémiste en Libye affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

Les enquêtes menées par le tribunal dans cette affaire, baptisée "Ansar Beit al-Maqdis 3", ont révélé que les accusés avaient rejoint Ansar Beit al-Maqdis, qui en 2014 a prêté allégeance à l'EIIS et s'est rebaptisé Wilayat Sinai.

Les documents de la cour ont montré que le prévenu Salmi al-Mahasnah, dirigeant d'Ansar Beit al-Maqdis à l'époque, avait divisé le groupe en deux cellules.

La première était au nord du Sinaï sous le commandement de Shadi al-Manie, assisté de Kamal Ali Allam.

La deuxième cellule se trouvait dans le désert occidental, au Delta et au Caire sous le commandement d'Ashmawi, assistée par Ayman Nour et Emad al-Din Abdel Hamid, qui a été tué dans les récentes opérations dans le désert occidentalsuite à l'attaque d'al-Wahat le 20 octobre.

Les documents de la cour ont révélé que les accusés ont mené un certain nombre d'attaques, notamment l'attaque contre le poste de contrôle d'Al-Farafra, au cours de laquelle 25 soldats avaient été tués en juillet 2014.

Le Mufti devra émettre une opinion sur les condamnations à mort

"Les accusés dont les cas ont été déférés au Mufti sont le dernier groupe de membres d'Ansar Beit al-Maqdis avant que le groupe ne prête serment à l'EIIS et ne devienne Wilayat Sinaï", a déclaré le général Mohammed Mounir Hamed à Al-Mashareq.

Ils faisaient partie du groupe le plus dangereux qui a porté des attaques contre l'Egypte, a-t-il dit.

Le renvoi des accusés au Grand Mufti intervient avant qu'une peine de mort ne soit prononcée, a déclaré Hamed.

"Selon la loi égyptienne, un tribunal civil ou militaire qui prononce une condamnation à mort doit envoyer les documents au Mufti de la République pour obtenir son opinion religieuse sur le jugement", a-t-il ajouté.

"L'opinion du Mufti n'est pas contraignante pour le tribunal", a-t-il dit.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test
  • COMMENTAIRES DU LECTEUR

    ماجد المشرقي

    2017-12-12

    Dieu soit loué!

  • مواطن من ام الدنيا مصر

    2017-12-9

    Quiconque pense que l'Egypte est faible est définitivement maudite par Dieu et mérite d'être punie par Dieu et par ceux qui boivent du Nil. Il / elle mérite d'être non seulement exécuté(e), mais aussi d'être frappé(e) avec des pantoufles et que tout le monde crache sur son visage crasseux , y compris les enfants, les personnes âgées et les femmes. L'Egypte est pleine d'hommes. Que Dieu protège notre Egypte, sa terre, son peuple, ses sanctuaires et son armée qui compte les meilleurs soldats du monde! Amen!