http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/newsbriefs/2019/03/14/newsbrief-01

Le Conseil de sécurité des Nations unies discutent de la sauvegarde de la trêve au Yémen

Le Conseil de sécurité des Nations Unies s'est réuni à huis clos mercredi 13 mars pour tenter de sauver un accord de trêve bloquée au Yémen, considéré comme essentiel aux efforts diplomatiques pour mettre fin à la guerre dévastatrice, a rapporté l'AFP.

Le gouvernement yéménite et ses alliés saoudiens et émiratis ont convenu il y a près d'un mois de négociations avec les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran afin de redéployer leurs forces de la ville d'al-Hodeidah, qui a connu une période de flambée.

L'envoyé de l'ONU, Martin Griffiths, a déclaré au conseil qu'il "travaillait toujours avec les parties pour faire du redéploiement d'al-Hodeidah une réalité", a déclaré à la presse le porte-parole de l'ONU, Stephane Dujarric.

Les détails d'un retrait en deux étapes de la ville d'al-Hodeidah et de ses ports ont été finalisés lors d'une réunion entre le gouvernement et les Houthis le 17 février, marquant le premier pas concret vers la désescalade.

Des diplomates de l'ONU ont déclaré que les Houthis refusaient de se retirer des ports de Saleef et de Ras Issa dans le cadre de la première étape, citant la crainte que des forces liées à la coalition arabe interviennent pour s'emparer de ces installations.

"Il est clair qu’une partie a plus de problèmes que l’autre pour le moment, mais cela tend à fluctuer", a indiqué l’ambassadeur britannique Karen Pierce aux journalistes à l’issue de la réunion.

Le général Michael Lollesgaard, qui a également informé le conseil en tant que chef de la nouvelle mission des Nations unies chargée de surveiller le redéploiement d'al-Hodeidah, tiendra des réunions dans les prochains jours afin de faire pression pour une action sur le terrain, ont indiqué des diplomates.

Le Conseil de sécurité se réunira à nouveau mardi pour faire le point et envisager une position plus ferme si aucun progrès n’est réalisé.

"S'il n'y a pas de progrès et si Stockholm s'effondre, le Conseil de sécurité devra réfléchir à de nouvelles mesures et c'est un très grand pas", a déclaré Pierce dans une interview à la télévision Al-Arabiya.

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook
Aimez-vous cet article?
0
0

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha