http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2019/08/22/feature-01
Sécurité |

Crise de leadership chez al-Qaïda après la mort d'Hamza ben Laden

Sultan al-Barei à Riad

Hamza, fils d'Oussama ben Laden, était le meilleur candidat pour assumer la direction d'al-Qaïda après Ayman al-Zawahiri. Il aurait été tué, selon des responsables américains. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Al-Qaïda connaît une crise de leadership suite à la mort du fils d'Oussama ben Laden, Hamza, lequel avait été préparé à diriger le groupe après Ayman al-Zawahiri, ont déclaré des experts à Al-Mashareq.

Les dirigeants d'al-Qaïda ont cherché à tirer parti de la lignée familiale d'Hamza pour le préparer à prendre la tête du groupe, alors que des informations faisaient été de la mauvaise santé d'Al-Zawahiri, ont déclaré des experts.

Le secrétaire américain à la défense, Mark Esper, a confirmé la mort de Hamza dans une interview accordée à une chaîne de télévision locale le 21 août.

Les dirigeants d'al-Qaïda, Abdoullah Ahmed Abdoullah et Saif al-Adel, recherchés par les États-Unis, sont considérés comme de bons candidats pour diriger le groupe après Ayman al-Zawahiri. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Le 31 juillet, les médias américains ont rapporté qu'Hamza, l'héritier choisi des dirigeants d'al-Qaïda, a été tué, mais aucun détail sur le lieu ou la date n'est disponible pour l'instant.

Le New York Times a cité deux responsables américains indiquant avoir la confirmation qu'il a été tué au cours des deux dernières années lors d'une opération impliquant les États-Unis.

Hamza, 15e des 20 enfants d'Oussama ben Laden et fils de sa troisième épouse, et qui aurait dans les 30 ans, « était en train de devenir un chef de file de la franchise al-Qaïda », a déclaré le département d'État.

Parfois appelé le « prince héritier du djihad », il avait diffusé des messages audio et vidéo appelant à des attaques contre les pays occidentaux, notamment pour venger la mort de son père aux mains des forces américaines au Pakistan en mai 2011, a indiqué le département.

Informations sur la probable mauvaise santé d'al-Zawahiri

Des renseignements récents indiquent qu'al-Zawahiri a un « problème au cœur », a fait savoir un haut responsable de la lutte antiterroriste internationale à CNN le 1er août

Le responsable a indiqué que l'information suggère qu'al-Zawahiri souffrait d'une maladie potentiellement grave, mais a prévenu qu'il était difficile de déterminer la gravité de ses problèmes de santé et l'effet qu'ils pourraient avoir sur sa longévité, a rapporté CNN.

Cela ajoute à la pression exercée sur le groupe pour qu'il trouve un successeur capable d'assumer le rôle d'al-Zawahiri, a expliqué l'expert.

Al-Qaïda est en proie à une véritable crise de leadership, a déclaré Yahya Mohammed Ali, expert en stratégie militaire.

Certains membres de l'ancienne garde d'al-Qaïda essayaient « d'élever le statut d'Hamza ben Laden pour qu'il devienne le nouveau chef du groupe » pour prévenir une crise de leadership causée par la détérioration de la santé d'Al-Zawahiri, qui l'empêche de diriger efficacement le groupe, a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

« Al-Qaïda traverse sa plus mauvaise période, ses différentes branches étant plongées dans des luttes intestines, et aucun de ses anciens ou nouveaux commandants n'est capable de s'imposer comme candidat de premier plan pour diriger le groupe après les lourdes pertes qu'il a subies », a-t-il poursuivi.

Les implacables chasses à l'homme internationales contre les dirigeants du groupe « ont réduit son efficacité et ses capacités militaires », a fait savoir Ali.

Il a attribué cela à la coopération internationale dans la guerre contre le terrorisme et à l'élimination d'un grand nombre de dirigeants de premier et de second rang et d'éléments extrémistes qui ont rejoint « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) en Syrie et en Irak.

La liste des successeurs potentiels est « courte »

« La liste des candidats à la tête d'al-Qaïda après l'assassinat d'Hamza et les problèmes de santé d'Al-Zawahiri est très courte », a indiqué à Al-Mashareq le chercheur politique Abdoul Nabi Bakkar.

La plupart des nominations concernent deux hommes: Abdoullah Ahmed Abdoullah, également connu sous le nom d'Abou Mohammed al-Masri, un ressortissant égyptien actuellement considéré comme le commandant en second du groupe après al-Zawahiri ; et Saif al-Adel, un membre égyptien du Conseil de la choura du groupe qui est responsable de plusieurs attaques terroristes dans le monde.

Les deux hommes sont recherchés pour des attentats à la bombe perpétrés par al-Qaïda contre deux ambassades américaines en Afrique de l'Est en 1998.

Al-Masri, que les États-Unis ont désigné comme terroriste recherché, est le beau-père d'Hamza ben Laden.

Ni al-Masri ni al-Adel « n'ont la capacité réelle de diriger le groupe malgré l'importance de leur nom, car beaucoup d'autres leaders, en particulier syriens et irakiens, les rejettent, comme le font certains dirigeants pakistanais et afghans », a conclu Bakkar.

Aimez-vous cet article?
5

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha