http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2019/03/15/feature-01?language_switcher=true
Sécurité |

Les États du Golfe améliorent la sécurité grâce à des manœuvres conjointes

Sultan al-Barei à Riyad

Les forces navales et terrestres du Golfe participent aux manœuvres et exercices d'entraînement Island Shield 10. [Photo fournie par la Saudi Press Agency]

Les exercices conjoints aident les États du Golfe à mettre en commun leurs opérations militaires, et sont essentiels pour contrer la menace de l'Iran, qui a tenté d'étendre sa sphère d'influence dans la région, ont rapporté les experts militaires à Al-Mashareq.

Plusieurs unités militaires des États membres du Conseil de coopération du golfe (CCG) ont mis un terme samedi 9 mars aux exercices conjoints « Island Shield 10 » en Arabie saoudite, qui avaient commencé le 23 février.

« L'expansionnisme que le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) essaie d'imposer au Moyen-Orient, et en particulier dans la région du Golfe, ne peut être contré qu'en mettant en place une stratégie de défense commune dans le Golfe comme élément dissuasif principal », a déclaré l'expert militaire saoudien Mansour al-Shehri.

Des troupes terrestres du Golfe participent aux exercices Island Shield 10 organisés en Arabie saoudite du 23 février au 9 mars. [Photo fournie par la Saudi Press Agency]

Des équipes tactiques participent aux exercices Island Shield 10 en Arabie saoudite. [Photo fournie par la Saudi Press Agency]

La menace que représente le CGRI se manifeste à travers « les branches militaires qu'il essaie d'implanter dans la région », a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

« Le maintien de la sécurité dans la région du Golfe ne peut se faire qu'en conservant une approche militaire unifiée basée sur une stratégie centrée sur la lutte collective contre les menaces », a déclaré al-Shehri.

Cela fait de la sécurité dans le Golfe « une ligne rouge qui ne peut être franchie », a-t-il poursuivi, ajoutant que les exercices communs envoient un message « spécifiquement destiné à l'Iran ».

La posture du CCG « converge avec la détermination des États-Unis de limiter les menaces que représente le CGRI et contrecarrer ses plans, dans la région du Golfe et ailleurs », a-t-il indiqué.

Les exercices Island Shield

Les exercices Island Shield comptent parmi les plus importants menés à ce jour dans la région du Golfe, a fait savoir le lieutenant-colonel Nasser Rashed, de l'armée koweïtienne, à Al-Mashareq.

Des forces terrestres, maritimes et aériennes y ont pris part, ainsi que des équipes de stratégie, des gardes-frontière, des unités de défense aérienne et des équipes tactiques et de sécurité, a-t-il précisé.

Tous les États du Golfe participent à ces exercices, « ce qui met en évidence la stratégie conjointe de défense visant à contrer les menaces communes, ou toute menace envers l'un des pays participant à ces exercices », a ajouté Rashed.

Les manœuvres se font à balles réelles « dans des conditions très réalistes, simulant de vraies conditions de combat grâce à l'utilisation des dernières technologies », a déclaré Rashed.

Les exercices qui viennent de s'achever comportaient quatre étapes, a-t-il rapporté, les trois premières concernant les exercices conjoints d'entraînement militaire tactique.

Ils se sont conclus par un défilé militaire commun de toutes les unités participantes, auquel assistaient des hauts commandants des pays participants.

Unité malgré les différences

Les exercices militaires conjoints conduits par les États du CCG « soulignent la coordination militaire permanente qui existe entre ces États malgré les différences, et qui vise à contrer toute menace commune », a déclaré l'expert militaire qatari Riyad al-Ali.

Toute menace à l'encontre d'un État du Golfe est une menace pour tous les pays de la région, a-t-il affirmé à Al-Mashareq, et il est donc « impératif de maintenir cette coordination à travers un partenariat avec les États-Unis, qui jouent un rôle essentiel à cet égard ».

La participation de l'armée qatarie à ces exercices organisés en territoire saoudien est « la preuve de l'unité de la décision stratégique, qui n'est pas influencée par les différences politiques », a-t-il déclaré.

Les tensions politiques disparaîtront avec le temps grâce aux liens sociaux, historiques et géographiques très étroits qui existent entre les États membres du CCG, a conclu al-Ali.

Aimez-vous cet article?
6

10 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha
| 2019-05-03

Ah

Répondre
| 2019-04-06

Le Hezbollah est un outil du sionisme dans la région. Ces sanctions sont pour la consommation des médias et rien de plus.

Répondre
| 2019-03-30

Que Dieu vous protège!

Répondre
| 2019-04-09

Amen !

Répondre
| 2019-03-19

De bonnes nouvelles encourageantes!

Répondre
| 2019-05-03

Correct !

Répondre
| 2019-03-18

Pratiquement parlant, une opportunité est survenue pour tester l'efficacité du système de défense du Golfe ou la coopération militaire au Yémen. Cependant, le terrain a prouvé la faiblesse, non seulement des forces individuelles ou militaires, mais aussi la croyance en l'action militaire collective. Ceci est dû au fait que la stratégie militaire des pays du Golfe n'est pas la même à cause des défaillances du système du Golfe et son fonctionnement comme une seule unité sur des questions décisives. Quel est l'avantage des exercices si chaque pays a ses propres objectifs qui n'ont rien à voir avec les autres pays? Il y a un pays contre l'Iran, et un autre qui est un agent clair de l'Iran. Ainsi, les pays du Golfe ne doivent pas se faire des illusions, à moins que leurs dirigeants ne clarifient leurs intentions et construisent leur coopération sur des bases saines pour leurs propres intérêts et la défense de la nation arabe, nous verrons la prochaine décennie au plus tard une fin horrible et des changements majeurs dans ce pays. Cela se produira inévitablement.

Répondre
| 2019-03-19

L'objectif est le même et unique; nous devons unir nos rangs sous un seul commandement arabe du Golfe.

Répondre
| 2019-05-13

Que Dieu accorde la victoire aux musulmans partout!

Répondre
| 2019-03-16

Peut-on rejoindre les forces saoudiennes, qu'il s'agisse de forces de sécurité ou de forces terrestres?

Répondre