Sécurité |

2018-01-05

L'Arabie saoudite intercepte un missile tiré par les Houthis


Des pièces d'un missile balistique iranien Qiam sont exposées après que l'ambassadeur américain à l'ONU, Nikki Haley, ait dévoilé le 14 décembre des informations secrètes visant à prouver que l'Iran a violé la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies. [Jim Watson / AFP]
Des pièces d'un missile balistique iranien Qiam sont exposées après que l'ambassadeur américain à l'ONU, Nikki Haley, ait dévoilé le 14 décembre des informations secrètes visant à prouver que l'Iran a violé la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies. [Jim Watson / AFP]

Vendredi 5 janvier, l'Arabie saoudite a intercepté un missile balistique tiré du Yémen dans le sud du pays, alors que Riyad et ses alliés ont déclaré que l'attaque "prouvait" le soutien de l'Iran aux Houthis du Yémen (Ansarallah).

Les défenses aériennes saoudiennes ont intercepté le missile dans les premières heures de la matinée, mais n'ont signalé aucune victime, a indiqué la coalition arabe combattant les Houthis au Yémen dans un communiqué.

Les Houthis, qui sont en guerre contre le gouvernement légitime du Yémen, ont déclaré avoir tiré un missile dans la province de Najran, dans le sud-ouest de l'Arabie saoudite, dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux de la chaîne al-Masirah.

L'Arabie saoudite a accusé à plusieurs reprises l'Iran d'armer les Houthis, mais Téhéran nie les allégations.

Vendredi, le porte-parole de la coalition, Turki al-Maliki, a déclaré que l'attaque au missile déjouée sert de preuve supplémentaire que l'Iran a armé la milice.

"Cet acte hostile des Houthis soutenus par l'Iran prouve que le régime iranien reste impliqué dans le soutien des Houthis armés", a indiqué al-Maliki, selon un rapport de l'Agence de presse saoudienne.

'Ciblage délibéré de civils'

Al-Maliki a déclaré que l'attaque "ciblait délibérément des zones civiles densément peuplées" et a causé des dommages mineurs aux biens d'un citoyen saoudien.

Les Etats-Unis, allié de longue date de l'Arabie saoudite, a déclaré que l'Iran avait fabriqué un missile tiré par les Houthis vers l'aéroport international de Riyad en novembre.

En décembre, Nikki Haley, ambassadeur américain à l'ONU, a présenté ce qu'elle a appelé des preuves "indéniables" que le missile était fabriqué en Iran.

Téhéran a rejeté la preuve comme "fabriquée".

Un rapport confidentiel au Conseil de sécurité de l'ONU le même mois a indiqué que les fonctionnaires des Nations Unies avaient examiné les débris de missiles tirés en Arabie saoudite qui indiquaient une "origine commune" mais ne pouvaient pas conclure qu'ils provenaient d'un fournisseur iranien.

Sanctions sur le programme de missiles de l'Iran

Les Etats-Unis ont imposé des sanctions jeudi à cinq sociétés iraniennes qui, selon elle, travaillent sur une partie du programme de missiles balistiques illégaux de la république islamique.

Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a lié la mesure aux récentes manifestations anti-gouvernementales en Iran.

"Ces sanctions visent des entités clés impliquées dans le programme iranien de missiles balistiques, que le régime iranien considère prioritaires pour le bien-être économique du peuple iranien ", a déclaré Mnuchin.

"Alors que le peuple iranien souffre, son gouvernement et le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) financent des militants étrangers, des groupes terroristes et des violations des droits de l'homme ", a-t-il ajouté.

Les Houthis ontaugmenté leurs attaques à la roquette sur le royaume depuis novembre, tirant des missiles balistiques sur Riyad les 4 novembre et 19 décembre.

Le royaume a rejoint le gouvernement yéménite dans sa lutte contre les Houthis en mars 2015, après que les milices soutenues par l'Iran ont pris le contrôle de Sanaa.

Les Houthis contrôlent toujours la capitale et une grande partie du nord du pays.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 11

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha