Les documents récemment publiés de Ben Laden mettent en lumière les relations entre al-Qaïda et l'Iran


Des preuves récemment publiées indiquent une relation non claire entre l'Iran et al-Qaïda. On voit ici de jeunes partisans du groupe chiite du Hezbollah libanais portant les portraits du fondateur de la République islamique d'Iran, l'ayatollah Ruhollah Khomeini (L) et le dirigeant suprême iranien l'ayatollah Ali Khamenei (2L) alors qu'ils défilent dans la ville de Kfar Hatta au sud du Liban le 18, lors des funérailles d'un combattant du Hezbollah mort dans les combats en Syrie. [Mahmoud Zayyat / AFP]

Des preuves récemment publiées indiquent une relation non claire entre l'Iran et al-Qaïda. On voit ici de jeunes partisans du groupe chiite du Hezbollah libanais portant les portraits du fondateur de la République islamique d'Iran, l'ayatollah Ruhollah Khomeini (L) et le dirigeant suprême iranien l'ayatollah Ali Khamenei (2L) alors qu'ils défilent dans la ville de Kfar Hatta au sud du Liban le 18, lors des funérailles d'un combattant du Hezbollah mort dans les combats en Syrie. [Mahmoud Zayyat / AFP]

  • + AJOUTER UN COMMENTAIRE
  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

La Central Intelligence Agency (CIA) américaine a publié mercredi 1 novembre une grande archive de documents intimes d'al-Qaïda, dont le journal manuscrit d'Oussama Ben Laden, qui ont été saisis lors du raid meurtrier de 2011 sur son complexe pakistanais.

La CIA a déjà rendu publics des dossiers qui ont été récupérés lorsque les Navy SEAL de la marine américaine ont fait irruption dans l'enceinte d'Abbottabad et ont abattu le leader du réseau extrémiste mondial d'al-Qaïda.

La dernière version de 470 000 fichiers supplémentaires comprend les premières images publiques du fils de Ben Laden, Hamza, à l'âge adulte.

Les documents apportent de nouvelles informations sur la relation secrète d'al-Qaïda avec l'Iran, affirment les chercheurs qui ont eu accès au trésor désormais déclassifié .

Mariage en Iran

L’incorporation de la vidéo de mariage de Hamza Ben Laden donne au monde la première photo du fils préféré de Ben Laden en tant qu'adulte, apparemment prise en Iran.

Ben Laden préparait Hamza à lui succéder à la tête de l'organisation djihadiste mondiale d'al-Qaïda, selon des documents communiqué antérieurement, y compris des lettres rendues publiques par l'AFP en mai 2015.

Mais ces plans pour venir à la cachette de Ben Laden à Abbottabad ont apparemment été abandonnés après le raid mortel des Etats-Unis, et le jeune homme - maintenant âgé de 27 ou 28 ans - est présumé être en Iran.

Thomas Joscelyn et Bill Roggio, des chercheurs de la Fondation pour la Défense des Démocraties (FDD) qui ont obtenu la permission de voir les archives avant qu'elles ne soit rendues publiques, ont écrit sur le blog du FDD Long War Journal que l'un des documents représente une étude de 19 pages sur les liens d'al-Qaïda avec l'Iran rédigée par un assistant de Ben Laden.

"Il y a eu des relations, il y a des liens. il y a eu des fois que les Iraniens ont travaillé avec al-Qaïda", a déclaré le directeur de la CIA, Mike Pompeo, le mois dernier lors d'un séminaire organisé par FDD.

"Il y a eu des contacts où, à tout le moins, ils ont conclu des accords pour ne pas se confronter ", a-t-il ajouté.

Une relation de travail

L'étendue et la véritable nature de cette relation ne sont pas claires et font l'objet de controverses parmi les chercheurs et les décideurs.

D'une part, Téhéran et ses milices mandatés largement chiites au Moyen-Orient combattent souvent les mouvements sunnites alignés sur l'idéologie profondément sectaire d'al-Qaïda. Le Hezbollah soutenu par l'Iran, par exemple, est enfermé dans un conflit contre les rebelles syriens liés à al-Qaïda.

La capacité apparente de Hamza et des militantes de haut niveau d'opérer sous la protection iranienne soutiennent le point de vue que Téhéran et le père de Hamza avait une relation de travail.

Un document, écrit Joscelyn et Roggio, raconte comment l'Iran a offert de la formation, de l'argent et des armes à certains «frères saoudiens» d'al-Qaïda à la condition qu'ils attaquent les intérêts américains dans le Golfe.

Cependant, certains dossiers montrent des désaccords marqués entre Téhéran et al-Qaïda. Ben Laden a écrit un jour au leader iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, pour demander la libération de ses proches.

"D'autres dossiers montrent qu'al-Qaïda a kidnappé un diplomate iranien pour forcer un échange", écrit Joscelyn.

"La correspondance d'Oussama ben Laden montre que lui et ses lieutenants étaient également préoccupés par le fait que les Iraniens suivraient Hamza ou d'autres membres de la famille après leur libération."

En outre, Roggio et Joscelyn disent: "Ben Laden lui-même a envisagé des plans pour contrer l'influence de l'Iran à travers le Moyen-Orient, qu'il considérait comme pernicieuse."

Néanmoins, affirment-ils, l'analyse des points de renseignement à al-Qaïda a été en mesure de maintenir un «pipeline de facilitation de base» sur le sol iranien.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test