2018-08-03

L'ONU convoquera des négociations sur le Yémen à Genève le mois prochain

L'ONU invitera les parties belligérantes au Yémen à des pourparlers le 6 septembre à Genève pour discuter d'un cadre pour les négociations de paix, a annoncé l'émissaire jeudi 2 août.

Martin Griffiths a déclaré au Conseil de sécurité qu'une "solution politique" pour mettre fin à la guerre au Yémen était "disponible" et a exhorté les puissances mondiales à soutenir la nouvelle campagne en faveur des négociations de paix, a rapporté l'AFP.

"Ces consultations donneront l'occasion aux parties, entre autres, de discuter du cadre des négociations, des mesures de confiance pertinentes et des plans précis pour faire avancer le processus", a déclaré Griffiths.

Griffiths a informé le conseil qu'il "essayait toujours" de négocier un accord pour éviter une bataille à part entière pour la ville portuaire d'al-Hodeidah, sur la mer Rouge, qui est un point d'entrée clé pour l'aide humanitaire.

La résolution de la crise sur al-Hodeidah devrait faire partie d'un "règlement politique global" entre les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran et le gouvernement, a-t-il dit, suggérant que les pourparlers auraient lieu malgré les combats sur le terrain.

L'émissaire a exprimé sa préoccupation sur le fait que "al-Hodeidah pourrait être un point d'éclair" qui pourrait faire dérailler les pourparlers en septembre et a exhorté le conseil à soutenir la désescalade dans la ville portuaire et à "garder la mer Rouge hors du conflit"".

Il a dit qu'il y avait eu des progrès dans les négociations sur un accord possible avec les Houthis pour rendre le contrôle du port à l'ONU "mais l'écart n'est pas fermé".

L'ambassadeur des Etats-Unis, Nikki Haley, a exprimé son soutien à l'effort de l'ONU pour amener les deux parties à la table à Genève, disant à Griffiths que les parties doivent "comprendre qu'elles ont besoin de travailler avec vous".

"Les civils sont en danger, les infrastructures sont en danger et nous, en tant que communauté internationale, devons exiger que les deux parties se réunissent et en comprennent la garvité", a déclaré Haley.

Le responsable de l'aide de l'ONU, John Ging, a qualifié la crise humanitaire au Yémen de "choquante, à la fois en termes d'ampleur et de gravité".

Plus de 22 millions de personnes -- 75% de la population -- ont désespérément besoin d'aide, y compris 8,4 millions qui sont au bord de la famine, a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 0

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha