http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2019/06/19/feature-02
Sécurité |

L'armée libanaise s'attaque à la complexité de la sécurisation de la frontière avec la Syrie

Nohad Topalian à Beyrouth

Une tour d'observation des forces de sécurité libanaises dans la Bekaa, à la frontière orientale du pays avec la Syrie. [Photo fournie par la Direction de l'orientation du commandement de l'armée libanaise]

Les forces de sécurité libanaises s'efforcent de boucher la longue frontière poreuse avec la Syrie, parsemée de points de passage illégaux qui permettent l'infiltration de militants et la contrebande de marchandises illégales, ont rapporté des responsables à Al-Mashareq.

Pour endiguer le transit illégal de personnes et de marchandises, l'armée libanaise, avec l'appui de la communauté internationale, a mis en place des tours d'observation dotées d'équipements de haute technologie pour surveiller la circulation transfrontalière.

Ces efforts portent déjà leurs fruits avec l'arrestation et le renvoi devant la justice de huit militants de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) entrés clandestinement au Liban, a annoncé le Commandement de l'armée libanaise le 31 mai.

Lundi 17 juin, les Forces de sécurité intérieure (FSI) ont déclaré avoir « traqué et identifié un homme dans le sud du Liban qui publie activement la propagande de l'EIIS sur les réseaux sociaux et recrute de nouveaux membres » pour ce groupe terroriste.

Le suspect, un ressortissant syrien âgé de 20 ans habitant dans le village de Yater, dans le sud du Liban, était en contact avec des personnes à l'étranger qui l'ont aidé à créer des sites de réseaux sociaux pour diffuser la propagande de l'EIIS, ont fait savoir les FSI dans un communiqué.

Il a également utilisé ces sites pour discuter des plans d'attaques de l'EIIS contre des églises, inspiré par les attentats meurtriers de Pâques au Sri Lanka, et des centres religieux chiites, a-t-il ajouté.

Fermeture de passages frontaliers illégaux

La frontière entre le Liban et la Syrie « est une question complexe, car les territoires des deux pays s'imbriquent à plusieurs endroits, ce qui signifie qu'il est impossible de la contrôler à 100 % », a expliqué à Al-Mashareq une source militaire du commandement de l'armée.

Toutefois, a précisé cette source, l'armée a réussi à fermer de nombreux points de passage illégaux, ce qui a contribué à freiner l'infiltration des militants.

« Nous nous méfions des terroristes qui ont combattu en Syrie et tentent de revenir par des points de passage illégaux », a-t-il fait savoir, notant que l'armée est à la recherche d'infiltrés grâce à l'utilisation d'équipements sophistiqués dans les tours d'observation réparties le long de la frontière.

« Il n'est pas possible de fournir un nombre précis de points de passage illégaux, en raison des territoires imbriqués entre le Liban et la Syrie, en particulier à la frontière nord, près de la rivière al-Kabir, qui ressemble davantage à un ruisseau, ce qui signifie que l'infiltration et la contrebande y sont très faciles », a-t-il déclaré.

Comme la frontière avec la Syrie est difficile à contrôler entièrement, l'armée libanaise effectue des patrouilles régulières, tend des embuscades et érige des talus de terre pour intercepter les voitures et les camions, a expliqué la source.

Quant à la région frontalière de l'est, la contrebande passe par les villes de Qasr, al-Masnaa et al-Suwairi, a-t-il indiqué.

À Qasr, la zone frontalière « est une grande zone plate, difficile à fermer », a-t-il déclaré. « L'armée ne peut pas contrôler les points de passage illégaux de Qasr, même si nous y installons des tours d'observation comme nous l'avons fait à la frontière nord près de la rivière al-Kabir. »

En ce qui concerne les zones montagneuses d'al-Masnaa et d'al-Suwairi, l'armée a pu fermer 99 % des points de passage illégaux et effectue des patrouilles régulières pour empêcher les infiltrations et la contrebande, a-t-il rapporté.

En plus de surveiller les zones frontalières, les forces de sécurité doivent également contrôler la situation au Liban pour s'assurer que les cellules dormantes des militants sont démantelées et que les complots terroristes potentiels sont déjoués, a-t-il déclaré.

La sécurité frontalière est « une nécessité impérieuse »

La fermeture des points de passage illégaux avec la Syrie « est désormais une obligation, et des mesures doivent être rapidement mises en œuvre », a affirmé Chawki Daccache, député du bloc République forte.

« Il existe environ 136 points de passage illégaux qui doivent être contrôlés, sans quoi nous aurons un problème de sécurité et économique », a-t-il déclaré à Al-Mashareq, ajoutant que l'un des risques inclut les attaques terroristes au Liban.

« Nous ne voulons pas que l'incident récent à Tripoli se répète dans une autre ville, d'autant plus que l'auteur était un [ancien] élément de l'EIIS », a-t-il indiqué.

Le 3 juin, à la veille de l'Aïd el-Fitr, Abdoul-Rahman Mabsout, ancien membre de l'EIIS, s'est lancé dans une fusillade à Tripoli, tuant deux militaires et deux membres des FSI.

La sécurisation de la frontière « est une urgence pour mettre fin à l'infiltration des terroristes et au trafic d'armes et de marchandises qui inondent le marché local », a déclaré Michel Nasr, journaliste spécialisé dans les questions de sécurité.

En plus d'entrer illégalement au Liban, certains activistes passent également par des points de passage légaux avec de faux documents, a-t-il rapporté à Al-Mashareq.

Lors d'une opération de l'armée en octobre 2018, un spécialiste de la falsification de documents du camp de réfugiés d'Aïn al-Hilweh, appelé « al-Hakim », a été arrêté, a fait savoir Nasr.

Il a ajouté qu'un grand nombre d'activistes « ont été arrêtés alors qu'ils entraient par des points de passage légaux, car leurs noms étaient connus et les déplacements des membres de leur famille étaient surveillés ».

Aimez-vous cet article?
15

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha