http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2019/03/15/feature-03

Terrorisme |

Dirigeants arabes et autorités religieuses condamnent l'attentat en Nouvelle-Zélande

AFP et médias régionaux

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des fleurs sur les marches de la mosquée Masjid à Kilbirnie, Wellington, en Nouvelle-Zélande, le 15 mars, après qu'une fusillade dans deux mosquées de Christchurch ont fait 49 morts le même jour. [Marty Melville/AFP]

Vendredi 15 mars, des leaders politiques et religieux de tout le Moyen-Orient ont condamné une fusillade dans deux mosquées de Nouvelle-Zélande ayant fait au moins 49 victimes, et les dirigeants du monde ont appelé à la solidarité avec les communautés musulmanes.

Un Australien de 28 ans a attaqué avec des armes semi-automatiques deux mosquées de la ville de Christchurch lors des prières de l'après-midi vendredi, tuant 49 fidèles et en blessant des dizaines d'autres.

Cette attaque, qui serait le plus meurtrier contre des musulmans en occident à l'époque moderne, a été immédiatement qualifiée de terroriste par la Première ministre Jacinda Ardern, alors qu'elle guidait une nation choquée à travers l'un de ses « jours les plus sombres », a rapporté l'AFP.

Le drapeau néo-zélandais a été mis en berne sur le bâtiment du parlement à Wellington le 15  mars après une attaque contre deux mosquées à Christchurch, qui a fait 49 morts. [Marty Melville/AFP]

Dans une déclaration faite à Sydney, le Premier ministre australien Scott Morrison a décrit le tireur comme « un terroriste extrémiste violent d'extrême droite ».

Le coupable a été arrêté et inculpé de meurtre, et il comparaîtra devant le tribunal du district de Christchurch samedi matin. Deux autres hommes sont toujours en détention, mais leur lien avec l'attaque est inconnu.

« Attaque sacrilège et criminelle »

Vendredi, l'Al-Azhar égyptien a qualifié cette attaque de « sacrilège et criminelle » contre un lieu de culte, et a adressé ses sincères condoléances aux familles des victimes, a rapporté Ahram Online.

« Cet horrible attentat terroriste est un sérieux indicateur des conséquences du discours de haine et de xénophobie de plus en plus présent et de la propagation de l'islamophobie » dans des pays « connus pour la cohabitation de leurs habitants », a déclaré le grand imam, d'Égypte, Cheikh Ahmed al-Tayeb.

Al-Tayeb, qui était avec le pape François le mois dernier aux Émirats arabes unis pour appeler à la coexistence pacifique entre les religions, a encouragé les États occidentaux à « augmenter les efforts pour soutenir les valeurs de tolérance et de coexistence » dans leurs sociétés.

Le pape François a quant à lui fait part « à tous les Néo-Zélandais, et en particulier à la communauté musulmane, de sa sincère solidarité », a fait savoir l'AFP.

Dans un communiqué, le ministère égyptien des Affaires étrangères a adressé son soutien à la Nouvelle-Zélande et aux familles des victimes, déclarant que « cet ignoble acte terroriste est contraire à tous les principes humains », a rapporté Ahram Online.

L'Égypte condamne l'attaque « dans les termes les plus durs », a précisé le communiqué.

Le ministère libanais des Affaires étrangères a déclaré que le pays condamne le « crime terrorisme immonde contre les mosquées en Nouvelle-Zélande où des fidèles pensaient être en sécurité et dans un sanctuaire pour la prière et la tolérance », a rapporté Naharnet.

La ministre d'État jordanienne aux Affaires médiatiques, Jumana Ghneimat, a fait part du rejet du royaume envers le terrorisme et les attaques contre ceux qui vivent en paix et contre les lieux de culte, a indiqué Petra, l'agence de presse jordanienne.

Elle a appelé à une approche internationale concertée et participative et à des actions pour contrer le terrorisme sous toutes ses formes.

Le ministère jordanien de l'Awqaf et des Affaires islamiques, Abdoul Nasser Aboul Bassal, a lui aussi condamné cet attentat, déclarant rejeter toutes attaques contre des mosquées, des églises et des lieux de culte.

Des Jordaniens et des Saoudiens parmi les blessés

Le ministère jordanien des Affaires étrangères et des Expatriés a fait savoir que des informations préliminaires indiquent que des Jordaniens se trouvent parmi les personnes blessées lors de l'attaque.

Il a précisé que l'ambassade de Jordanie en Australie travaillait avec les autorités concernées en Nouvelle-Zélande pour suivre l'état des Jordaniens blessés.

Les États du Golfe ont également serré les rangs vendredi en condamnant les attaques contre les mosquées, a rapporté l'AFP.

L'Arabie saoudite a condamné l'attaque « dans les termes les plus durs possible ».

Le ministère des Affaires étrangères a indiqué qu'un citoyen saoudien avait été légèrement blessé dans les attaques.

L'émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a rejeté « le terrorisme, l'extrémisme, quel qu'en soit les motifs ou les raisons » dans un message diffusé sur les réseaux sociaux.

Bahreïn, le Koweït, Oman et les Émirats arabes unis ont eux aussi condamné les attentats contre les mosquées, qui ont déclenché un rejet mondial.

Le ministère émirien des Affaires étrangères a déclaré qu'Abou Dabi était « pleinement solidaire avec l'État ami de Nouvelle-Zélande pour lutter contre l'extrémisme et le terrorisme, et [...] garantir la sécurité de ses citoyens et de tous ses habitants ».

Pour Bahreïn, ces meurtres sont « contraires à tous les principes religieux et moraux et à toutes les valeurs humaines ».

Des messages condamnant l'attentat et exprimant de la solidarité avec les familles des victimes ont afflué en Nouvelle-Zélande depuis le monde entier, en provenance des États-Unis, de Grande-Bretagne, d'Allemagne, de France, d'Espagne et de Norvège, parmi beaucoup d'autres.

Aimez-vous cet article?
1
0
Al icons no

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha