Politique |

2017-11-30

Elargissement du fossé entre les Houthis et Saleh menace l'alliance


Les partisans des Houthis soutenus par l'Iran au Yémen se sont réunis à Sanaa le 21 septembre pour marquer le troisième anniversaire de la prise de pouvoir des Houthis. [Mohammed Huwais / AFP]
Les partisans des Houthis soutenus par l'Iran au Yémen se sont réunis à Sanaa le 21 septembre pour marquer le troisième anniversaire de la prise de pouvoir des Houthis. [Mohammed Huwais / AFP]

Des dizaines de milliers de partisans des Houthis (Ansarallah) se sont rassemblés à Sanaa, jeudi 30 novembre, après des affrontements meurtriers entre les Houthis et leurs alliés, qui ont fait craindre de nouvelles violences dans la ville.

Les affrontements, qui ont éclaté mercredi près de la mosquée Saleh de Sanaa, ont tué neuf combattants Houthis et cinq partisans de l'ancien président Ali Abdoullah Saleh, selon des sources médicales.

Les luttes intestines menacent de démêler la fragile alliance d'opposition qui contrôle Sanaa et combat le gouvernement du président Abd Rabbou Mansour Hadi dans la guerre du Yémen.

Mais jeudi après-midi, la place Sabaeen de Sanaa était bondée alors que les Yéménites se réunissaient pour marquer l'anniversaire du prophète Mohammed, répondant à un appel du chef des Houthis, Abdoul Malik al-Houthi, pour que les sympathisants y assistent.

Le rassemblement s'est produit après des tentatives de médiation tardives entre Saleh et les Houthis, qui n'ont pas réussi à réconcilier les deux parties, ont indiqué des sources au sein du parti politique du Congrès général du peuple de Saleh.

Echange de culpabilité

Saleh et les Houthis soutenus par l'Iran se sont accusés d'avoir incité à l'agitation de mercredi.

"Le Congrès général du peuple et ses alliés tiennent Ansarallah pleinement responsables de chaque goutte de sang répandue parmi les Yéménites ... et mettent en garde contre tous les actes qui, plutôt que de servir l'unité nationale, menacent notre unité interne et notre cohésion".

Le "ministère de l'Intérieur" des Houthis a blâmé les forces fidèles à Saleh pour les affrontements dans un communiqué publié mercredi soir.

Il a déclaré que ses forces de sécurité avaient été interdites d'entrée dans la mosquée de Saleh par des gardes armés "non affiliés au ministère", se référant aux forces de Saleh.

"Nous avons été surpris lorsque ces forces armées à l'intérieur de la mosquée ont ouvert le feu sur la police sans avertissement, ce qui a obligé la police à riposter", a-t-il ajouté.

Le clivage entre Saleh et les Houthis remonte à plusieurs mois, l'ancien président clamant les Houthis comme des "milices" et les combattants de l'opposition menaçant les loyalistes de Saleh après que la violence armée eut fait deux morts à Sanaa en août.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 10
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha