L'Égypte renforce la sécurité autour des églises pour le Noël copte


Les mesures de sécurité sont accrues à l'église copte orthodoxe Sainte-Marie du Caire, aussi appelée l'église suspendue, pour le Noël copte qui aura lieu le 7 janvier. [Waleed Abou al-Khaïr/Al-Mashareq]

Les mesures de sécurité sont accrues à l'église copte orthodoxe Sainte-Marie du Caire, aussi appelée l'église suspendue, pour le Noël copte qui aura lieu le 7 janvier. [Waleed Abou al-Khaïr/Al-Mashareq]

  • + COMMENTAIRE MAINTENANT
  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

Les provinces égyptiennes ont mis en place des mesures de sécurité rigoureuses pour empêcher de potentiels attentats contre les églises pendant le Noël copte du 7 janvier, et pour protéger les sites de loisir qui connaissent une forte affluence pendant les vacances.

Les plans visant à protéger les églises égyptiennes pendant les vacances sont entrés en vigueur à la mi-décembre et resteront en place jusqu'après la première semaine de la nouvelle année, a fait savoir à Al-Mashareq le général de brigade Mahmoud Salem, de la police du Caire.

« Le plan de sécurité a englobé 2 626 églises orthodoxes, catholiques et protestantes en Égypte », a-t-il détaillé.

Des prières de Noël se sont déroulées dans la dernière semaine de 2016 pour les obédiences occidentales, mais elles auront lieu la première semaine de la nouvelle année pour les croyances orientales, a-t-il expliqué, notant que le plan de sécurité concerne toutes ces églises sans exception.

Les mesures de sécurité commencent aux abords de l'église, avec un point de contrôle placé à au moins 200 mètres, a-t-il indiqué.

La circulation est bloquée dans la rue en face de l'église, a-t-il ajouté, et des membres des forces de sécurité en uniforme et en civil sont déployés autour du bâtiment.

Toutes les églises sont équipées de mesures de sécurité électroniques aux entrées, permettant d'inspecter les personnes entrant et leurs effets, a-t-il déclaré, et des caméras de surveillance internes et externes ont été installées.

Une coopération a aussi été établie avec les églises pour faciliter l'intervention des forces de sécurité en cas d'urgence, ou si un objet ou une personne suspecte est détectée, a-t-il poursuivi.

« Plus de 150 000 membres des forces de sécurité ont été assignés à la sécurité des églises, et 100 000 d'entre eux ont été déployés pour soutenir les forces principales assignées à ces sites religieux », a précisé Salem.

Ces mesures et contrôles de sécurité s'appliquent aussi aux marchés, aux centres commerciaux, aux théâtres, aux cinémas et aux parcs d'attractions, qui attirent les foules pendant les fêtes, a-t-il ajouté.

Coopération de l'Église

« Les personnes responsables des églises et des monastères répartis dans toutes les provinces égyptiennes coopèrent pleinement avec les agences de sécurité chargées de la surveillance et de la protection [des sites religieux] pour empêcher des attentats terroristes désastreux comme celui qui a frappé l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul », a déclaré le révérend Sameh Iskandar, de l'église Mar Mina à Gizeh.

Vingt-six personnes ont été tuées le 11 décembre dans un attentat contre cette église copte du district d'Abbassiya au Caire. L'attaque a été revendiquée par « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL).

Des équipes d'éclaireurs dans les églises et les monastères ont été chargées de repérer tout objet ou individu suspect, a déclaré Iskandar à Al-Mashareq.

« Les contrôles de sécurité aux entrées sont menés en collaboration avec les forces de sécurité et comprennent la surveillance des personnes entrant et le signalement de l'entrée des personnes non connues », a-t-il expliqué.

« Les fidèles sont généralement connus, surtout pendant les fêtes, car seuls les membres de la paroisse et leurs proches pénètrent dans les églises », a-t-il précisé.

De leur côté, les églises et les monastères s'assureront que les fidèles quittent les églises en plus petits groupes pour éviter que les cours des églises soient surpeuplés, a-t-il ajouté.

« Il a été décidé avec le ministère de l'Intérieur que de nombreuses policières seraient aussi déployées pour fouiller les femmes aux entrées des lieux où des cérémonies religieuses auront lieu », a-t-il poursuivi.

Salle des opérations conjointes

La sécurisation des églises et des monastères en Égypte n'est pas une tâche aisée, a fait savoir le major général Yahya Mohammed Ali, expert en groupes terroristes et ancien officier.

On ne peut y arriver qu'avec une coopération entre les musulmans, les chrétiens et les forces de sécurité chargées de maintenir la sécurité, a-t-il affirmé à Al-Mashareq.

« Il est plus facile d'assurer la sécurité des églises et des monastères isolés des zones urbaines », a-t-il indiqué. « Dans les grandes villes en particulier, la plupart des églises se trouvent dans des zones résidentielles, au milieu de foyers de personnes d'obédiences religieuses diverses, ce qui rend les processus d'isolation et de surveillance difficile. »

La tâche de sécurisation des églises et des monastères n'est pas confiée uniquement à la police, mais inclut également l'armée et d'autres unités de sécurité, comme la Sécurité générale, la Sécurité nationale et les Forces de la sécurité centrale, a-t-il précisé.

Comme la police est occupée, l'armée est chargée de la sécurisation des gares ferroviaires et des lignes de métro, a-t-il indiqué, ajoutant que des Forces d'intervention rapide et de sécurité ont été déployées en grand nombre dans les rues et les places les plus importantes d'Égypte.

« Toutes ces mesures et les responsables chargés de les mettre en place sont liés à une salle des opérations conjointes située au ministère de l'Intérieur, qui est placée directement sous le Bureau du ministre de l'Intérieur », a-t-il ajouté.

Cela « accélérera le processus de prise de décision lié à toute intervention nécessaire pour contenir des menaces », a déclaré Ali.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test