http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2019/10/01/feature-02
Sécurité |

Les États-Unis et l'Arabie saoudite discutent de la défense maritime après des attentats pétroliers

AFP

Le vice-amiral Jim Malloy, commandant du commandement central des forces navales américaines, s'est rendu à Riyad le 29 septembre pour rencontrer le vice-amiral Fahad al Ghofaily, commandant des forces navales royales saoudiennes, et l'ambassadeur américain John Abizaid pour discuter de la coordination de la défense maritime. [Photo fournie par les affaires publiques des forces navales royales saoudiennes]

Un responsable de la marine américaine s'est rendu en Arabie saoudite pour discuter de la coordination de la défense maritime après les attaques jumelles du mois dernier contre des installations pétrolières clés dans le royaume, a rapporté l'AFP mardi 1er octobre.

Riyad a rejoint une force dirigée par les États-Unis pour protéger les navires du Golfe lorsque les tensions avec l'Iran ont monté en flèche après les attaques du 14 septembre qui ont temporairement mis à mort la moitié de la production du géant de l'OPEP.

"Cette visite a été l’occasion de discuter de nos efforts mutuels pour coordonner notre défense contre la provocation et les attaques", a déclaré le vice-amiral Jim Malloy, commandant des forces navales américaines au Moyen-Orient, selon un communiqué publié mardi.

Il a ajouté que la visite était axée sur le rôle de la marine saoudienne dans "les efforts visant à consolider et renforcer les défenses contre l'agression iranienne".

Malloy a rencontré dimanche à Riyad le commandant de la marine saoudienne Fahad al-Ghofaily, trois jours après l'annonce par le Pentagone de l'envoi de 200 soldats équipés de missiles Patriot pour renforcer les défenses du royaume.

Les États-Unis ont plaidé en faveur de la création d'une opération dirigée par les États-Unis, baptisée Sécurité Maritime Internationale, afin de protéger le commerce et les flux de pétrole dans le détroit d'Hormuz.

L'Australie, la Grande-Bretagne, le Bahreïn et les Émirats arabes unis avaient rejoint l'opération jusqu'à présent.

Aimez-vous cet article?
3

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha