http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2018/09/14/feature-03

Sécurité |

2018-09-14

Les manœuvres américano-égyptiennes attirent une participation régionale


Les forces égyptiennes participent à l'exercice militaire conjoint américano-égyptien Bright Star 2018, devant durer jusqu'au 20 septembre. [Photo fournie par le département des affaires morales du ministère égyptien de la Défense]
Les forces égyptiennes participent à l'exercice militaire conjoint américano-égyptien Bright Star 2018, devant durer jusqu'au 20 septembre. [Photo fournie par le département des affaires morales du ministère égyptien de la Défense]

Les exercices d'entraînement conjoints entre les forces américaines et égyptiennes, baptisés « Bright Star 2018 », ont débuté samedi 8 septembre et se poursuivront jusqu'au 20 septembre, a indiqué le colonel Tamer al-Refaie, porte-parole de l'armée égyptienne.

Cet exercice d'entraînement militaire se déroule sur le complexe d'entraînement au combat de la base militaire Mohammed Naguib, située près de la ville d'Alexandrie, dans le nord du pays.

Des forces venues d'Égypte, des États-Unis, de Grèce, de Jordanie, du Royaume-Uni, d'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, d'Italie et de France y participent aux côtés de seize autres pays venus y assister en qualité d'observateurs.


Les forces armées d'Égypte, des États-Unis et d'autres pays participent à l'exercice militaire conjoint Bright Star 2018. [Photo fournie par le département des affaires morales du ministère égyptien de la Défense]
Les forces armées d'Égypte, des États-Unis et d'autres pays participent à l'exercice militaire conjoint Bright Star 2018. [Photo fournie par le département des affaires morales du ministère égyptien de la Défense]

Dans son discours prononcé à l'occasion de la cérémonie d'ouverture, le commandant du contingent égyptien a décrit cet exercice comme un moyen de renforcer les liens dans le domaine de la coopération militaire entre les pays participants.

Cet exercice facilitera également l'échange d'expertise dans l'utilisation de systèmes d'armes et de matériels technologiquement avancés, a-t-il ajouté.

Le major général de l'US Air Force Jon Mott, directeur des exercices de l'US Central Command (CENTCOM), a fait part de sa grande reconnaissance envers les forces armées égyptienne qui accueillent les exercices Bright Star pour la deuxième année consécutive.

Remerciant l'Égypte pour son accueil positif et son sens de l'hospitalité, il a indiqué que les États-Unis considèrent l'Égypte comme l'un de ses partenaires stratégiques les plus importants dans la région.

« Nous sommes tous plus forts au sein d'une équipe, et nous ne pouvons faire le travail sans nos partenaires », a-t-il ajouté. « Je suis honoré de représenter plus de 800 soldats américains venus participer à Bright Star 2018, qui se fonde sur les grandes réalisations des années précédentes. »

Ces exercices conjoints sont un moyen de renforcer les relations et « d'envoyer un message clair à ceux qui cherchent à porter atteinte à nos pays », a poursuivi Mott.

Ils contribuent à la préparation et à l'entraînement des forces et démontrent la valeur de l'action conjointe, a-t-il déclaré, ajoutant qu'ils constituent « une occasion en or de trouver les meilleurs moyens de contrer les menaces à la sécurité dans la région ».

Développer les opérations conjointes

Les exercices Bright Star de cette année sont axés sur le développement des opérations conjointes entre les forces armées de l'Égypte et de ses alliés, ont indiqué les forces armées égyptiennes dans un communiqué le 8 septembre.

Ils facilitent également la planification de la conduite des opérations navales et aériennes, et la conduite de l'entraînement aux tactiques du combat asymétrique, a poursuivi ce communiqué.

Ces activités d'entraînement incluent la mise en place de centres de commandement conjoints et de sites d'entraînement pour les forces navales et aériennes participantes, et différents types d'entraînement des forces spéciales.

Elles prévoient également un symposium où les hauts gradés seront en mesure d'échanger leur expertise de formation et opérationnelle, et la conduite d'exercice de tirs réels, en coopération avec les forces aériennes participantes.

Le général Joseph Votel, chef du CENTCOM, a inspecté lundi les forces participantes dans le cadre d'une visite officielle de plusieurs jours en Égypte, accompagné par le commandant de la région militaire du nord de l'Égypte.

Le général Mohammed Zaki, ministre égyptien de la Défense, a également rencontré Votel et sa délégation.

Zaki a fait part de sa fierté de ce partenariat entre les forces armées égyptiennes et américaines, et a exprimé l'espoir d'une plus grande coopération conjointe entre les deux armées dans tous les domaines.

Votel a salué les succès obtenus par les forces armées égyptiennes dans la lutte contre le terrorisme, et a réaffirmé la profondeur de ce partenariat stratégique et de la coopération entre l'Égypte et les États-Unis.

Contribution au maintien de la paix

Les exercices Bright Star contribuent à préparer les forces égyptiennes et américaines à répondre à un large éventail de défis sécuritaire et de contre-terrorisme, a expliqué à Al-Mashareq le général de brigade Khaled Okasha, spécialiste des affaires de sécurité.

« La puissance militaire de l'armée égyptienne contribue au maintien de la paix dans la région, et la sécurité est la principale raison qui sous-tend la coopération avec les États-Unis et un grand nombre de pays alliés dans la conduite de ces exercices militaires conjoints », a-t-il ajouté.

À chaque nouvel exercice militaire, les dernières avancées technologiques militaires sont testées et évaluées pour en vérifier l'adéquation avec les différentes scènes de combat, a expliqué Okasha.

Cette année, les exercices Bright Star s'attachent à la coopération sécuritaire, à la lutte contre le terrorisme et à l'entraînement à divers scénarios de menaces, dans le cadre d'une guerre de type à la fois conventionnel et asymétrique, a-t-il indiqué.

Les exercices prévoient une formation d'échanges interarmées (JCET) dans le domaine du contre-terrorisme entre le détachement opérationnel Alpha des forces spéciales américaines et les forces Saiqa (foudre) égyptiennes, a précisé al-Refaie dans un communiqué.

Cette JCET vise à standardiser les concepts opérationnels, conduire la formation à un travail en équipe conjoint et préparer les forces de sécurité à mettre en œuvre les futures phases envisagées.

Elle comporte des conférences pratiques et théoriques sur le contre-terrorisme, les différentes méthodes pour traiter des engins explosifs improvisés (EEI), un entraînement aux opérations d'intervention aéroportées et maritimes, à la plongée offensive et aux opérations médicales en zones de combat.

Lutter contre les menaces terroristes

« Cet entraînement intervient à un moment où le monde est confronté à des menaces asymétriques, de la part notamment de groupes terroristes », a expliqué le major général Hesham al-Halabi, conseiller à l'Académie militaire Nasser.

La plus grande part de l'entraînement militaire lors de ces exercices est consacrée à la réponse aux menaces terroristes, a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

Plusieurs pays participent à Bright Star 2018 au titre de participants ou d'observateurs, a-t-il poursuivi, parmi lesquels des pays africains, pour échanger une expertise et renforcer la coopération conjointe pour relever les défis de la sécurité régionale.

Ces exercices les aident à coordonner leurs efforts de lutte contre le terrorisme, a-t-il ajouté.

« Cela fait des décennies que l'Égypte et les États-Unis sont des alliés et des partenaires dans le maintien de la stabilité dans la région », a continué al-Halabi.

« L'un des objectifs essentiels de ces exercices est de faire en sorte que les pays participants partagent leur expertise et les divers outils antiterroristes qu'ils utilisent », a expliqué le major général Nasr Salem, expert militaire et stratégique à l'académie militaire Nasser.

Le terrorisme représente une menace pour tous les pays, même si aucune attaque n'a eu lieu sur leur sol, a-t-il ajouté pour Al-Mashareq.

L'échange d'expériences et d'expertise est aujourd'hui la base du succès « pour assurer la sécurité des pays contre les attaques destructrices menées par les groupes terroristes », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 18

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha