L'Alliance militaire islamique dirigée par les Saoudiens prend son élan


Une image prise le 6 juin montre une affiche du roi saoudien Salman affichée sur un immeuble à Riyad. Le royaume a annoncé la création d'une alliance militaire islamique pour lutter contre le terrorisme en 2015, les pays ayant engagé des troupes de réserve à la nouvelle force au sommet arabe-islamique-américain en mai. [Fayez Nureldine / AFP]

Une image prise le 6 juin montre une affiche du roi saoudien Salman affichée sur un immeuble à Riyad. Le royaume a annoncé la création d'une alliance militaire islamique pour lutter contre le terrorisme en 2015, les pays ayant engagé des troupes de réserve à la nouvelle force au sommet arabe-islamique-américain en mai. [Fayez Nureldine / AFP]

  • + AJOUTER UN COMMENTAIRE
  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

Les pays participant au récent sommet arabo-islamique-américain à Riyad ont exprimé leur volonté de confier des troupes à l'Alliance militaire islamique, mais il n'est pas encore clair quel rôle une telle force jouerait dans la région.

Dans le communiqué de clôture du sommet, publié le 21 mai, les dirigeants des pays participants "se sont félicités de la volonté de plusieurs pays islamiques" de participer à l'alliance antiterroriste dirigée par les l'Arabie Saoudite.

Ils ont convenu de "fournir une force de réserve de 34 000 soldats pour soutenir les opérations contre des organisations terroristes en Irak et en Syrie, au besoin".

Les tensions régionales en cours ont eu un impact direct sur les Etats du Golfe voisins de l'Iran, a déclaré l'expert stratégique et spécialiste en sécurité le général de brigade Nizar Abdel Kader, un officier militaire libanais retraité.

Cela a conduit à un réveil de la nécessité de renforcer la coordination militaire et la coopération entre les pays arabes", a-t-il dit à Al-Mashareq.

Le succès de cette force dépend de la capacité de l'Arabie saoudite d'établir une position unifiée du Golfe et d'aller de l'avant dans sa coopération avec l'Egypte, a-t-il indiqué.

Ceci est dû au fait que l'Egypte et l'Arabie Saoudite "sont les deux plus grandes puissances arabes, et toute coopération entre elles attirerait d'autres pays vers cette coalition", a-t-il ajouté.

Cela pourrait ouvrir la voie à l'émergence d'une force de dissuasion arabe capable de se tenir face à la propagation et à l'expansion iraniennes, a-t-il noté.

Manoeuvres militaires conjointes

Il existe un grand potentiel pour l'alliance militaire, qui a été officiellement lancée par l'Arabie Saoudite en 2015 et compte maintenant 41 pays en tant que membres, a déclaré l'expert militaire et l'officier militaire libanais à la retraite, le général de brigade Charles Abi Nader.

La coopération militaire existe déjà entre la Jordanie, l'Egypte et l'Arabie Saoudite, a-t-il déclaré à Al-Mashareq, notant que des manoeuvres militaires annuelles ont eu lieu en Jordanie avec la participation d'autres pays.

"Les exercices donnent aux parties impliquées une expérience de la coopération entre eux et des points de coordination dont les armées auront besoin lorsqu'ils participeront aux opérations militaires et de sécurité ", a-t-il déclaré.

Abi Nader a noté que les trois pays coopéraient déjà en ce qui concerne les conflits en Syrie et au Yémen.

Les développements militaires dans la zone tri-frontalière entre la Jordanie, la Syrie et l'Irak "seront une porte d'entrée pour cette prochaine force de rejoindre le conflit en cours dans la région", a-t-il souligné, d'autant plus que son objectif principal est de lutter contre le terrorisme en Irak et en Syrie.

La zone tri-frontalière revêt une importance stratégique, car il s'agit d'un "point de contact entre la Jordanie, la Syrie et l'Irak, et en raison de sa proximité avec le territoire saoudien", a-t-il déclaré.

C'est donc une porte d'entrée par laquelle des forces militaires conjointes peuvent entrer en Syrie et se déplacer vers le nord pour affronter "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS), a-t-il ajouté.

Abi Nader a souligné l'opportunité potentielle offerte par ce domaine pour commencer à sécuriser la frontière irako-syrienne.

Contenir l'expansion iranienne

Le sommet de Riyad a largement accepté de faire face au terrorisme, et cela jette les bases de la création d'une alliance militaire dans la région, a déclaré le professeur de relations internationales Imad Salamey de l'Université Libanaise.

La lutte contre le terrorisme exige la création d'un "partenariat visant à échanger des informations de sécurité dans [le cadre d'] une réaction aux forces extrémistes", a-t-il noté.

Salamey a déclaré qu'il croit que l'objectif de la force commune est de faire face au terrorisme et de créer une grande force militaire dans la région pour contenir l'expansion iranienne.

"L'existence d'une telle force serait utile, d'autant plus que la sécurité et la stabilité de la région du Golfe, qui revêtent une importance vitale pour l'économie mondiale, sont menacées", at-il affirmé.

Il est nécessaire d'assurer la stabilité de la région et de contenir la menace de l'Iran, a-t-il ajouté.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test