Les États-Unis s'engagent à renforcer la sécurité maritime dans le Golfe malgré l'escalade des tensions

Le chef du Commandement central américain, Kenneth McKenzie, s'est engagé jeudi 18 juillet à œuvrer de manière "agressive" pour assurer la sécurité maritime dans les eaux stratégiques du Golfe après une série d'attaques imputables à l'Iran, a rapporté l'AFP.

"Nous discutons actuellement avec la communauté internationale de l’importance du droit à la liberté de navigation au Moyen-Orient", a déclaré McKenzie à la presse à la base aérienne Prince Sultan, près de Riyad.

"Nous allons travailler de manière très agressive avec nos partenaires (...) afin de trouver une solution qui permettra le libre passage du pétrole et d'autres produits de base essentiels (...) dans toute la région".

Son commentaire intervient après que le général américain Joseph Dunford, président des Chefs d'état-major interarmées, eut déclaré la semaine dernière que les États-Unis souhaitaient former une coalition pour garantir la liberté de navigation dans le Golfe dans le cadre de relations tendues entre Washington et Téhéran.

Le corps des gardes de la révolution islamique iraniens (CGRI) a annoncé jeudi qu'il avait arrêté un "pétrolier étranger" et son équipage pour trafic de carburant dans le Golfe, lors du dernier incident qui aurait provoqué une montée des tensions dans la région.

Le pétrolier a été saisi dimanche "au sud de l'île (iranienne) de Larak" dans le détroit stratégique d'Ormuz, a annoncé le site Internet Sepahnews de la force.

Le CGRI n'a pas précisé le nom ou la provenance du navire.

Cette annonce intervient deux jours après que l'Iran eut annoncé qu'il était venu en aide à un pétrolier étranger après avoir reçu un appel de détresse - sans aucune mention de détention du navire.

Les tensions dans la région - à travers laquelle près d'un tiers du pétrole mondial est transporté - ont empiré au cours des dernières semaines. Les États-Unis ont accusé l'Iran de multiples attaques contre des navires-citernes dans la région et Téhéran a abattu un drone américain.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré le mois dernier qu'il espérait que plus de 20 pays, dont les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite, travailleraient de concert pour renforcer la sécurité maritime.

McKenzie a déclaré que les États-Unis étaient en "discussions exploratoires" avec des partenaires potentiels afin de garantir le libre passage des voies navigables stratégiques, y compris le détroit d'Hormuz.

Ce n'est "pas un problème américain, c'est un problème international ... Nous sommes impatients de faire partie d'une solution internationale", a ajouté McKenzie.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha