Un pétrolier iranien contraint de demander réparation dans un port saoudien

Un pétrolier iranien a été contraint de demander réparation dans un port saoudien après avoir "subi une panne de moteur et une perte de contrôle", a rapporté l'agence de presse SHANA du ministère iranien du Pétrole iranien, jeudi 2 mai.

Le rare amarrage a eu lieu alors que les États-Unis étaient sur le point de mettre fin à toutes les exemptions restantesde sanctions concernant les exportations de pétrole iranien, décision fortement soutenue par le royaume, a rapporté l'AFP.

SHANA a indiqué que l'incident avait commencé mardi matin lorsque le pétrolier avait lancé un appel de détresse.

"L’un des navires-citernes de la National Iranian Tanker Company, se dirigeant vers le canal de Suez à travers la mer Rouge, n’a pas poursuivi son chemin en raison de la fuite d’eau dans sa salle des machines", a-t-elle ajouté.

"Avec la coordination des responsables compétents, le navire a été guidé à Djeddah en tant que port sûr le plus proche pour résoudre le problème et prendre les mesures nécessaires".

SHANA a identifié le pétrolier comme étant le Happiness 1, avec un équipage de 26 personnes.

Plusieurs navires saoudiens appartenant aux garde-frontières, à l'Autorité des ports saoudiens et au géant pétrolier national Saudi Aramco ont participé à l'opération de sauvetage, a annoncé le ministère des médias à Riyad.

"Toutes les précautions nécessaires ont été prises pour assurer la sécurité de l'équipage du navire et fournir le soutien et l'assistance nécessaires", a déclaré un porte-parole des gardes-frontières saoudiens dans son communiqué.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire