Amnesty condamne la détention de journalistes par les Houthis

Mercredi 1er mai, Amnesty International a condamné la détention prolongée au Yémen de dix journalistes par les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran, affirmant qu'elle reflétait "l'état désastreux de la liberté des médias", a rapporté l'AFP.

Les 10 journalistes sont en détention depuis l'été 2015 et font l'objet de poursuites pour de fausses accusations d'espionnage, selon le groupe de défense des droits de l'homme.

Amnesty a déclaré que les hommes ont été torturés, détenus au secret et privés de soins médicaux.

"La détention illégale et prolongée, la torture et d'autres mauvais traitements subis par ces 10 journalistes sont un rappel choquant du climat médiatique répressif auquel sont confrontés les journalistes au Yémen et illustrent les risques auxquels ils sont exposés aux mains de toutes les parties au conflit", a déclaré Rasha Mohamed, Chercheuse d'Amnesty au Yémen.

"Ces hommes sont punis pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d'expression", a-t-elle déclaré dans un communiqué, appelant les Houthis à "les libérer immédiatement et à abandonner toutes les accusations qui pèsent contre eux".

Selon Amnesty, certains journalistes travaillaient pour des médias en ligne affiliés à Al-Islah, un parti islamiste opposé aux Houthis.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire