Des armes saisies montrent que l'Iran est une menace régionale, selon les États-Unis

Des responsables américains ont dévoilé jeudi 29 novembre des équipements militaires qui confirment que l’Iran fournit de plus en plus d’armes aux militants du Moyen-Orient et poursuit son programme de missiles sans relâche, a rapporté l’AFP.

Dans un hangar militaire à Washington, Brian Hook, représentant spécial des États-Unis pour l'Iran, a exposé une collection d'armes à feu, de roquettes et d'autres engins.

Certains ont été interceptés dans le détroit d'Ormuz en route vers des milices de la région, tandis que d'autres ont été saisis par les saoudiens au Yémen, a annoncé le Pentagone.

Selon Hook, la pièce maîtresse de cette exposition était un système de missile sol-air Sayyad-2 que les Saoudiens avaient intercepté au Yémen cette année.

L'écriture farsi du côté de la fusée a permis de prouver que c'était de la fabrication iranienne, a-t-il déclaré.

"Les marques en farsi sont une façon remarquable de dire à l'Iran qu'il ne craint pas d'être surpris en train de violer les résolutions de l'ONU", a indiqué Hook, ajoutant que le missile était destiné aux Houthis (Ansar Allah).

"Les iraniens ont voulu la livrer aux Houthis, qui l'auraient utilisée pour cibler les avions de la coalition à moins de 46 kilomètres", a-t-il souligné.

Hook a également exposé des missiles anti-chars guidés que les États-Unis affirment avoir été fournis aux talibans en Afghanistan. Ils ont été récupérés à Kandahar par l'armée afghane, a-t-il déclaré.

"L'Iran fournit un soutien matériel aux talibans depuis au moins 2007, a ajouté Hook.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
form.captcha