Le roi Jordanien appelle à l'examen du projet de loi qui a déclenché des protestations

Le roi Abdoullah de Jordanie a appelé mardi 5 juin à une révision d'un projet controversé de loi sur l'impôt sur le revenu, après une semaine de manifestations anti-austérité et la démission du Premier ministre du pays, a rapporté l'AFP.

Pendant près d'une semaine, la capitale et d'autres villes ont été frappées par des manifestations en colère contre des réformes soutenues par le FMI qui ont entraîné des hausses de prix répétées.

Dans une lettre chargeant le nouveau Premier ministre Omar al-Razzaz de former un nouveau gouvernement, le roi Abdoullah a déclaré qu'il "doit procéder à un examen complet du système fiscal" pour éviter "des impôts injustes qui ne permettent pas de réaliser la justice et l'équilibre entre les revenus des pauvres et des riches".

Tard lundi, le roi a prévenu que le pays se trouve à la croisée des chemins, disant que les problèmes économiques du pays sont dus à l'instabilité régionale, le fardeau de l'accueil de centaines de milliers de réfugiés syriens et au manque de soutien international.

"Soit (la Jordanie) peut sortir de la crise et offrir une vie digne à nos concitoyens, soit, Dieu nous en préserve, elle peut aller dans l'inconnu - mais nous devons savoir où nous allons", a-t-il déclaré à un groupe de journalistes, selon l'agence officielle Petra.

Le mois dernier, le gouvernement a proposé une nouvelle loi sur l'impôt sur le revenu, qui doit encore être approuvée par le parlement, visant à augmenter les impôts des salariés d'au moins 5% et des entreprises de 20 à 40%.

Ce fut la dernière d'une série de mesures d'austérité depuis qu'Amman a obtenu un prêt de 723 millions de dollars du FMI en 2016.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500