Les Etats-Unis et ses alliés condamnent l'Iran pour ses missiles au Yémen

Les Etats-Unis et trois alliés européens ont condamné l'Iran mardi 27 février après que l'ONU ait constaté que Téhéran avait violé l'embargo sur les armes au Yémen en ne bloquant pas les livraisons de missiles et de drones aux combattants Houthis (Ansarallah), a rapporté mercredi l'AFP.

La Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et les Etats-Unis ont exhorté l'Iran à "cesser immédiatement toutes les activités incompatibles ou qui violent" la résolution de l'ONU qui a établi un embargo sur les armes en 2015.

La condamnation conjointe intervient un jour après que la Russie eut opposé son veto à une résolution rédigée par les Britanniques renouvelant les sanctions contre le Yémen et invoquant une "préoccupation particulière" concernant les conclusions d'un rapport sur l'Iran.

Le rapport d'un groupe d'experts de l'ONU a conclu en janvier que l'Iran était en violation après avoir déterminé que des missiles tirés par les Houthis sur l'Arabie Saoudite l'année dernière étaient fabriqués en Iran.

La Russie a, cependant, remis en question les conclusions et a bloqué la résolution, affirmant que le rapport ne contenait pas de preuve concluante de la violation par l'Iran de l'embargo sur les armes.

"Nous condamnons la non-respect par l'Iran de ses obligations décrites par le conseil, qui pose de sérieux risques pour la paix et la stabilité dans la région", a déclaré le communiqué conjoint.

La résolution a été rejetée par la Russie après que 11 pays du Conseil de sécurité composé de 15 membres eurent voté en faveur.

La Chine et le Kazakhstan se sont abstenus et la Bolivie a voté contre.

Par ailleurs, 17 Houthis ont été tués jeudi et des dizaines ont été blessés dans des combats à Nahm à Sanaa, a rapporté Al-Arabiya.

"Les forces armées nationales ont mené de violentes batailles contre la milice Houthi à Nahm, à l'est de la capitale, et ont tué 17 miliciens et blessé des dizaines", a déclaré l'armée yéménite dans un communiqué.

Les combattants Houthis essayaient de se faufiler dans les montagnes al-Tabab au cours des deux derniers jours pour contrôler cet endroit vital, a-t-il dit.

Parmi les personnes tuées se trouvaient trois commandants de terrain houthis, selon le communiqué. 33 autres ont été capturés, dont quatre commandants de terrain.

L'armée a pu récupérer de grandes quantités d'armes et de munitions après les batailles de Nahm.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire