Le Liban condamne un clerc radical à mort

Un clerc radical qui était autrefois le fugitif le plus recherché au Liban a été condamné à mort le jeudi 28 septembre devant un tribunal militaire après avoir été reconnu coupable de terrorisme, a rapporté l'AFP.

Arrêté en 2015, Cheikh Ahmad al-Assir a été jugé avec 38 autres personnes accusées d'avoir tué des soldats libanais dans la ville méridionale de Sidon en 2013.

Le tribunal a également condamné à mort deux autres accusés et cinq extrémistes qui restent en fuite, y compris le frère du clerc.

Le chanteur-devenu extrémiste Fadel Shaker, qui a été jugée par contumace, a été condamnée à 15 ans de prison, tandis que les 30 autres défendeurs ont été condamnés à une peine d'emprisonnement à perpétuité.

Les accusations portent sur les affrontements entre les partisans d'al-Assir et l'armée qui a éclaté à Sidon le 24 juin 2013.

Les combats ont éclaté après que les partisans d'al-Assir ont ouvert le feu sur un point de contrôle militaire et se sont rapidement échappés, tuant 18 soldats avec 13 hommes armés.

En 2014, l'autorité judiciaire a délivré un mandat pour l'arrestation d'al-Assir pour «former un groupe armé dans le but de commettre des actes de terrorisme et d'avoir tué ou tenté de tuer des soldats libanais».

Après deux ans en fuite, le clerc a été arrêté en août 2015 à l'aéroport international de Beyrouth alors qu'il tentait d'échapper avec un faux passeport et une apparence modifiée.

Aimez-vous cet article?
1
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire