Énergie

La réponse de l'Iran sur le site non-déclaré 'n'est pas crédible', selon l'AIEA

Par l'AFP

image

Des inspecteurs non identifiés de l'Agence internationale de l'énergie atomique et des techniciens iraniens débranchent les raccordements entre les cascades jumelles pour la production de 20% de l'uranium dans une centrale nucléaire à Natanz sur cette photo d'archive du 20 janvier 2014. [Kazem Ghane/IRNA/AFP]

L'agence onusienne de surveillance nucléaire a annoncé mercredi 11 novembre que les explications fournies par l'Iran au sujet de la présence de matériel nucléaire dans un site dans la vile n'étaient « pas crédibes ».

Même si les autorités iraniennes avaient fourni quelques informations sur le site, « l'agence a informé l'Iran qu'elle continue à considérer la réponse de l'Iran techniquement non crédible », a indiqué l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

« Des explications complètes et rapides de l’Iran concernant la présence de particules d’uranium d'origine anthropogénique ... dans un emplacement en Iran non déclaré à l'agence sont requises», a souligné l'AEIA dans un rapport.

Alors que l'AEIA n'a pas identifié le site en question, des sources diplomatiques ont indiqué qu'il est dans le district de Turquzabad à Téhéran.

Une source au courant de la question a affirmé qu'il n'y avait pas d'indication que le site a été utilisé pour traiter l'uranium mais qu'il pouvait avoir été utilisé pour son stockage pas plus tard que la fin de 2018.

Le rapport n'a pas fourni de nouvelles informations sur les deux emplacements séparés où l'AEIA a pris des échantillons en septembre et où l'activité non déclarée aurait pu avoir lieu au début des années 2000.

L'analyse de ces échantillons est toujours en cours.

Il a confirmé cependant que la réserve de l'Iran d'uranium enrichie est maintenant supérieure à plus de 12 fois de la limite fixé dans un accord de 2015 avec les puissances mondiales, même si le taux d'expansion de la réserve a ralenti depuis le dernier rapport.

En plus de violer les limites sur le volume de réserve et le niveau d'enrichissement de l'uranium fixés par le Plan d'action globale conjoint de (JCPOA), l'Iran utilise des centrifugeuses plus développées que celles autorisées sous l'accord.

Le rapport de mercredi a confirmé que des centrifugeuses avaient été installées dans une partie souterraine de la centrale nucléaire de Natanz après qu'uneautre partie du site a été endommagée dans une explosionen juillet que l'Iran à imputé à un acte de « sabotage ».

Vendredi, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo commencera une tournée des alliés américains, y compris plusieurs voisins de l'Iran, pendant laquelle il devrait discuter de l'augmentation de la pression sur Téhéran pendant les deux derniers mois de l'administration de Trump.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500