Terrorisme

Au milieu de rejet local, le CGRI change les noms des rues à Deir Ezzor

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des membres de Liwa al-Qods, affilié au CGRI, effectuent une patrouille dans les rues de Deir Ezzor. [Photo via Euphrate Post]

Le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien et ses milices mandataires en Syrie ont récemment changé les noms des rues de la province de Deir Ezzor dans le cadre d'un effort plus large visant à étendre et à consolider l'influence de l'Iran, ont déclaré des militants.

Ils changent les noms des rues pour commémorer des personnages qui ne correspondent pas à la culture ou à l'histoire des résidents locaux, ont-ils déclaré, ajoutant qu'il s'agit d'une tentative de changer les caractéristiques culturelles de la région orientale de la Syrie.

Des milices alignées sur l'Iran sont déployées dans les régions de l'est, s'étendant au sud de l'Euphrate depuis la zone rurale d'al-Raqa jusqu'à Albou Kamal dans la province de Deir Ezzor.

La région de Deir Ezzor subit un « changement démographique systématique » de la part des milices affiliées au CGRI, a déclaré à Al-Mashareq le militant des médias Jamil al-Abed.

À cette fin, changer les noms des rues est l'un des principaux outils utilisés par les milices, a-t-il déclaré, notant qu'elles ont renommé certaines rues de la ville d'al-Mayadeen, dans la zone rurale orientale de Deir Ezzor, pour refléter les connotations sectaires et iraniennes en arabe et farsi.

Il s'agit notamment de la rue Anas Bin Malik, qui s'appelle maintenant rue Imam Khomeini ; rue al-Jaish, aujourd'hui rebaptisée rue al-Imam al-Abbas ; et la rue Abou Ghuroub qui a été rebaptisée rue Martyr Qassem Soleimani et est ornée d'un grand portrait de Soleimani.

L'ancien commandant du CGRI, Qassem Soleimani, a été tué lors d'une attaque américaine à l'aéroport de Bagdad en janvier.

Al-Abed a ajouté que la rue Saqiyat al-Rai avait également été changée en rue Fatemiyoun.

La Brigade Fatemiyoun est une milice du CGRI composée de mercenaires afghans combattant en Syrie pour soutenir le régime.

Selon al-Abed, Fatemiyoun et Zainabiyoun (milices pakistanaises soutenues par le CGRI) ont également changé les noms des quartiers qu'ils contrôlent en noms de combattants de ces milices tués au combat.

Faible gouvernance dans les zones du CGRI

« Ces changements sont apportés à un moment où les services de base sont pratiquement inexistants, les infrastructures font défaut et les décombres des bâtiments détruits par la guerre avec l'EIIS doivent encore être enlevés », a indiqué al-Abed.

Pendant ce temps, la situation dans d'autres zones de Deir Ezzor sous le contrôle des Forces démocratiques syriennes (FDS) et des forces de la coalition internationale montre une nette différence avec les zones contrôlées par le CGRI, a-t-il déclaré.

La coalition, en coopération avec l'Administration autonome kurde, a fourni un soutien vital au secteur des services à Deir Ezzor, comme la réhabilitation de plusieurs hôpitaux de la région, y compris les hôpitaux Hajin, Shaitat et Abou Hamam.

En revanche, les milices soutenues par le CGRI ont pris le contrôle d'hôpitaux, tels que l'hôpital al-Shifa, et les ont réservés pour leur propre usage, empêchant ainsi les civils de recevoir des soins.

Cela pousse de nombreuses familles à emménager avec des proches vivant dans les zones contrôlées par les FDS, a déclaré al-Abed.

Le journaliste syrien Mohammed al-Abdoullah a déclaré pour sa part que le régime syrien ne s'était pas opposé au changement de nom des rues par les milices soutenues par l'Iran, indiquant son « approbation tacite » de ces mesures.

Le principal objectif de l'Iran « est de normaliser l'utilisation des nouveaux noms parmi la population pour tenter de changer la culture de la région », a-t-il noté.

« Cela s'accompagne d'une vaste campagne pour recruter des jeunes dans les rangs des milices et les inscrire à des cours de religion intensifs », a-t-il ajouté.

Il a averti que si cette situation persiste sur une longue période, « les conséquences seront désastreuses pour le tissu social de la région ».

Mécontentement local

Ayham al-Ali, militant des médias d'Albou Kamal, a déclaré à Al-Mashareq que le mécontentement et le rejet prévalent parmi les habitants de Deir Ezzor face aux tentatives des milices soutenues par l'Iran pour effectuer un changement démographique.

Leurs violations vont au-delà du changement des noms des rues et ont atteint le point de changer les noms des mosquées et de les transformer en hussainiyat et de lever des drapeaux sectaires dans toute la région.

En 2019, le CGRI a converti l'une des mosquées les plus importantes d'Albou Kamal en husseiniya.

Les habitants ont été surpris de voir la husseiniya ouverte dans le quartier al-Jamiyat de la ville, à la place de la mosquée Abdel Rahman bin Awf, a déclaré al-Abed à l'époque.

« Les milices ont également pris le contrôle de nombreux quartiers, chassé leurs habitants et se sont installés dans leurs maisons », a fait savoir al-Ali.

Les forces du régime syrien se sont entendues avec le CGRI à cet égard après avoir donné aux résidents une fenêtre étroite pour rentrer chez eux ou risquer de les faire confisquer, a-t-il déclaré.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500