Politique

Nasrallah agit pour l’Iran au détriment du Liban, indiquent des experts

Nohad Topalian à Beyrouth

image

Des partisans du Hezbollah brandissent des affiches de l’ex-général iranien Qassem Soleimani en écoutant un discours du leader du mouvement, Hassan Nasrallah, le 5 janvier dans la banlieue sud de Beyrouth. [Anwar Amro/AFP]

De par son étroite association avec l’Iran, le leader du Hezbollah Hassan Nasrallah viole la souveraineté du Liban et nuit à ses relations diplomatiques dans la région et au-delà, ont déclaré des experts à Al-Mashareq.

Il n’est pas exagéré de décrire Nasrallah comme un agent de l’Iran, car c’est « une accusation qu’il ne nie pas », a indiqué à Al-Mashareq Moustafa Alloush, responsable du Mouvement du Futur et ancien député libanais. « Il s’en vante même ».

Nasrallah se considère comme un soldat du Wali al-Faqih (Ali Khamenei, le Guide suprême de l’Iran) au service de l’agenda iranien, a-t-il précisé.

« Peu lui importe de saboter le Liban », la Syrie et l’Irak, a expliqué Alloush, son objectif est de faire triompher la doctrine de la Wilayat al-Faqih (Tutelle du Juriste).

image

De nombreux Libanais accusent Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, d’être responsable de la crise financière et économique qui sévit au Liban du fait de son intervention dans les guerres régionales et de son contrôle sur la vie politique du pays. [Photo diffusée sur internet]

« Pour sa part, l’Iran l’utilise pour détruire le Liban et la région », a-t-il ajouté, notant que Nasrallah « pense que son parti et lui sont un mouvement révolutionnaire travaillant pour une cause sacrée ».

Mais le chef du Hezbollah « n’est que le chef d’une milice armée de mercenaires financée par un autre pays », a déclaré Alloush. « Il s’est lancé dans des aventures en Syrie et en Irak, compromettant les relations du Liban avec les pays arabes et du Golfe ».

Cela a directement nui au Liban, qui dépendait de ces relations régionales et de ces liens économiques pour une grande partie de son revenu national, a-t-il poursuivi.

Au service du programme de l’Iran

« Par l’implication directe et indirecte de son parti dans les guerres régionales, Nasrallah sert les projets régionaux de Téhéran tout en violant la souveraineté du Liban », a déclaré à Al-Mashareq une figure de l’opposition chiite qui a demandé à rester anonyme.

« Cela entrave la création d’un État libanais au vrai sens », a-t-elle déclaré, soulignant que Nasrallah a utilisé sa position pour entraîner le Hezbollah dans des conflits régionaux aux dépens du Liban.

« Cela a miné les relations du Liban avec le monde arabe et le monde occidental, et a noyé le Liban dans une crise financière et économique qui risque de s’aggraver s’il continue à mettre en œuvre le programme de l’Iran », a déclaré la source.

« Le Liban souffre de la domination directe de Nasrallah sur la vie politique du pays grâce au soutien militaire et financier iranien », a-t-elle ajouté.

Tout le monde sait que Nasrallah est fier de servir Khamenei, comme il l’a dit lui-même à de nombreuses reprises, a rapporté le directeur du Centre libanais de recherche et de conseil Hassan Qutb à Al-Mashareq.

Le chef du Hezbollah a également admis ouvertement que l’Iran a fourni au parti de l’argent, des armes et de la nourriture.

« Nasrallah sert la politique et la stratégie de l’Iran, et accorde la priorité aux intérêts iraniens sur les intérêts et le peuple du Liban », a déclaré Qutb.

Il a des liens avec l’autorité religieuse et politique d’Iran, « qui veut que le Liban soit une arène de conflit et un théâtre d’opérations contre ses ennemis militaires, politiques et médiatiques », a-t-il ajouté.

Impact sur le Liban

Nasrallah a engagé le Hezbollah en Syrie, en Irak et au Yémen « pour servir les objectifs de l’Iran », a déclaré Qutb, ce qui a eu un impact négatif sur le Liban.

L’aide arabe et occidentale a été suspendue, et la coopération économique entre le Liban, la région et le monde a été restreinte, a-t-il indiqué.

L’engagement militaire du Hezbollah en Syrie et dans des conflits dans d’autres pays viole la politique de dissociation du Liban, a-t-il affirmé.

« Elle viole également les frontières de ces pays et leur souveraineté et constitue une agression contre leurs peuples », a-t-il ajouté.

La réalité politique au Liban et la domination du Hezbollah et de l’Iran ont entraîné l’effondrement de l’économie, la détérioration de la valeur de la monnaie libanaise et la hausse de la pauvreté, a-t-il fait savoir.

Par conséquent, « le Liban pourrait être confronté à des troubles sociaux et souffrir d’une véritable famine à cause des pénuries alimentaires et de l’incapacité des citoyens à satisfaire leurs besoins de base », a conclu Qutb.

Aimez-vous cet article?
6
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire